Décroche facilement de ton smartphone et ton ordinateur avec cette astuce ultra facile ! #écransgris

Résumé : passer tes écrans en noir et blanc change complètement ton rapport avec eux et te donnera envie de passer moins de temps devant. 

Tu l’aimes ton smartphone ?

T’arrive-t’il de te dire que tu passes trop de temps devant ton smartphone, les tablettes ou l’ordinateur en général ?

Les écrans sont omniprésents et absorbent toute notre attention :

  • Facebook et ses notifications écarlates
  • Les superbes filtres d’Instagram
  • Les Snap pétillants des copains-copines
  • Twitter et son contenu multicolore
  • YouTube, vivant, marrant et/ou instructif
  • Reddit, Discord, Slack, Twitch…
  • Les jeux vidéos aux couleurs chatoyantes.
  • Et que dire du porno ?!

Autant de rush de dopamine qui nous saturent, nous excite et nous amène, petit à petit, à considérer la vie “réelle” comme plate, monotone, fade, grise.

L’écran, plus fort que moi

Dire que j’étais tellement fier de moi ces derniers mois. Ma routine tous les matins, me lever tôt, faire de l’exercice, douche froide, méditation

Et voilà que depuis un peu plus d’une semaine tout s’est écroulé. Je me lève tard, je ne fais plus ma routine, pire encore, je passe trop de temps devant l’ordinateur, fasciné par les merveilles de l’internet et des jeux vidéos… les roguelikes (je fais même des let’s play sur YouTube) prennent beaucoup de temps !

Au lieu de me plaindre, je décide d’appliquer le process d’autodiscipline dont Tiphaine et moi avons parlé et de mettre tout en oeuvre pour me reprendre en main, et retrouver le plaisir d’être rigoureux et d’être en contrôle de moi-même.

A commencer, par appliquer de nouveau la philosophie de déconnexion volontaire que j’avais préalablement abordé en essayant une nouvelle stratégie pour changer mon rapport à l’écran.

Rendre la vie réelle plus belle

En renant la vie numérique plus fade.

C’est tout bête à vrai dire.

J’utilise déjà Flux que j’estime inévitable, pour éviter que les écrans nous excite trop le soir alors que nous devrions aller dormir. Mais ça ne suffisait apparamment plus.

J’ai alors trouvé une astuce partagée sur Reddit. Je l’ai mise en oeuvre immédiatement et je t’encourage à essayer à l’instant :

Passe tous tes écrans en GRIS !

PASSE TOUS TES ECRANS EN GRIS. #écransgris Cliquez pour tweeter

Voilà à quoi ressemble mon bureau (Windows 10) :

Et mon smartphone (Android) :

C’est pas la joie hein ?

C’est le but !

En 5 minutes à peine, alors que j’avais le nez sur mon laptop en train de traîner sur un Facebook grisaillant, j’ai relevé la tête et j’ai été percuté par l’intensité des couleurs de la vie réelle ! :O

Le monde extérieur me paraît soudain plus ludique. 

Rendre la vie réelle plus belle en rendant la vie numérique plus fade. #révolution #écransgris Cliquez pour tweeter

Comme des bonbons chatoyants, les livres de ma bibliothèque semblent m’appeler; mon Grimoire couleur cuivre paraît plein de richesses; mon appartement plus féérique; et depuis ma fenêtre, l’hiver Breton n’a jamais été aussi coloré !

Alors oui, c’est une mesure extrême et elle ne conviendra pas à tout le monde. Par exemple, les développeurs ont besoin de coloration syntaxique et les infographistes de tout le spectre colorimétrique… Ok… mais quand tu ne travailles pas, rien ne t’empêche de switcher en noir et blanc !

Alors comment faire ?

Passer ses écrans en gris, la méthode :

  • Windows 10 : Ctrl-Win-C
  • Mac OS [à vérifier, je n’ai pas de Mac chez moi] : “Use Grayscale” depuis l’Accessibilité comme expliqué sur l’article suivant.
  • Android :
    • Activer le mode développeur : Réglages > A propos du téléphone > Appuyer 7 fois sur “Numéro de build”
    • Dans Réglages : Options pour les développeurs > Simuler espace colori. > Monochromatisme
  • iOS [à vérifier, je n’ai pas d’Apple chez moi]: Réglages > Général > Accessibilité > Niveaux de Gris
  • Linux : alors là, ça dépend de ton environnement, je ne pas t’aider.

Si tu as un Mac ou un téléphone Apple merci de me donner plus d’infos que je puisse corriger si besoin. 😉

Les écrans gris ça donne quoi comme résultats ?

Encore trop tôt pour le dire en ce qui me concerne. La preuve, je suis dessus en train d’écrire cet article !

Mais je me surprends déjà à lever mon nez de l’écran plus souvent, ce qui est bon signe !

J’envisage malgré tout de revenir parfois à la couleur, de façons temporaires, lorsque je devrais travailler graphiquement ou lorsque je m’autoriserais, de façon contrôlée, une heure ou deux pour jouer, lorsque je sentirais que j’aurais repris le contrôle.

Autrement, je compte continuer à faire du niveau de gris, le mode par défaut de ma vie numérique.

Je suis vraiment curieux de savoir ce que tu auras pensé de cette astuce et si elle t’aide à passer moins de temps devant ton smartphone ou ton ordinateur.

Tiens-moi donc au courant ! Dis-moi dans les commentaires et partage cet article avec le hashtag #écransgris si cette astuce te plaît pour créer avec moi la révolution de la déconnexion volontaire ! 😉

Déménager pour vivre à deux (à 5 en fait…), l’occasion de désencombrer !

L'adage qui dit que nous sommes ce que nous mangeons ? Ridicule. Cliquez pour tweeter

“L’adage qui dit que nous sommes ce que nous mangeons ? Ridicule.
Depuis que je suis vegan je ne suis pas devenu un légume et je suis toujours aussi cochon !”

C’est grâce à cette petite blague nulle que j’ai posté sur un groupe “végé” sur Facebook que Tiphaine est entré en contact avec moi quelques jours avant mon arrivée en France métropolitaine, en juin 2016.

Tiphaine m’a intriguée.

Tout comme moi :

  • elle vient de Nouvelle-Calédonie
  • elle est végane
  • elle mange quasi-exclusivement Bio
  • elle fait de sa santé une priorité
  • elle s’intéresse à diverses formes de spiritualités
  • elle a minimalisé de beaucoup ses possession matérielles
  • et elle aspire à vivre en produisant le moins de déchets possibles (j’y suis encore très loin personnellement)
  • (elle est aussi née à Toulon et son père aussi travaillait dans les sous-marins ! Coïncidences… :O )

Quand je suis arrivé chez elle pour la première fois à Toulouse, j’ai admiré ses bocaux d’aliments en vrac et suis tombé amoureux de son tawashi (une éponge qu’elle a tissé elle-même) !

Un an plus tard, après en avoir longuement rêvé et discuté, nous emménageons enfin dans notre appartement, notre BaseNuage.

Je suis allé à Toulouse en car, et nous sommes remonté à Rennes avec ce gros utilitaire :

C’est la première fois que je conduisais un aussi gros véhicule, je n’étais pas très à l’aise !

Ce déménagement à été comme un petit choc pour Tiphaine qui a réalisé posséder encore beaucoup (beaucoup) trop de choses.

Nous avons donc envie de partager notre petite aventure de désencombrement / minimalisme / zéro déchet / développement personnel sur ce blog, mais aussi sur nos comptes Instagram (ou il y aura un peu de tout hein) :

Instagram Tiphaine sur Instagram

 Instagram Damien sur Instagram

Si l’idée d’échanger sur le minimalisme, la simplicité, et l’art de vivre pleinement te plaît n’hésite surtout pas à nous le dire, à poser tes questions, à échanger…

Sans prétention, nous avons pour rêve de t’inspirer toi aussi à avancer vers plus de légéreté, de simplicité et de joie de vivre grâce aux valeurs que nous vivons et partageons.

Alors entrons en contact et discutons !

Qu’en penses-tu ? 🙂

6 problèmes agaçants quand on blog sur Youtube et mes solutions pour le moment

Résumé : Il ne me semble pas judicieux de n’utiliser QUE Youtube pour vlogger. Voici pourquoi :

Ce n’est pas mon média préféré, mais la vidéo est devenue incontournable quand on veut partager un message. Et j’aime autant parler en public qu’écrire, alors pourquoi m’en priver ?

Ceci dit, le blogging vidéo (aussi nommé vlogging) me pose 6 gros soucis que je désire présenter ici pour solliciter vos remarques, solutions et outils qui pourrait m’aider à simplifier tout ça.

Mes 6 problèmes :

1. Contenu mal référencé

Seuls les tags keywords et la description (me semble-t’il) peuvent être référencés sur Youtube.
C’est la galère avec les playlists… Difficulté de gérer différentes rubriques comme sur un blog.
Ce fratras rend difficile la recherche précise d’informations. ?

Solutions ?

  • Ne pas compter que sur Youtube, continuer à utiliser un blog (pour rubriques, tags, etc).
  • Toujours rédiger une description riche sur Youtube, cette même description sera “l’article” sur le blog.

2. Contenu non scannable

Les gens ne lisent pas sur le web, ils scannent. Ils accrochent les mots mis en exergue et décident d’approfondir ou non.

Il n’est pas encore possible de scanner une vidéo de la sorte.

Les sites porno ont toujours été leaders en technologie web. Aujourd’hui ils affichent les moments clés de la vidéo lorsqu’on survole la vignette (Bing.com Vidéos search le fait aussi), et aussi sur la barre de défilement qui indique les moments clés par des marqueurs colorés annotés selon les… ahem… positions sexuelles ou autres… (faites pas genre vous saviez pas hein ?)
Sur une vidéo plus informative que spectaculaire (dans le sens littéral du terme) comme celle-ci, comment faire pour la baliser et la rendre scannable ?

Solutions ?

  • Adapter mon principe de blogging textuel à la vidéo : commencer par la conclusion en affichant le sommaire/résumé/conclusion directement sur la vignette
    • Le titre est une question/problème
    • La vignette affiche déjà la réponse/sommaire/résumé

Cette forme d’anti-clickbait générerait moins de vues, mais attirerait des spectateurs de meilleure qualité.

  • Systématiquement résumer les éléments-clés de la vidéo en description avec des marqueurs de temps, pour permettre de jumper sur les moments qui intéressent vraiment le spectateur. C’est chiant à faire, et c’est pas possible (il me semble) de le faire dans un article de blog sans que ces marqueurs de temps n’ouvrent une autre page (à tester !).

3. L’interface de merde de Youtube

Il faut cliquer sur “plus” pour afficher toute la description. ?
Si on scroll pour lire la description ou les commentaires on ne voit plus la vidéo ! Elle n’est pas fixed, on ne peut donc pas lire et visionner en même temps, ce qui empêche la communication multi/trans-média.

Solutions ?

  • Utiliser un plugin comme Sticky video for WordPress (actuellement activé normalement). Evidemment, ça ne marche une fois encore que si on arrive à sortir le spectateur de Youtube pour l’emmener sur le blog, ce qui me parait être peu évident.
  • Incruster plus de texte (motion design) sur la vidéo elle-même. Implique de passer plus  de temps sur l’édition vidéo (problème n°5).

4. Youtube ne pense qu’à lui-même

Ses règles et outils peuvent changer, comme les annotations qui ont disparues.
Beaucoup de décisions successives qui agacent les créateurs de contenu.

Solutions ?

5. L’édition vidéo

#truestory de la vidéo de ce post… :'(

J’adore écrire et mettre en forme du texte. L’utilisation massive du clavier, le balisage (Markdown), super rapide, sentiment de sculpter un poème vertical (de haut en bas).
L’édition vidéo en revanche est horizontale (de gauche à droite), lourde, coupe-colle à la souris, maladroit et grossier.
J’utilise Adobe Première, mais c’est trop, je n’ai pas besoin d’une telle usine à gaz.
Je veux juste faire du découpage et un peu d’incrustation texte (problème n°3) et images pour créer de la surprise, user de meta-cognition.

Solutions ?

  • Trouver un outil de montage vidéo qui soit à Adobe Première ce que Paint (ou Pablo ou Canva, pour les connaisseurs) est à Photoshop. J’ai néanmoins besoin de pouvoir caler plusieurs pistes en parallèle, pour avoir le son de l’une même si son image n’est pas visible.
    Un Googling rapide et me voici une liste d’apps Android à essayer :

    • Adobe Premiere Clip : vraiment pas précis au niveau de la découpe ! Mais on peut uploader directement sur Youtube avec ! Et c’est gratuit !
    • WeVideo : mon préféré pour l’instant, avec édition verticale. 4,29 €
    • FilmoraGo : à planté ! Mais semble pas trop mal.
    • Ou sinon je peux aussi utiliser directement l’éditeur YouTube non ?!
    • Des suggestions de votre part ?
    • PS : après avoir vu un tuto j’ai capté que Windows Movie Maker pourrait très bien me convenir en fait, c’est avec lui que j’ai “édité” la vidéo de ce post…
  • Solution de facilité : ne rien éditer, faire du spontané. Après tout c’est un format que j’apprécie personnellement, à la Elliott Hulse.

6. Trop de canaux de communication

J’upload une vidéo sur Youtube, ok.

Je créé ensuite un article sur WordPress pour intégrer ma vidéo dans un environnement plus convivial et simple (solution du moment par rapport aux problèmes ci-dessus).

Seulement, j’ai maintenant à gérer non pas deux flux de commentaires en simultanés, mais cinq ! Car j’ai aussi posté ma vidéo sur ma newsletter, Facebook et Twitter.

Et je ne parle même pas d’Instagram et de Snapchat

La ga-lè-re. ?

Solutions ?

  • Fermer les commentaires sur Youtube et/ou sur le blog. Grave erreur, car c’est se priver d’un “juice” SEO efficace aussi bien sur mon site web que sur le référencement Youtube !
  • Trouver un moyen de réunir avec les commentaires du blog ceux de Facebook (ça c’est facile) mais aussi ceux de Youtube (je n’ai trouvé que des plugins dépréciés pour ça ! 🙁 )
  • Trouver un outil genre Hootsuite (mais gratuit ça serait bien) qui permet de gérer plusieurs réseaux sociaux (dont son blog WordPress auto-hébergé).

Questions :

  • Que pensez-vous de ces problèmes ?
  • En avez-vous trouvé d’autres ?
  • Quelles sont les solutions que VOUS me recommanderiez ? (Répondez ou ça vous chante, à moi de gérer pour l’instant…)

Contribuer à un monde plus sain et plus juste… avec votre fourchette !

Participer à la création d’un avenir meilleur…

Nous en rêvons tous (j’ose le croire). ?

Et c’est cette aspiration qui m’a poussé l’année dernière a tout plaquer, quitter la Nouvelle-Calédonie ou j’ai vécu toute ma vie, pour rejoindre un ami en Bretagne, à Rennes.

Depuis septembre 2016, nous travaillons chaque jour d’arrache-pied pour réaliser un rêve en accord nos valeurs : créer le premier restaurant rapide et salon de thé 100% éco-responsable, végane et Bio de Bretagne.

Si je vous écris aujourd’hui, c’est parce que nous arrivons aujourd’hui à une étape cruciale dans ce projet : le financement participatif.

Les banques auxquelles nous avons déjà présenté notre projet l’estiment solide, novateur et important.

Si vous savez que l’alimentation végétale est l’avenir, pour le bien-être de la planète, des animaux et pour notre santé; et si vous désirez nous soutenir dans ce projet; vous pouvez y contribuer dès à présent, et réserver ainsi quelques contreparties que nous vous avons préparé.

Ah et j’ai hâte de savoir ce que vous penserez de la petite vidéo de présentation que nous avons faites aussi. ?

 

Cliquez ici pour découvrir le projet !

Merci d’avance pour votre soutien, et merci aussi de partager ce projet avec vos amis, sur Facebook ou par e-mail ! 😀

N’écoute pas ton cerveau et fais-le ! [MOTIVATION]

Nous n’avons pas toujours envie de travailler sur nous-même.

Nous n’en avons surtout jamais le temps.

La différence avec ceux qui y arrivent ?

La réponse en 6 minutes :

Pour ceux qui comprennent l’anglais (toute première des 5 stratégies dont j’ai récemment parlé !), je vous recommande chaleureusement de suivre la chaîne Youtube d’Elliott Hulse, une de mes plus grandes sources d’inspiration du moment.

Pour les autres, vous savez ce qu’il vous reste à faire… Duolingo et Unlock Your Brain (entre autre).

Allez, je suis pas vache… je vous ai fait une traduction maison de ce que baragouine Mister Hulse en anglois à la fin de sa vidéo :

Les gens qui réussissent font ce qu’ils ont à faire, qu’ils en aient envie ou pas.

Ils éteignent leur cerveau et ils le font… Il n’y a pas à y réfléchir.

Vous savez juste que c’est quelque chose qui doit être fait.

De la même façon que tu respires, tu t’entraînes.

C’est juste une partie de ton être. C’est ce que tu es, c’est ce que tu fais.

Peu importe à quel point tu peux être fatigué, nous avons TOUS des vies bien occupées. Nous avons tous un tas de choses à faire…

Tu es étudiant, tu as des exams à passer, des devoirs à faire.

Tu es papa, tu as des enfants dont tu dois t’occuper.

Tu travailles, tu as un chef à qui tu dois répondre.

Toutes nos vies sont remplies, nous avons plein de choses à faire.

Peu importe à quel point tu es fatigué, peu importe à quel point ton corps peut être abattu, peu importe à quel point tu peut être épuisé mentalement, physiquement ou spirituellement.

Tu n’y penses pas. Tu y vas simplement.

99% du jeu est gagné quand tu y vas.

Juste y aller.

Tu en fais une habitude.

A la minute ou tu t’arrêtes et réfléchis, à la minute ou tu essaies de trouver une excuse, à la minute ou tu trouves une raison valide pour ne pas aller t’entraîner aujourd’hui, de pourquoi tu ne peux pas y arriver… tu as perdu le jeu…
Parfois tu es trop fatigué… mais ça ne compte pas. Il n’y a pas le temps pour être fatigué.
Tu dormiras quand tu seras mort… le sommeil est le cousin de la mort…

5 stratégies fondamentales pour SURVIVRE à l’avenir

Résumé : si vivre dans les temps présents vous semble difficile, tout ne s’arrangera pas soudainement d’un coup de baguette magique dans le futur !
A vous de vous investir dès maintenant pour vous garantir un avenir meilleur en appliquant ces 5 stratégies fondamentales.

1 – Apprenez une autre langue

Vous pouvez vous dire que les traducteurs automatiques s’améliorent d’année en année et que nous n’aurons bientôt plus besoin d’apprendre de langues étrangères.

Cela fait des années que cette promesse est attendue… et même si elle se réalisera probablement bientôt, il n’empêche que vous prenez un sacré retard chaque jour où vous restez confortablement dans votre sphère linguistique.

Au moment ou j’écris ces lignes je suis à Bucharest, et il n’est pas rare pour moi de croiser des gens parlant Roumain (évidemment), Anglais, Français, mais aussi Russe, Allemand ou Espagnol !

Une fille d’ici m’a expliqué, dans un français impeccable, que les Roumains étaient fainéants. De fait, que ce soit à la télé ou au cinéma, rien n’est traduit et tout est diffusé en V.O. ce qui fait que depuis tout petit, les Roumains sont habitués à cotoyer plusieurs langues et à s’y accoutumer.

Pas étonnant de percevoir alors Bucharest comme un carrefour de l’Europe de l’est en pleine ébullition !

Vous n’avez absolument aucune excuse pour ne pas apprendre ne serait-ce que l’anglais ! La langue la plus parlé aujourd’hui, dans les transactions internationales tout du moins.

Je n’ose imaginer l’état dans lequel je serais encore si je n’avais jamais su lire, écrire et communiquer en anglais ! Que de connaissances, de rencontres et d’aventures totalement manqués !!

Vraiment, aucune excuse pour vivre moins que ce que vous méritez vraiment.

Foncez sur Duolingo (c’est rigolo) et installez aussi Unlock Your Brain sur votre smartphone. Regardez tous vos films ou séries en VOSTFR, puis en VOST (sous-titres en Anglais), puis pour finir en pur VO.

Et si vous êtes déjà bilingue (ou trilingue que sais-je), c’est super. N’arrêtez pas là et apprenez maintenant le Mandarin, l’Espagnol (j’ai commencé sur Duolingo !) où le Russe qui sont eux aussi des langages importants !

2 – Comprenez où la technologie nous emmène

Imaginiez que vous reveniez 15 ans en arrière… avec tout ce que vous savez de l’évolution technologique en cours.

Vous auriez un avantage exceptionnel !

Vous sauriez qu’en étudiant au plus vite la programmation web ou les technologies de communication vous profiterez au maximum des années à venir. Vous concurrenceriez Google, Apple, Paypal, ou que sais-je encore ?!

Eh bien permettez-moi de vous dire qu’il n’est pas trop tard et que l’on peut prévoir, dans une certaine mesure, les évolutions futures qui se préparent.

Il suffit pour cela de comprendre la nature réelle de la technologie.

Je vous invite à découvrir l’article que j’ai publié sur Medium à ce sujet, modestement titré :

> Cet article va bouleverser tout ce que vous pensez savoir de la technologie

3- Préparez-vous à vivre (très) longtemps

Parce que si vous comprenez où nous allons par le biais de la technologie, vous savez que l’accès à l’immortalité, le plus vieux rêve de l’humanité, est non seulement plausible, mais inévitable !

Vous savez aussi que cela implique un changement radical dans l’inconscient collectif “mortaliste” actuel pour pouvoir s’assurer toutes les chances d’en profiter un jour.

Mortaliste : adjectif désignant les cultures ou philosophies se résignant à considérer la mort comme souhaitable et salutaire.

Parce que ça arrive !

De plus en plus de personnes dépensent des sommes folles dans les cosmétiques anti-âge, soignent leur apparence, surveillent leur alimentation et s’intéressent aux thérapies régénératives.

De plus en plus de personnes prennent même enfin la cryonie au sérieux !

Au lieu de vouloir laisser un héritage intellectuel ou spirituel à vos enfants… pourquoi ne pas leur léguer le plus beau cadeau que vous puissiez leur faire ? Votre présence !?

C’est pas si dur en soi et on vous le rabâche constamment :

  1. Faites du sport, la musculation à haute intensité étant le top du top.
  2. Ne mangez pas industriel et évitez les sucres !
  3. Supplémentez-vous intelligemment, stimulez la faculté naturelle de votre corps à s’auto-régénérer.
  4. Maîtrisez votre système nerveux, méditez bordel !

4 – Maîtrisez vos finances

Puisque vous allez vivre longtemps, ainsi que l’ensemble de la population, ne comptez pas sur les aides sociales et la retraite pour vous donner la popote tous les jours !

Arrêtez de vous faire des illusions et regardez l’argent pour ce qu’il est vraiment : une énergie d’échange ! Pas la source de tout maux, et encore moins la solution à tous vos problèmes.

La maîtrise (ou l’absence de maîtrise) de ce potentiel d’échange reflète complètement vos propres relations envers vos émotions et envers autrui. Votre situation financière reflète, sans égard, les croyances que vous portez sur le monde.

Cessez de vous voir comme travaillant pour l’argent, et voyez ce dernier comme travaillant pour vous.

Appliquez les 4 règles de base de la méthodologie “You Need A Budget” :

  1. Donnez un travail à chacun de vos centimes / dollars / francs / (votre devise). Vous pouvez utilisez un budget à enveloppes par exemple.
  2. Economisez pour être prêt. Il y aura toujours des dépenses imprévues. Soyez plus malins et prévoyez-les tout de même !
  3. Ajustez votre budget, prenez l’habitude de vous rembourser si vous avez trop dépensé ! Autrement vous creuserez un trou sans vous en rendre compte…
  4. Vivez sur les revenus du mois précédent. Ca peut mettre des mois (voir des années) à mettre en place mais ça en vaut la peine, vraiment.

Avec un tel contrôle vous gagnerez en sérénité, et vous pourrez vous permettre d’investir davantage en vous-même et en ceux que vous aimez.

Vous comprendrez aussi bien vite que l’argent-dette actuellement utilisé est de la véritable poudre aux yeux tout autant qu’une poudrière.

Vous voudrez alors vous initier aux crypto-devises (Bitcoin, Dogecoin, Stellar, etc.) et en démocratiser l’usage…

A lire et partagez :

> Pourquoi et comment renverser le système bancaire mondial, pacifiquement, avec Bitcoin

5 – Embrassez le minimalisme

Raccourci ultime pour gagner en adaptation et fluidité…

Plus vite vous apprendrez à vous contenter de peu et plus vite vous vous libérerez des prisons mentales et sociales dans lesquelles vous vous êtes enfermé.

Dématérialisez votre vie.

Allégez-vous.

Respirez.

Vous êtes bien vivant.

‘Anyone who fights for the future, lives in it today.’

 – Ayn Rand (“Romantic Manifesto”)

Comment retrouver sa discipline lorsque l’on s’est laissé aller, grâce à “l’effet X”.

Résumé : simplifier ses objectifs, en suivre la progression, s’adapter de nouveau. Y a pas de secret !

Il y a quelques mois, je me suis plus ou moins laissé aller :

  • J’ai repris goût aux grasses matinées langoureuses…
  • J’ai cessé de jeûner et j’ai repris pas mal de poids…
  • Je suis devenu plus dépensier qu’à l’accoutumée…

Il aurait été facile pour moi de dire que c’est parce que je me suis mis en couple… ce qui n’est pas faux dans une certaine mesure.

Mais à ce point, toute excuse ne sert à rien. Rejetter la faute sur autrui ou une situation extérieure est à la fois stupide et improductif.

Je ne regrette de toute façon aucune grasse mat’, aucun petit déj’ et aucun restaurant passés en la compagnie de mon ex petite-amie.

Il me fallait simplement m’adapter, et trouver des moyens de profiter de sa douce présence tout en cultivant de nouveau mes routines.

x-effect

Adoucir la reprise

Combien de temps aurais-je tenu ?

Pas même une semaine j’en suis certain !

De même qu’UNE pompe par jour est plus efficace qu’en faire 30 une fois par mois, des objectifs plus simples m’ont permis d’être plus tenace et me reprendre en main solidement :

  • Juste me lever à l’heure choisie la veille, pas forcément super tôt le matin, pour pouvoir enchaîner sur le reste de mes habitudes
  • Juste jeûner en 16/8, prendre le repas du midi à partir de 14h, c’est pas difficile et c’est même plutôt agréable
  • Juste préparer un peu en avance ses sorties et en faire des célébrations pour l’accomplissement d’objectifs réalisés

Très bien.

Ne manquait plus qu’à activer “l’effet X” !

“L’effet X” en pratique

  1. Prenez une feuille de papier, une fiche bristol voire une application comme HabitBull pour Android ou Lift sur l’Apple Store.
  2. Découpez votre fiche en un maximum de cases. Chaque case représentant un jour, prévoyez un minimum de 8 semaines, 12 si possible ou plus si vous pouvez. C’est qu’on ne fait pas une cure, on cherche à reprendre à vie une bonne habitude (même si ce n’est pas possible comme je l’aborderais ci-bas).
  3. Chaque jour, tracez un gros X rouge si vous avez réussi votre mini-habitude. Si vous n’avez pas pu le faire, écrivez en la raison et réfléchissez aux moyens d’éviter cet écueil la prochaine fois.
  4. Engagez-vous à ne JAMAIS foirer deux jours de suite.
  5. Complétez votre fiche, entamez-en une nouvelle, ad vitam aeternam.

Simple hein ? 🙂

Le piège principal de “l’effet X” et comment l’éviter

“Après avoir fait autant d’effort, je peux bien m’octroyer un petit écart !” peut-on se dire en observant une belle série de X rouges alignés sans aucun jour manqué.

Le piège de la “récompense” est sournois et amplifié par “l’effet X”.

Il est important de désamorcer dès le commencement en précisant clairement, sur le verso de votre fiche, le POURQUOI de votre petite habitude.

Et chaque jour, lorsque vous cochez vos cases, vous prenez quelques secondes pour relire vos raisons, les laisser vous inspirer, ré-affirmer votre détermination.

Chaque jour.

Sur les 3 fiches que j’ai photographié ci-haut voici mes raisons résumées :

GOOB (Get Out Of Bed = sortir du lit) :

  • pour que ma toute première action soit un acte de volonté, de magie, influençant positivement le reste de ma journée.
  • pour avoir le temps de caler chaque jour exercice physique, méditation et rédaction sur mon Grimoire.

Fast-14 :

Supplements (prise de compléments alimentaires) :

  • pour être assuré d’apporter chaque jour à mon corps les nutriments qu’il lui faut
  • pour maximiser mon niveau énergétique physique et mental

Ce sont MES raisons. Elles m’inspirent.

A vous de trouver les VOTRES. Celles qui vous feront dire chaque jour : “C’est trop important pour que j’abandonne aujourd’hui !” 🙂

S’adapter et ne jamais s’arrêter

“L’effet X” a été une réussite totale pour moi. J’ai pu continuer ma vie de couple tout en reprenant mes bonnes habitudes pendant plusieurs mois bien productifs et enrichissants.

Au moment ou j’écris cet article, j’ai quitté la Nouvelle-Calédonie (je fais le nomade en Europe ! 🙂 ) et ma situation de vie à ENCORE changé.

Aujourd’hui je jeûne de nouveau facilement jusqu’à 17h et j’en suis heureux. En revanche, je ne sors plus du lit avec volonté et, je l’avoue, ce matin encore j’ai fais une sacrée grasse matinée…

Dois-je m’en sentir désolé ?

Absolument pas !

La seule constante de l’existence est l’inconstance. Du moment que vous avez une vision claire de vos valeurs et priorités (voir mon offre de coaching Faire le Point 😉 ), vous ne pouvez plus “échouer”.

Adoucir la reprise, employer “l’effet X” et réviser chaque jour ses raisons personnelles.

J’ai toutes les cartes en main, vous aussi.

Qu’allons-nous en faire ? 😉

9 raisons de balancer immédiatement votre téléviseur par la fenêtre

Pourquoi n’avez-vous jamais vu de publicité pour Lamborghini ? Parce que les personnes qui peuvent s’en acheter ne passent pas leur temps assis devant la télé.

Résumé : fuir à tout prix la télévision est un des raccourcis les plus efficaces vers votre liberté mentale et financière.

Je vis sans télé depuis tellement d’années que je suis à chaque fois choqué de constater à quel point des émissions de plus en plus débiles sont diffusées, et regardées, par toujours autant de gens…

Dans un monde ou Internet offre à qui le désire le choix de regarder des vidéos de qualité et aux thèmes si variés, je ne comprends pas pourquoi le grand public ne s’est pas encore débarrassé de ce média obsolète qu’est la télévision.

Les bienfaits d’une vie sans télé sont inégalés :

1 – Fuir l’abrutissement général

Opium du peuple par excellence, la télévision est le vecteur majeur de la pensée unique.

Nul besoin de verser dans la théorie du complot pour constater à quel point la propagande télévisée tente de modeler notre opinion (journaux), nos besoins (publicités) et notre “culture” (divertissements).

Pourquoi les français sont-ils parmi les plus grands consommateurs de médicaments au monde ? Je l’ai compris en découvrant le nombre de publicités qui vantent leurs mérites !

Fuyez la Fascination morose. Révoltez-vous.

2 – Améliorer son humeur

Les gens les plus heureux ne regardent pas la télé. C‘est loin d’être étonnant, les informations sont déprimantes à souhait. 

Plus les gens sont irrités, plus ils vont consommer, pour combler le Vide.

Il ne faut pas être un expert en PNL pour comprendre que vous n’irez pas mieux si on vous répète tous les jours que le monde est mal en point.

Non seulement on vous bourre le crâne avec des “informations” négatives, mais en plus on vous explique que vous ne pouvez rien y faire (à part… voter ?! lol).

Votre attention est alors captive, et votre Pouvoir de changer les choses, désagrégée dans l’anxiété de sourdine…

Le monde tournera sans vous, pour le meilleur ou pour le pire. Ne regardez plus JAMAIS les infos et retrouvez le sourire 

3 – Combattre l’hyper-consumérisme

Le message des “infos” télévisées est clair : tout va mal, votre avenir est en danger, mais hop ! Page de pub : voici LE produit qui vous rendra ENFIN heureux !

La télévision est relaxante, elle détends le cerveau, prêt à gober tout ouvert des publicités judicieusement placées.

Ne vous pensez pas plus malins qu’autrui. Nous sommes influençables, tous, que cela nous plaise ou non.

Pourquoi alors choisir volontairement des influences qui nous poussent à consommer futilement ?!

Je n’ai pas à répéter les nombreux avantages que procurent une vie minimaliste... pour soi et la planète.

Jetez votre téléviseur.

Moins de téléspectateurs = moins de publicités = moins de produits idiots et polluants.

4 – Economiser plus d’argent

En ne regardant plus la télé, vous serez moins soumis à l’envie de consommer de manière compulsive.

Mais de plus, vous vous éviterez les stupides redevances télé et autres abonnements au câble.

A moins que vous n’aimiez votre travail et n’ayez aucun problème avec la notion de devoir travailler pour vivre, auquel cas vous n’avez rien à faire sur ce blog.

C’est par les petites économies que commence le chemin vers l’indépendance financière…

5 – Reprendre en main son attention

Vous vous sentez dépassé ? Angoissé au sujet de votre présent et de votre avenir ? Vous ne savez plus ou donner de la tête pour vous en sortir ?

Vous êtes très certainement victime d’obésité psychique.

Dans une culture de stimulation permanente, se concentrer avec efficacité devient une compétence rare.

Une diète médiatique régulière est du plus bel effet pour cultiver sérénité et productivité.

Reprenez les rênes de votre esprit.  Contrôlez votre attention. Soyez Maître(sse), non esclave.

Guillotinez votre télé.

6 – Manger moins, manger mieux

Ah… ce fameux repas du soir devant la télé.

Véritable institution familiale. Véritable criminel.

Il faut savoir qu’entre le moment ou l’estomac est plein et celui ou l’on réalise que c’est le cas, il se passe environ 20 mn. C’est comme ça.

Mais si on est fasciné par l’écran plat, reléguant les notifications corporelles en arrière-plan, on peut continuer à manger et à manger, sans prêter trop attention à nos sensations.

On peut avaler de la merde (et c’est souvent le cas), on le remarquera à peine, les yeux rivés sur une émission (tout aussi merdique).

Si vous avez des soucis de poids commencez par la résolution suivante : ne plus JAMAIS manger devant la télé.

Découvrez le goût véritable de vos aliments. Ralentissez. Essayez de jeûner le ventre plein aussi.

7 – Passer de vrais moments ensemble

Et si on essayait de passer un repas du soir SANS télé ?

Parlez-en avec les membres de votre famille qui aurait du mal avec cette idée (sales gosses !).

Ont-ils une émission  à regarder maintenant ? Est-ce vraiment important ? Que risquent-ils si ils ne la regardent pas ? Ne pas pouvoir en parler avec autrui demain ? La peur du regard d’autrui ?! Peuvent-ils la regarder plus tard ? Pourrait-on tous se mettre d’accord sur UN soir ou la télé sera éteinte et ou nous pourrions manger en discutant les uns avec les autres ? (Voir pour manger en silence ?!! Pourquoi pas ?)

Faites ceci durant votre dîner, télé éteinte, vous venez déjà de réussir. Bravo.

Massacrez votre téléviseur, il ne vous manquera plus.

8 – Plus d’activité physique

Moins de temps passé devant la télé = plus de temps pour essayer de nouvelles activités.

Et pourquoi pas une petite marche dans le quartier ? Un petit peu de yoga ? Un simple étirement ? Une pompe ?!

Evidemment, ça vaut aussi quand on passe trop de temps devant son ordi (je plaide coupable). L’important est de lever son gros cul, de le faire bouger un petit peu, rien qu’un peu, et c’est juste beaucoup plus facile sans téléviseur.

9 – Sauver vos enfants

Ce n’est pas parce que vous avez été éduqué par la télévision que vous devez également laisser vos enfants sous son égide.

Vos enfants ont besoin avant tout de pouvoir exprimer leur créativité, de se sentir respecté et d’avoir le loisir d’explorer les activités de leurs choix… pas de se vautrer sur un canapé pour se gaver de déchets télévisuels.

Offrez leur le goût de la lecture. Couplée à une possibilité d’explorer le web avec sagacité ils prendront une longueur d’avance sur leurs camarades et aiguiseront bien vite leur pensée critique plus vite que ne le fera la propagande télévisuelle.

Deux exceptions

Chaque règle à ses exceptions, et je reconnais l’utilité suivante aux non-minimalistes :

  1. Utiliser l’écran large comme écran supplémentaire pour son ordinateur
  2. Utiliser une console, si possible avec des jeux qui font bouger l’anatomie, entre amis ! 😀

Vous n’employez aucune de ces deux options ?

Alors ne traînez pas : passez immédiatement une annonce et mettez votre télé en vente.

Si personne n’en veux dans un délai d’une semaine, n’ayez aucun remords : détruisez-là.

Pour ce qui est du coût écologique, il est déjà trop tard.

Pour ce qui est de votre liberté de penser et d’agir, il reste encore un espoir…

Une pompe par jour, un défi minimaliste, pour la vie

Résumé : vous n’arrivez pas à entretenir vos bonnes habitudes ? C’est parce que vous avez peur du ridicule…

Vous étiez teeeellement motivés !

Vous étiez certain que ce régime / cette routine / cette méthode / cette nouvelle habitude allait ENFIN faire de vous quelqu’un de neuf !

Et vous vous êtes donné à fond !

Mais ça, c’était avant.

Il y a quelques semaines… ou quelques mois à peine…

Aujourd’hui, le simple fait de vous remémorer votre bonne résolution vous fatigue, et vous culpabilise.

C’est un problème très répandu, vous avez simplement eu…

Les yeux plus gros que la volonté

On se blâme facilement pour notre manque de progrès, mais nous blâmons rarement nos stratégies.

Et bien souvent, la stratégie intuitive qu’emploient ceux qui sont déterminés à se transformer est la pire de toute : se motiver.

La motivation ne sert à rien car elle est basée sur les émotions qui vous traversent en ce moment. Or, rien n’est plus instable que l’humeur humaine.

Pour faire court : vous ne voudrez pas toujours être motivé.

Et dans cette situation ou votre humeur sera à plat, chercherez-vous alors la motivation pour… vous motiver ?! oO

Si la tâche que vous vous étiez engagé à accomplir (étudier, faire du sport, etc.) vous paraît facile un jour et insurmontable le lendemain, le problème reste le même : vous vous êtes surestimé.

Un défaut d’orgueil très commun pour lequel heureusement, il existe un Raccourci Minimaliste. 😉

“De plus petites habitudes pour de plus grands résultats”…

… est le crédo du livre “Mini Habits” de Stephen Guise.

Ce livre est la finalisation d’un buzz qui avait commencé l’année dernière lorsque Stephen avait lancé son Défi d’Une Pompe (par jour).

A l’époque, cet article m’avait conforté dans le peaufinage de ma méthode de transformation Faire le Point. De part ma propre expérience, je ne pouvais qu’approuver cette approche de changement en douceur, sur le long terme. Lire l’ouvrage complet de Stephen Guise m’a alors éclairé davantage encore sur les raisons scientifique de l’efficacité de cette optique minimaliste.

Contrairement à la motivation, la volonté peut être développée comme un muscle. Et un muscle se renforce par la répétition.

Plus vous répétez un comportement (bon ou mauvais), et plus celui-ci perd son impact émotionnel. Le manque d’enthousiasme et d’excitation, dans le cadre d’une habitude positive, est alors très bon signe !

C’est la preuve que notre inconscient prends petit à petit le relais, que notre habitude devient une fondation plus stable, plus solide, sur laquelle notre vie pourra s’épanouir.

Pour s’assurer un maximum de répétition possible, il est nécessaire de s’engager à un comportement qui ne dépend ni de :

  • notre humeur
  • notre niveau d’énergie
  • nos proches
  • les aléas du quotidien…

La solution est claire : viser le plus petit objectif possible. 

Une mini-habitude par jour, le triomphe du ridicule

Mini-Habits c’est faire entre 1 et 4 mini-action par jour, à vie. Des actions tellement “mini” qu’elles en sont stupidement simples.

C’est facile à faire :

  1. Déterminer l’action ou l’habitude que vous avez le plus besoin de développer dans votre vie (coup de promo : c’est exactement ce que vous trouverez en suivant ma méthode Faire le Point 😉 )
    ex :
    1) faire régulièrement de l’exercice
    2) faire ses comptes une fois par semaine
    3) apprendre à communiquer plus directement avec autrui
  2. Imaginez le jour le plus éreintant que vous puissiez subir : vous avez de la fièvre, votre petit(e) ami(e) vous a plaqué, vous venez de vous faire virer, votre enfant a été collé, etc.
    Arriverez-vous à faire votre habitude ? Ne vous mentez pas à vous-même, et ne vous surestimez pas…
  3. Réduisez l’action désirée à UN acte ridiculement simpliste… que vous ferez tous les jours… à vie !
    ex :
    1) faire une flexion (squat) par jour… sans forcément en faire plus.
    2) ouvrir le logiciel de compte… sans forcément l’utiliser ensuite !
    3) regarder volontairement une personne par jour dans les yeux pendant 3 secondes… pas plus !
  4. Faites-le ! AUJOURD’HUI !

Vous trouvez ça idiot ?

Parfait !

Vous avez le choix entre persévérez dans des sessions de “sprint” qui s’épuisent quelques semaines plus tard… ou tenter cette approche permanente au secret bien gardé…

Un secret que vous découvrirez bien vite en osant ravaler votre orgueil et en embrassant le triomphe du ridicule :

Rien n’est plus motivant et inspirant que de vous voir agir…
peu importe la “grandeur” de votre action !

Une action ridicule par jour, le secret du bonheur…

Moi, tous les jours, je fais une pompe et une nano-méditation consistant en une grande inspiration/expiration les yeux fermées.

Et vous ? Quel micro-rituel choisirez vous pour changer votre vie à tout jamais ?

Un sourire par jour ? Une pompe par jour ? Une nano-méditation ?
Qui relèvera le défi avec moi ? Dites-le sur vos réseaux sociaux !

Comment j’ai été digérée par la capitale [Article invité]

Voici le témoignage de mon amie Selva qui s’est retrouvé à vivre sans carte bleue ni téléphone. Découvrez comment c’est arrivé et ce qu’elle en retire :

Avant toute chose il faut que je précise que je suis étudiante en master d’Ethnologie.

Bizarrement, tout ce qui suit est lié à mes études. Vous allez découvrir comment j’ai accidentellement changé de mode de vie.

L’administration a ses raisons que la raison ne connaît pas

J’ai toujours été copine avec l’administration. Nos relations restaient distantes et parfois un peu forcées, mais dans l’ensemble nous ne nous étions jamais fâchées.

Jusqu’à mon déménagement sur Paris.

Était-ce la distance, ou la multiplication soudaine de ses fréquentations, je ne le sais toujours pas, mais l’administration et moi nous sommes brouillées.

Comme dans n’importe quel couple, je rejetais la faute sur l’autre : elle était trop lente, injoignable, floue, elle m’en demandait toujours plus … je n’arrivais pas à cerner ses attentes. La dégradation soudaine de notre amitié a pesé lourd sur mon quotidien. Je devais sans cesse envoyer des courriers, passer des coups de téléphone, photocopier des papiers… elle ne semblait jamais satisfaite.

Je commençais donc l’année scolaire sans les bourses, mon unique revenu à ce stade.

Je me suis débattue et ai trouvé un boulot avant même de trouver un appartement. Ayant déjà commencé les cours depuis deux semaines, mon emménagement fût succinct, et ma brouille avec l’administration se rappela brutalement à moi lors de ma demande d’APL (Aide Personnalisée au Logement). Sentant pointer une âme de guerrière, je me lançais à l’assaut de l’ennemi invisible : l’administration.

Après deux mois de combat acharné, je recevais enfin une missive : un traité de paix. J’avais gagné mes APL. A l’heure où j’écris ses lignes, je suis encore aux prises avec le boss final du CROUS.

Hasard forcé

Dans le cadre de mes études, je suis allée suivre une manifestation des Anonymous à Paris, un soir de novembre, place de la Bastille.

Échappant de peu aux CRS, je me réfugie dans un bar pour observer leur méthode d’arrestation. Au moment de payer, je tape mon code … faux. Tourbillon d’information dans mon cerveau, les études, l’administration, ma nouvelle vie sur Paris, je perds pied… Et je bloque ma carte bleue.

Le lendemain et le sur-lendemain, pas le temps d’appeler la banque, je fais partie de l’organisation d’un colloque au collège de France. Ensuite, je dois laisser passer le week-end et le lundi (ils sont fermés), avant de pouvoir les avoir au bout du fil. J’explique ma situation, on me demande le fax d’une de mes fiches de salaire, je cours, je vais en boutique envoyer un fax et j’attends…

2 semaines. Rien. Je rappelle ma banque, on me répond « Ah mais non mademoiselle, on était pas au courant de votre situation ».

Bon, on recommence du début.

Après un mois, je reçois enfin ma carte bleue (de la part de mon père qui était aller la chercher, ma banque se trouvant à 400km de chez moi). Ne voyant pas arriver mon code, j’appelle ma banque : « Nous on l’a envoyé à Dijon ».

Panique à bord, j’appelle l’ami qui a repris mon appartement sur Dijon, lui demande de mettre mon nom sur mon ancienne boite aux lettres.

Aujourd’hui je me suis habituée à ne plus avoir de carte bleue. Depuis 2 mois et demi, j’ai découvert un nouveau mode de vie.

Il y a une semaine, je finissais cours et partiels. Trop heureuse de voir ce semestre infernal s’achever, je suis sortie avec des amis… Et me suis fait voler mon téléphone.

Là c’était un peu le pompon sur la cerise du gâteau. D’abord complètement découragée, j’ai appelé mon opérateur pour suspendre ma ligne. Puis j’ai senti revenir mon optimisme au bout de l’élastique, et j’ai décidé de me passer de téléphone. Histoire de dire : « Merci les gars, ça faisait un moment que je voulais voir ce que ça donnait la vie sans téléphone ! ».

Le nom du plus grand des inventeurs : accident

Me sentant disparaître, dissoute par la capitale, j’ai décidé de réagir.

Le moment charnière a été l’observation d’une boucherie/triperie halal, exigée par l’école.

Absolument amoureuse de la nourriture, je me suis retrouvée à manger des pâtes, du riz et des lentilles à l’huile d’olive, pendant 3 semaines. Je crois que ça a été le plus dur. Mais après mon observation, les bouchers m’ont offert des merguez, des abats, des steaks… Et j’ai pu « relancer la machine ». Le but est de trouver ce qui vous motive dans la vie. Pour ma part je sais que c’est l’alimentation (c’est actuellement le sujet de mon mémoire).

J’ai également pu découvrir ou redécouvrir mes amis. Comme on le dit souvent, c’est dans les moments difficiles qu’on peut compter sur eux. J’ai d’abord été hébergée par deux amis de Nouvelle Calédonie en colocation sur Paris. Avec d’autres j’ai troqué des chèques contre du liquide, et me suis endettée auprès de deux amis pendant les sorties (les bars ne prenant pas les chèques).

Peu de gens étaient au courant de ma situation, se lamenter auprès des autres ne sert à rien. Il faut considérer ses amis comme un bonus, c’est à dire qu’en cas de problème s’ils sont là tant mieux, mais ne les prenez pas en compte lorsque vous cherchez une solution. Votre meilleur atout c’est vous même, soyez prévoyants.

Comment j’ai fais pour supporter le quotidien ?

Je me suis concentrée sur ce qui me réussi : les études.

Bien que ce semestre est été intense, j’ai bossé comme jamais pour retrouver cette confiance en moi, émoussée par les problèmes. Le boulot m’a permis de garder à distance les tracas. Grâce à ça, mes résultats scolaires se sont améliorés. Étant devenue réaliste-optimiste avec le temps, j’ai mis en place la stratégie du « laisser aller ».

La méthode est simple : ces accidents entraînaient un nouveau mode de vie, il ne tenait qu’à moi de le transformer en aventure, en expérience. C’est ce que les études m’ont appris : avoir un point de vue objectif sur soi même. A partir de là il est facile de s’observer, de tester ses réactions, et être détaché émotionnellement. « La vie nous laisse le choix d’en faire un accident ou une aventure ». J’ai pu dépasser ma peur de la conversation téléphonique, et combattre mon coté casanier.

Je n’étais pas très à l’aise avec l’orientation de cet article, devoir raconter mes moments de faiblesse… j’ai l’impression de faire du misérabilisme. Mais après tout ici , il est question de développement personnel.

J’aimerai conclure sur une étape importante : un jour je me suis regardée dans le miroir et me suis dit : « je suis heureuse de vivre avec moi jusqu’à la fin de mes jours ». Il est important d’évoluer sans cesse, et de faire des points réguliers. De se connaître et de se nourrir du changement.

Donnez vous la force de vivre le présent et de vous projeter dans le futur. De cette façon vous ne regretterez jamais le passé.

Sachez vous adapter.

Merci Selva, pour ta combativité et ce très beau partage !

Refusons d’acheter des cadeaux


Résumé : nous n’avons de toute façon pas à “acheter” ceux qui nous aiment vraiment.

noel
Source : non trouvée…

Saint-Valentin, Fêtes des Mères/Pères/Grands-Mères/etc, Noël…

Tout est prétexte à l’achat du dernier gadget, du dernier truc.

Grâce à la tradition, la télévision et Internet nous avons pris pour acquis le schéma suivant :

 

 

  1. Nous sacrifions notre temps en argent (au travail)
  2. Nous  transformons cet argent en cadeaux (au supermarché ou autre)
  3. Nous échangeons ces cadeaux pour de l’affection (généralement lors de dates rituelles bien établies)

Nous espérons alors que ces proches passeront plus de temps près de nous… temps que nous passerons encore majoritairement au travail… et la boucle est bouclée.

Le coût réel de l’achat d’affection

Il n’est pas seulement monétaire.

Il est aussi :

  • écologique : pensez aux ressources employées, souvent fossiles, ainsi qu’aux dégâts environnementaux de leurs transformation, transports, stockage…
  • économique : si vous vous affirmez anti-capitaliste et criez aux scandales financiers, vous refuserez de vous même de participer à ce système auto-destructeur.
  • social : refusez de soutenir les politiques de profit à court terme et préférerez encourager les entreprises de développement durable, les petits producteurs, voire mieux, montrer l’exemple autour de vous en passant un bon moment sans achat…

Informez-vous, développez votre conscience de consommateur averti.

Gardez à l’esprit que chaque échange que vous faites avec votre argent a un pouvoir qui dépasse votre voix électorale et toute la gueulante que vous pourriez avoir en manif’.

Des présents immatériels et inoubliables

J’ai déjà parlé dans une ancienne Lettre Privée du “plus beau cadeau” que l’on puisse faire.

Il en est une infinité d’autres que l’on peut offrir à nos amis véritables, ceux que nous n’avons pas besoin d’acheter de manière superficielle :

  • Se promener au coucher de soleil en faisant le point sur nos vies respectives
    (BONUS : ne pas juger, ne pas critiquer, ne pas conseiller à outrance… juste écouter)
  • Offrir un service, un coup de main, de jardinage, de bricolage, de ménage
    (BONUS : reprendre contact quelques jours plus tard pour savoir si il y a encore besoin d’aide ou pas)
  • Enseigner un petit talent (peindre, jouer de la musique, utiliser un site web…) et en apprendre un autre en retour
    (BONUS : et pourquoi pas apprendre à plusieurs quelque chose de totalement nouveau ?)
  • Préparer un repas à plusieurs et le savourer dans une atmosphère détendue
    (BONUS : si le repas, non seulement d’être délicieux est aussi sain, sans gluten, ni sucre, avec des aliments frais et naturels).
  • Remercier quelqu’un d’avoir su rester dans notre vie
    (BONUS : trouvez et dites précisément pourquoi !) 
  • Envoyer un SMS sans raison pour prendre des nouvelles
    (BONUS : téléphonez ! A l’ancienne !)

Avez-vous d’autres idées ? 🙂

Pas convaincu ?

Vous voulez vraiment offrir un cadeau matériel à quelqu’un qui vous est cher ?

Posez cette questions une ou deux semaines à l’avance si vous souhaitez faire une surprise, le temps qu’il ou elle oublie un petit peu… 😉

Votre argent c’est votre essence de vie transformée par le travail.

Ne l’échangez pas pour moins de rien qu’un objet beau, utile et respectueux de vos valeurs…

En ce qui me concerne, j’essaie d’organiser un Noël anti-consumériste avec mes amis.

Pas de cadeau, des aliments sains si possible, un moment simple et authentique…

Difficile quelque peu je le sais bien, mais n’êtes-vous pas vous aussi fatigué de l’effervescence futile des fêtes commerciales ?

Comment comptez-vous y échapper cette année ?

Comment apprendre à aimer la réalité ? – Lettre Privée d’octobre 2013

Au sommaire  :

– Zoom sur : les rêves lucides

Popularisé au cinéma relativement récemment par le film “Inception“, les rêves lucides sont scientifiquement prouvés et étudiés depuis les années 70.

Je partage dans cette Lettre mon vécu sur ces expériences oniriques souvent très excitantes, mes petits conseils persos et quelques références pour vous encourager à faire vos propres recherches… et exercices ! 😉

– Article exclusif : Comment apprendre à aimer la réalité ?

Grands rêveurs, poètes, artistes et geeks…

En fans de l’évasion mentale, nous trouvons la réalité souvent asphyxiante, lourde et ennuyeuse à mourir.

Les mondes imaginaires, en apparence plus colorés et intéressants que notre quotidien, deviennent notre dose de piètre consolation pour une vie finalement vécue qu’en partie…

Et si il était possible de rendre la vie “réelle” tout aussi excitante…

Je tente dans cette Lettre de partager un peu de cet amour croissant que je développe, année après année, pour le monde physique, réel, objectif, celui que je haïssais et fuyais tant auparavant. Un amour qui accroîtra votre maîtrise de soi et de votre vie.

J’espère que ces réflexions sauront vous toucher et vous permettre d’apporter au monde votre âme d’enfant Conquérante ! 🙂

Cette Lettre Privée est déjà partie !

Cliquez ICI si vous voulez tout de même la lire !

Le plus beau cadeau – Lettre Privée d’août 2013

Au sommaire  :

– Zoom sur : “La Grève – Atlas Shrugged” d’Ayn Rand

La Grève, second livre le plus vendu aux USA après la Bible et ouvrage polémique au point de n’avoir été traduit en français que 54 ans après sa publication originale (publié en 1957 aux USA).

Plus que jamais d’actualité en temps de crise économique et de capitalisme néo-libéraliste corrompu, “La Grève” est un roman philosophique et politique qui va à l’encontre des clichés habituels des divertissements populaires. Ayn Rand y expose au fil d’une intrigue palpitante les grands principes de la philosophie Objectiviste qui a le mérite de remettre en question pas mal de nos conditionnements sociaux.

Bien qu’étant personnellement très touché par la philosophie d’Ayn Rand ma critique restera la plus objective (haha !) possible et vous révélera les nombreux défauts auxquels s’attendre à la lecture de ce livre.

– Article exclusif : Le plus beau cadeau

De tout ce que nous pouvons faire pour affirmer à autrui (et à soi-même !) l’importance que nous leur accordons, quel pourrait-être le plus bel acte ?

Un objet physique spécial ? Un événement particulier ?

Quel est le plus beau cadeau que vous puissiez offrir et vous faire dans cette quête du bonheur que nous partageons tous ?

Vous y découvrirez ma réflexion, en accord avec la philosophie minimaliste… et objectiviste ! 🙂

 

Cette Lettre Privée est déjà partie !

Cliquez ICI si vous voulez tout de même la lire !

3 profils minimalistes, quel est le vôtre ?

Résumé : esthète, productif ou philosophe ? Quelle étiquette pourrait vous pousser au minimalisme ?

Tout le monde n’adopte pas la philosophie du vide pour les mêmes raisons ni les mêmes objectifs.

Se contenter du strict nécessaire n’est qu’un moyen vers des fins à la fois variées et compatibles entre elles.

Voici 3 tendances générales (et non exhaustives) qui peuvent pousser quelqu’un à adopter ce mode de vie.

Vous reconnaissez-vous dans l’un d’entre eux ?

L’esthète

Flirte souvent avec le luxe, le confort raffiné voire les grandes marques renommées de déco d’intérieur ou d’accessoires.

Ce contemplatif cherche avant tout à valoriser la beauté par l’espace et la lumière, à s’entourer de sérénité dans un environnement paisible et simplifié.

Il s’intéressera très certainement à l’esthétique Zen, wabi-sabi, et contemporaine. Il n’hésitera pas à payer le prix fort pour un mobilier ou des objets de qualité, pérennes et souvent griffés.

Si le sujet vous intéresse voici l’article le plus complet que j’ai pu trouver en 10 minutes de recherche : Esthétiques Minimalistes.

L’efficace

Est avant tout un pragmatique.

Dépenser le moins d’énergie et de temps pour obtenir un maximum de résultat. Adepte du Principe de Pareto (aussi appelée 80/20), ce performant garde un espace de travail minimal pour un rendement optimal et traque ses habitudes pour en déterminer priorité et utilité.

Sa motivation peut être avant tout économique, ce qui le mènera à un art de vivre frugal avec des dépenses minimales et mesurées.

C’est personnellement le profil qui fut mien quand j’ai commencé à emprunter le raccourci minimaliste, ma motivation première ayant été de me libérer de mon endettement.

Le philosophe

Adopte le minimalisme pour des raisons contestataires (généralement anti-consumériste) ou par défi personnel.

Un désir d’intégrité par rapport à ses principes le poussera petit à petit au dépouillement… physique et psychique !

Que ces principes soient d’origine religieuse, spirituelle, politique ou philosophique; qu’il recherche la paix, la clarté ou le pouvoir, il en viendra à remettre en question son attachement aux choses extérieures tout autant qu’aux dépendances intérieures, dans une quête permanente de liberté personnelle.

Son application de l’art de vivre avec le Vide se reflétera pas forcément au niveau esthétique ni financier, elle sera avant tout intérieure.

C’est le profil vers lequel j’ai évolué après avoir repris contrôle sur mes finances.

Ce qu’ils ont en commun

…n’est pas tant la forme que le fond au final.

Ces 3 types de minimalisme peuvent se superposer, l’un apportant souvent les conséquences de l’autre (un entrepreneur en quête de productivité aura un bureau esthétiquement propre et attirant).

Chacun de ces profils représente surtout des individus qui savent ce qu’ils veulent et se donnent les moyens d’y arriver en éliminant le superflu avec une forme spécifique de courage.

Ils ont pris le temps de se connaître intérieurement et de déterminer ce qui les rendra plus heureux.

Une démarche exigeant quelques efforts initiaux que peu entreprendront, mais qui pourtant apporte clarté et persistance sur chacun de leur chemin de vie.

Lequel de ces profils vous parle le plus ? Quels autres types de minimalismes aimeriez-vous partager avec nous ?

Les 5 points-clés du mieux-être, dont le secret de la motivation – Lettre Privée de juillet 2013

Au sommaire  :

– Zoom sur : les 5 points-clés du mieux-être

Suite à des demandes répétées je vais enfin parler du cas de ma maman qui est en train de se rétablir de façon spectaculaire d’une DMLA. Voici ce qu’on dit de cette maladie sur Wikipedia :

 Aucun remède n’a pour le moment été trouvé. Les traitements existants permettent seulement de ralentir son évolution.

J’en avais à peine parlé il y a quelques temps et j’ai reçu plusieurs e-mails me demandant “comment on guérit d’une DMLA ?”.

Je ne suis pas docteur et je ne vais pas vous dire comment vous soigner d’une maladie incurable. Après mûre réflexion je vais cependant partager avec vous le chemin qu’a suivi ma maman et les éléments clés qui m’ont semblé essentiels sur son rétablissement.

Tout en se souvenant que chaque cas est unique, vous constaterez que ces 5 points-clés, plein de bon sens, ne peuvent que favoriser le mieux-être.

– Article exclusif : Le secret de la motivation

J’ai passé une semaine entière sans électricité ni eau courante, chez un ami habitant dans la forêt en plein coeur de la Nouvelle-Calédonie.

C’est en travaillant la terre, chose à laquelle je ne suis pas du tout habitué et qui à la base ne me botte pas plus que ça, que j’ai découvert le secret de la motivation.

Analyse personnelle et idées d’application de ce secret dans plusieurs domaines, c’est dans cette Lettre Privée  qui partira le lundi 1er juillet 2013 :

Cette Lettre Privée est déjà partie !

Cliquez ICI si vous voulez tout de même la lire !

[COMIC] Ce trou que nous avons dans le coeur

troudanslapoitrine

 

NON ce n’est pas vous qui avez un problème !

Absolument tout le monde a ce trou dans le coeur. Et ceux qui feignent le contraire sont des menteurs.

C’est ce trou qui fait courir l’humanité, dans tout ce qu’elle accomplit de plus beau et de plus laid (principalement) : cette quête pour la complétude intérieure.

Et si seulement vous essayez… juste ne pas y toucher et courir. 

Courir contre le vent, contre tout ce que l’on nous a appris.

Ce n’est pas facile et personne ne vous y encouragera.

Mais persistez à courir, vers vos rêves. Trouvez pile le bon angle, la façon qui vous est personnellement juste de mener votre vie.

Alors seulement, le coeur vide et tout à la fois plein du grand Tout, pourrez-vous laissez résonner votre unique mélodie…

PS : découvrez l’auteur original de ce comic qui fait des choses fantastiques (si vous savez lire en anglais) : http://dresdencodak.com/

 

 

 

Mon interview au sujet du jeûne intermittent et du minimalisme sur le blog Paléo Lifestyle [Article externalisé]

paleo-lifestyle

 

J’ai eu le plaisir d’avoir été interviewé par Julien du blog Paléo Lifestyle sur les thèmes du minimalisme, du jeûne intermittent et de la manière dont l’un se conjugue à l’autre.

Découvrez-vite le contenu de cette interview pertinente qui soulève des questions intéressantes.

> Cliquez ici pour lire l’interview

 

Ce que trois semaines sans Facebook ont changé pour moi – Lettre Privée de mars 2013

lettre-privée-2013-03

Au sommaire  :

– Zoom sur : l’AtlasPROfilax. Toucher à la première vertèbre ?! Dangereux ? Une panacée ? Une arnaque à la mode “thérapie alternative” ? J’y suis passé et je vous fais mon compte-rendu perso.

– Article exclusif : 3 semaines sans Facebook, la diète numérique qui fait du bien

Sur un coup de tête je décide en début février de désactiver mon compte. Juste une semaine, peut-être deux, mais j’en doute. Au final, ce sont trois semaines très agréables et révélatrices que j’ai passé loin du “livre des visages”.

  • Quelles ont été mes motivations profondes pour me retrancher numériquement ?
  • Ces trois semaines ont-elles été difficile à “tenir” ?
  • Pourquoi suis-je revenu finalement ?
  • Qu’en ai-je retenu ?
  • En profiteriez-vous d’en faire autant ?

On en parle, dans cette Lettre Privée qui partira dimanche 3 mars 2013, et qui ne sera plus jamais ré-éditée (les habitués commencent à connaître la musique 😉 ) !!

Cette Lettre Privée est déjà partie !

Cliquez ICI si vous voulez tout de même la lire !

Se lever tôt chaque matin, l’habitude ultime pour développer votre Pouvoir ! – Lettre Privée de février 2013

lettre-privée-fev-2013

Au sommaire  :

– Zoom sur : Réveil Ultra Matinal, un e-book ultra pratique de Jean-Philippe Touzeau.

– Résumé des articles publiés : je me suis remis à écrire sur Raccourci Minimaliste ! 🙂

– Article exclusif : Se lever tôt chaque matin, l’habitude ultime pour développer votre Pouvoir !

Aussi loin que remonte ma mémoire, j’ai toujours été nocturne. Tout petit déjà je trouvais que dormir était une perte de temps alors qu’il y avait tant à apprendre du monde physique !

En contre-partie, une fois endormi, me sortir du lit a toujours été un vrai challenge. Pourquoi revenir dans l’inconfort du corps physique alors qu’il y avait tant à profiter du monde onirique ?

J’ai toujours eu un rapport de haine et d’amour avec le sommeil. Et plus précisément de haine totale pour les matins.

Il n’y a pas si longtemps encore je me levais en catastrophe après avoir appuyé sur le bouton “snooze” un nombre incalculable de fois. Arrivant en courant en retard à mon travail dans une humeur massacrante.

Aujourd’hui TOUT a changé.

Dans ma Lettre Privée je vous dis TOUT :

  • Pourquoi j’ai voulu à tout prix devenir matinal alors que c’est contre ma nature
  • Les solutions mises en oeuvre pour y arriver (et que VOUS pourrez utiliser aussi)
  • Les bienfaits ahurissants que je retire dès à présent de cette habitude nouvellement acquise

Cette Lettre Privée partira uniquement ce vendredi 1er février 2013, sans aucune ré-édition future !

Cette Lettre Privée est déjà partie !

Cliquez ICI si vous voulez tout de même la lire !

Il n’y a rien de plus chiant que le minimalisme

Résumé : prendre soin de soi n’est pas très excitant… tout du moins les premiers temps !

Quand on y pense, nous grandissons avec l’idée que nous sommes imparfaits. Incomplets.

Il nous faut un diplôme. Il nous faut un travail. Un copain, une copine pour se sentir attirant. Des vêtements, juste comme il faut pour être accepté, mais juste comme il faut aussi pour exprimer notre unicité.

Il nous faut plus de temps. Toujours plus de temps pour voir nos séries télé, jouer à nos jeux, sortir et tenter de s’amuser. Nous sommes persuadés qu’il nous faut plus, pour simplement vivre.

Nous vivons dans la culture du toujours plus.

Comme si le bonheur était à un cran d’un simple petit plus… juste ce petit plus… et cette fois ça sera bon ! Promis ! Je serais heureux !

Mais le futur ne vient jamais, et le bonheur, constamment repoussé dans un futur rempli de plus ne s’accomplit jamais non plus.

Il est normal dès lors que la philosophie minimaliste soit quelque peu considérée comme une sous-culture, voire une rébellion.

Etre heureux maintenant

Sans rien acquérir ? Sans rien faire de plus ? Impossible !

Aujourd’hui est chiant car je n’ai pas tout ce que je désire.  Accepter aujourd’hui tel qu’il est c’est accepter l’idée que j’ai déjà tout ce qu’il me faut.

Une idée en totale antinomie avec notre éducation d’incomplétude.

Nous dépendons tellement de nos jouets (gadgets, voiture, maison, famille et amis…) pour définir l’idée que nous avons de nous même qu‘il nous parait presque mourir en lâchant-prise sur ces béquilles à égo.

Nous nous accrochons à cette idée de dépendance à l’autre (humain ou objet) comme source de notre bonheur, ne remettant ce conditionnement que dans les cas de crise les plus profondes.

Attendrez-vous de perdre vos repères pour vous accorder de nouveau une pleine attention ?

Invoquer le Vide

Nul besoin d’attendre un bouleversement dans notre quotidien ou une crise morale pour ouvrir les yeux devant ce Vide inconfortable que nous tentons de combler à tout prix.

Le Chaos est maîtresse impitoyable. Mais le Vide, discret enseignant, peut nous apprendre tout autant si nous cessions d’en avoir peur.

Nous fuyons l’ennui comme si il était le mal suprême. Peu de nos contemporains sont capables aujourd’hui de s’asseoir, les yeux fermés, et d’écouter ce qui se passe.

C’est trop chiant, diraient-il.

Ca manque de piment. D’aventure. De passion.

Ca “manque”.

Or améliorer sa vie passe nécessairement par une phase d’écoute, d’analyse, d’observation objective au possible.

Oui, c’est “chiant” de faire assidument ses comptes.

Oui, c’est “chiant” de méditer.

Oui, c’est tout aussi “chiant” de jeûner ou d’améliorer son alimentation.

Prendre en main sa vie, arrêter de courir et éliminer le superflu c’est rejeter l’addiction du plus pour appréhender la philosophie du moins.

Et ce chemin nécessite d’affronter son propre Vide, son propre ennui. Mais ce n’est qu’en accueillant pleinement ce Vide intérieur que l’on peut comprendre ce qu’il tente de nous dire depuis tout ce temps. Comprendre ce qui nous manque réellement au lieu de nous éparpiller dans une vaine chasse aux chimères.

Dans cet espace qui s’élargit et qui nous terrifie au premier abord, nous permettons alors, petit à petit, d’y laisser éclore de nouveaux concepts, de nouvelles pratiques.

Une nouvelle vie qui nous aurait paru bien ennuyante il y a quelques années à peine, et qui aujourd’hui nous parait bien pleine… de sérénité et de Rage de vivre.

Quand avez-vous fuit le Vide pour la dernière fois ?
Que vous chuchote l’Ennui lorsque vous lui tendez l’oreille ?

Au sujet de l’obésité psychique

Résumé : notre vie stagne et nous ennuie quand notre esprit est paresseux.

Observez les enfants. Sitôt après avoir été émerveillés par un film ils courent employer l’énergie magique ainsi absorbée pour la dépenser dans des jeux.

Super-héros ! Chevaliers ! Magiciens ! Princesses !

Dans l’insouciance la plus naturelle ils font leurs ces puissantes forces psychiques absorbées par l’Art (films, livres, musique parfois même).

De même qu’il nous faut être physiquement actif pour convertir la nourriture en énergie vitale, de même il est dans notre nature humaine d’employer “l’alimentation” imaginale en expression, en re-création.

Simplement consommer du rêve sans en canaliser l’essence vers l’action revient à stocker une forme de gras mental.

Et c’est ce que font la plupart de nos contemporains.

L’apathie de la Magie Grise

On va au cinéma. On rêve, on s’évade, quelque chose nous touche (dans le meilleur des cas). Puis on repart, on en parle un peu tout excité avec nos potes. Et… c’est tout !

Pourtant dans notre âme d’enfant, celle qui ne se juge pas vis à vis du regard d’autrui, réside ce désir de jouer, d’accomplir la transformation intérieure sur les ailes qui nous ont porté.

Et plus on étouffe ce désir de magie, plus on s’enrobe de stagnation psychique. Notre vie nous semble terne et pleine d’ennui. Alors on consomme encore plus, pour s’anesthésier davantage.

Les divertissements modernes (et j’y inclus tout aussi bien l’usage immodéré d’internet et des réseaux sociaux !) ne favorisent en rien la re-création.

Les religions, malgré leurs aspects majoritairement totalitaires et humiliants, avaient au moins pour elles d’encourager le pratiquant à se connecter à son imaginaire. Par le rituel ou la prière, le fervent peut lâcher la pression et réaliser un mieux-être psychologique bien utile.

Nul besoin de croire en quoi que ce soit pourtant pour bénéficier de cette technologie mentale !

L’âge de révolte est permanente

Rassemblez les symboles qui vous parlent. Modifiez les-à votre guise.

Utilisez vos mains ! Générez de la Beauté.

Conversez avec l’inanimé, avec vos démons et vos chimères.

DansezJouezCréez un autel à votre gloire !

Réservez-vous des espaces-temps volontaires de décompression intellectuelle comme les nommait le Dr.Lavey.

Amusez-vous, pleinement présent, connecté à votre corps, dans le sanctuaire de votre solitude.

Et goûtez alors à la Fontaine de Jouvence, rafraîchis par la pureté de l’innocence, honorez le souvenir du pouvoir de votre enfance.

Qu’allez-vous faire aujourd’hui pour reprendre autorité sur votre imagination ?

Se passer de Facebook (entre autre) et reprendre en main son attention

Résumé : J’expérimente une diète d’information qui me permet de retrouver le goût de créer.

En acquérant l’habitude d’habiter mon corps (grâce à la pratique régulière de la méditation), il m’est apparu que je perdais une somme de vie considérable sur Facebook.

Ce qui fait notre force, en tant qu’êtres humains, en tant qu’êtres magiques, c’est l’incommensurable pouvoir de notre attention sur nous même, et notre réalité.

C’est avec une attention soutenue que les véritables acteurs du monde ont pu accomplir les plus belles choses, et, il faut le reconnaître, les plus horribles aussi. Le fait est une minorité créée quelque chose tandis qu’une majorité garde gueules et yeux ouverts dans un état constant de consommation anesthésiante.

L’opium du techno-peuple

Il est nécessaire, et parfois inspirant, de se plonger sans retenue dans la fantaisie absolue par le biais de l’Art.

Mais ingurgiter de l’imaginaire sans jamais en provoquer nous-même finit par résulter en un déséquilibre profond.

Amasser toujours plus de rêves, toujours plus de formes mentales, sans les orienter vers l’action, c’est appeler une forme d’obésité psychique dont est victime la plupart de nos contemporains.

Une paresse magique qui paralyse notre potentiel. Et nous en venons à chercher à satisfaire notre soif de mystère en surfant inlassablement en quête d’humour… à télécharger des séries TV fantastiques… en se plongeant sans mesure dans des réalités virtuelles (malheureusement) bien incomplètes… en chattant tout au long de la soirée avec des âmes tout aussi solitaires sur Facebook et autres réseaux sociaux.

Le Rappel de la Rage

C’est une sérieuse prise de conscience qui m’a frappé en réalisant que je passais mes soirées sur Internet suffoqué par le poison insidieux de l’espoir. L’espoir de trouver quelque chose à partager, un sujet à débattre, une photo ou m’évader, voire dans les cas de solitude sexuelle un substitut d’expérience charnelle par le biais d’une vidéo dans laquelle me perdre…

Mais la Rage nous rattrappe toujours.

J’ai choisi de VIVRE éternellement. Cette décision est gravée dans ma chair même sous la forme d’un tatouage. Elle est arborée fièrement chaque seconde de mon existence en portant mon bracelet et mon médaillon cryonique.

Quand un choix aussi fort est ancré si profondément en soi il ne peut qu’influencer nos choix, nos actes et notre énergie au quotidien.

Chaque soirée perdue sur Facebook à ATTENDRE, attendre que se passe quelque chose d’intéressant, finissait par devenir une insulte à mon pouvoir d’attention.

La vie n’attends pas.

J’ai soif de connexions authentiques. Pas d’échanges textuels (parfois pourtant très enrichissants).

J’ai soif de créer de la Beauté et de l’Utilité. Pas de consommer sans frein des imaginaires qui ne nourrissent pas ma réalité physique.

A la diète informatique

Première étape : ne plus se donner de choix.

J’ai désactivé mon compte Facebook. Je pensais faire une pause d’une semaine ou deux, mais les bienfaits ressentis me laissent présager que je prolongerais probablement davantage l’expérience.

J’ai également bloqué Reddit dont je suis grand adepte. Son flux constant de contenu provoquant, souvent intelligent (tout dépend des inscriptions aux subreddits), n’a résulté qu’en une accumulation d’articles à lire dont la pile ne cesse de croître. Et jamais je ne prends le temps d’en étudier le contenu avec attention.

En contre-partie je passe beaucoup plus de temps sur Twitter, et il me faudra aussi prochainement apprendre à en modérer l’usage.

Le résultat de cette expérience de régime numérique ?

Je me remets à écrire, à gribouiller, à méditer, à danser… à vivre davantage dans le monde physique.

Et vous ? Vous sentez-vous maître de votre attention ? De votre imaginaire et de votre potentiel de création ? 

Aller à l’essentiel, jusque dans sa salle de bain

J’ai le plaisir d’accueillir pour cet article Raphaël du blog Rue mon Savon qui pourrait bien vous ouvrir les yeux sur ce dont nous avons vraiment besoin dans notre salle de bain.

Personnellement, je suis conquis, et je vais essayer d’appliquer quelques uns de ces excellents conseils.

Encore merci Raphaël. 🙂

Bonjour à tous et merci à Damien de m’avoir invité sur son blog, je suis venu vous parler aujourd’hui du minimalisme appliqué au quotidien et notamment dans nos salles de bains.

Vous avez tous chez vous de nombreuses bouteilles de gel douche, de shampoing, 2en1 et autres masques, dont vous ne vous servez plus, mais que vous n’osez pas jeter parce que tous ces produits vous ont coûté chers.

Savez vous qu’en moyenne il se vend 27 produits cosmétiques par an et par personne… c’est énorme, cela pèse dans vos finances et surtout c’est inutile car ces produits sont décevants et finissent en général à la poubelle.

Je vous propose de n’en utiliser plus que 5, des produits efficaces, qui durent, pas cher et naturels, indifféremment pour les hommes et les femmes, sans renoncer au confort et au plaisir de se sentir bien.

Le minimalisme dans nos salles de bain c’est parti :

n°1 : Un savon

Du savon… depuis l’antiquité il n’y a pas plus simple pour se laver, mais je ne vous parle pas du savon que l’on trouve partout, dur comme la pierre et qui dessèche la peau, non, moi je vous parle du vrai savon, celui que vous pouvez faire vous même, c’est très facile, avec de l’huile d’olive, du beurre de karité et pleins d’autres ingrédients à rajouter selon vos envies.

Si le « home-made » ce n’est pas trop votre truc, vous pouvez aussi en acheter, vous en trouverez sous la dénomination savon à froid. Vous pouvez vous servir de ces savons pour le visage et le corps sans risque de tiraillement même pour les peaux sensibles. Grace à ces savons vous maîtrisez enfin les composants des produits que vous utilisez, fini les composés chimiques au nom latin auquel on ne comprend rien.

n°2 : Un shampoing solide

D’une plus grande longévité que le shampoing classique, plus naturel, le shampoing solide c’est le produit minimaliste par excellence, il en existe pour tous types de cheveux secs, gras, anti-chute…etc.

D’une manière générale, un shampoing classique (mais aussi un gel douche) est constitué à 80 % d’eau, il est bourré de produits chimiques et de conservateurs. Si peu cher à produire que ce qui coûte le plus au fabricant c’est la bouteille en plastique qui le contient ! Avez-vous vraiment trouvé ces produits abordables ? Sachez pourtant que pour le fabricant ils le sont, parce qu’issu de la pétrochimie, ils n’ont rien de naturel, il suffit de regarder leur composition pour sans convaincre.

n°3 : Une pierre d’alun

Une pierre d’alun que l’on utilise tous les jours peut durer plusieurs années, elle s’utilise comme déodorant, c’est super efficace ! Vous passez la pierre sous l’eau, vous l’appliquez sur les aisselles, et vous êtes tranquille toute la journée, même par forte chaleur. La pierre d’alun est neutre en terme d’odeur, vous pouvez utilisez un parfum en plus si cela vous fait plaisir.

n°4 : Un dentifrice doux

Presque tous les dentifrices vendus dans le commerce contiennent de la silice, qui est abrasive pour les dents, et abîme l’émail, c’est pourquoi il est recommandé de bien regarder la composition de son dentifrice, il existe par exemple des dentifrices à l’argile.

n°5 : Une crème de jour

J’entends d’ici les cris des hommes et des femmes en train de lire cet article : “Quoi une crème, mais il est malade ce type !” mais pas pour les mêmes raisons 🙂

Pour les femmes, une seule crème, « c’est juste pas possible », mais rassurez vous car il ne s’agit pas d’une crème, mais de votre crème, celle qui est adaptée à votre peau et à vos envies, là aussi le mieux est encore de la faire vous-même pour en maîtriser la composition, mais sinon optez pour une crème bio pas forcément plus chère mais qui est garantie sans paraben et autres produits chimiques. L’idée, Mesdames, n’est pas de renoncer à tous vos produits de beauté mais d’apprendre à en maîtriser le nombre et surtout la qualité.

Pour les hommes, se mettre une crème sur le visage « c’est juste pas possible » alors disons qu’il s’agit plutôt d’un « soin hydratant après rasage » c’est plus viril, mais en fait c’est la même chose. Il faut surtout arrêter d’utiliser des gels et autres mousses pour se raser, c’est inutile et c’est cher, la seule chose dont vous avez besoin messieurs pour vous raser c’est d’un savon à l’argile et d’un blaireau. La peau du visage s’abîme sous l’action des rasages répétés et doit donc être nourrie avec une crème, la même que celle de ces dames, il n’y a pas de soin spécifique pour hommes et pour femmes, c’est une invention marketing.

Voilà, c’en est fini de ce petit tour d’horizon, Damien m’a indiqué qu’en Nouvelle-Calédonie on ne trouve pas les mêmes marques qu’en France, et bien je peux vous rassurer, en France aussi les produits que je viens d’énumérer sont difficiles d’accès, et pour cause, c’est pourquoi tant de personnes les font elles-mêmes, du shampoing solide au dentifrice.

Mais je ne suis pas venu ici pour vous vendre tel ou tel produit, je ne suis pas un VRP déguisé en blogueur, mais juste un blogueur qui cherche à dire la vérité sur les cosmétiques, c’est pourquoi je n’ai pas indiqué de marques dans cet article. Je ne cherche pas non plus à vous convertir d’un coup à la Slow Cosmétique puisque c’est son nom, mais si vous ne deviez changer qu’une seule de ces choses, ce serait déjà un grand pas.

Ma conclusion, si après avoir lu cet article, vous allez dans votre salle de bain et que vous retournez la bouteille de votre gel douche pour en lire la composition, c’est que j’aurai réussi à faire passer mon message.

Merci à vous de m’avoir lu jusqu’au bout, il y a tant à dire, c’est difficile de tout synthétiser en un seul article, aussi n’hésitez pas à me contacter, si vous avez des questions ou si je n’ai pas été assez clair sur certains points.

Bonne journée.

Raphael

[DOSSIER] Déconsommation et minimalisme par le magazine l’Indépendant

J’ai été approché par Carole, du magazine Bol d’Air (un supplément de l’Indépendant), afin de répondre à une agréable interview sur ma démarche minimaliste.

Cette interview intervient dans le cadre d’un dossier de 4 pages sur la décroissance, la déconsommation et le minimalisme appelé “C’est comment qu’on freine ?”

Ce dossier, recherché et bien écrit, vous présentera quelques figures notables du minimalisme (et que j’ai l’honneur de cotoyer ici sur papier ! \o/ ) ainsi que quelques trucs et astuces dans une optique de décroissance.

Carole m’a donné la permission de diffuser les pages du dossier sur mon blog. Encore merci à elle pour l’interview et cette autorisation de diffusion. 🙂

Et c’est donc avec plaisir que je partage ici ce dossier :

Cliquez ici pour lire le Dossier

( ou faites clic-droit “Enregistrer sous” pour le télécharger sur votre ordinateur) 

 

.

 

 

Sécurisez et simplifiez l’usage de vos mots de passe avec LastPass

Résumé : J’ai gagné des heures de travail grâce au plugin LastPass et je vous le recommande.

Plus on utilise Internet, plus on accède à de nouveaux services en ligne, et plus on a besoin de mots de passe différents.

Rassurez-moi, vous n’êtes pas du genre à utiliser le même mot de passe partout hein ?

Et, plus dangereux encore, j’espère sincèrement que vous employez des mots de passe suffisemment complexes qui ne se résument pas à une poignée de lettres voire une simple date !

Oublier ces règles élémentaires c’est mettre votre identité numérique en péril.

Mais jongler avec une dizaine de mots de passe compliqués devient très vite éprouvant. Sur une longue période de temps on perd facilement des heures et des heures pour simplement entrer nos identifiants dans des formulaires, quand il ne s’agit pas tout bêtement de s’en souvenir correctement !

Il existe heureusement une solution sécurisée et simplissime qui va vous changer la vie. 🙂

 

(Source photo)

 

• Qu’est-ce que LastPass ?

LastPass signifie “Dernier mot de passe” en anglais. Car, en utilisant ce service gratuit, vous n’aurez plus qu’un seul mot de passe à retenir pour TOUS vos identifiants en ligne.

Ca peut sembler aller à l’encontre de ce que je disais plus haut. Mais voyez plutôt comment ça fonctionne:

  • Vous allumez votre navigateur internet (Chrome, Firefox, Opera, Safari… je ne pense avoir oublié personne :p ).
  • Le plug-in LastPass étant installé, vous avez validé l’option lui permettant d’ouvrir son propre onglet. Autrement vous cliquez simplement sur l’icone du plug-in.
  • Vous entrez votre identifiant et votre mot de passe LastPass (les seuls dont vous ayez à vous souvenir désormais)
  • L’icone passe du noir au rouge, elle est active, vous pouvez naviguer ou bon vous semble…
  • Dès que vous arrivez sur un site que vous utilisez régulièrement (Facebook, Twitter, etc) LastPass se charge de remplir automatiquement pour vous vos identifiants et mots de passe !

LastPass devient alors un véritable coffre-fort qui garde vos dizaines de mots de passe différents (et extrêmement complexes pour décourager les pirates) sans que vous ayez à vous en souvenir.

Et vous pouvez l’utiliser depuis n’importe quel poste dans le monde !

Non seulement vous gagnez un temps incroyable, mais en plus vous augmentez drastiquement votre niveau de sécurité en ligne.

• Est-ce risqué ?

La question se pose, car après tout, confier tous nos mots de passe à UN SEUL service, ça peut paraître craignos.

Peut-être même pensez-vous ne pas en avoir besoin car vous laissez votre navigateur enregistrer de lui-même vos identifiants et vos mots de passe…

Ô malheureux ! Un petit tour dans les options de votre navigateur vous montrer que n’importe qui ayant accès à votre ordinateur une poignée de secondes peut récupérer vos mots de passe sans aucun effort !

N’activez JAMAIS l’enregistrement de vos identifiants sur votre navigateur. Prenez le temps d’explorer ses options et effacez toutes vos traces. C’est une mesure de sécurité élémentaire hélas trop souvent négligée.

LastPass est-il plus sûr ?

Avec sa mesure de cryptage de niveau militaire à 256-bit AES et avec l’éloge dont en fait les presses les plus critiques ça reste à vous d’en juger.

Si votre crainte se résume au fait de placer des informations personnelles sur internet, permettez-moi de dénoncer votre naïveté sans prétention. Où pensez-vous que se trouve votre compte en banque au moment ou vous lisez ces lignes ? Dans un coffre-fort métallique au sous-sol d’un batiment bancaire ?

A moins que vous n’ayez jamais ouvert de compte en banque et que vous n’ayez jamais utilisé de réseaux sociaux (et encore !), vous pouvez être certains que des données personnelles VOUS concernant transitent déjà sur internet.

Et vous n’en voyez rien.

Laisserez-vous les compagnies utiliser le formidable pouvoir du Cloud à leur avantage seul ou comptez-vous vous aussi profitez de ces outils du futur ?

• Comment commencer ?

Il suffit de télécharger gratuitement le plug-in LastPass correspondant à votre OS ou votre navigateur ICI.

Ensuite, la prochaine fois que vous entrerez dans un de vos services en ligne en y entrant vos identifiants, LastPass vous proposera de les enregistrer. Vous pouvez choisir d’en activer l’usage automatique ou non. Bref, vous restez maître à bord de votre coffre-fort.

Comme tout nouvel outil, il vous faudra un petit moment pour en explorer la présentation, les usages. Mais je vous assure que ce petit moment d’adaptation sera laaaargement récupéré par les heures gagnées à NE PAS remplir champs et formulaires à longueur de journée.

Je ne gagne absolument rien à vous présenter ce service web GRATUIT. Rien que le plaisir de partager un Raccourci Minimaliste de plus pour la vie quotidienne.

A noter qu’il existe également une version mobile payante qui cependant ne m’a pas convaincue…

Que pensez-vous donc de cet outil ? Croyez-vous qu’il est plus sûr de garder vos mots de passe sur un bout de papier destructible et dérobable ? Avez-vous des alternatives à suggérer ou des conseils pour augmenter notre sécurité en ligne ?

7 citations provocantes sur le minimalisme

Résumé : “Moins c’est plus.”

Internet et les citations d’auteur c’est une longue histoire d’amour.

Dans la sélection ci-bas j’ai choisi des citations dont la provocation fait force et pousse à une réflexion soutenue. J’y apporte d’ailleurs pour chacune mon grain de sel complémentaire.

Enjoy! \o/

(Source photo)

« N’importe quel imbécile intelligent peut rendre les choses plus grandes, plus complexes et plus violentes. Il faut une touche de génie – et beaucoup de courage – pour aller dans la direction opposée. »
– E.F. Schumacker

La direction opposée c’est celle du minimal, du simple et du paisible.

Je ne possède aucun produit Apple et j’ai plutôt tendance à décrier cette marque en général. Mais il faut reconnaître le génie et le courage cité plus haut dont a fait preuve Steve Jobs pour offrir à ses adeptes (ouais) un univers épuré, zen, aujourd’hui très tendance mais qui fut longtemps pionnier.

Soyez l’artiste zen de votre vie. Minimisez. Simplifiez. Apaisez.

Ainsi serez-vous loin d’être un “imbécile intelligent”. 😉

“Tenter d’être heureux en accumulant des possessions est comme essayer de satisfaire sa faim en se collant des sandwiches sur le corps.”
– George Carlin

Ni personne, ni quelque nouveau gadget ne pourra combler le vide qui est en vous si vous ne l’assumez pas vous-même.

Depuis que nous sommes sortis de l’utérus de notre mère nous avons la facheuse tendance de vouloir inconsciemment y retourner. Que ce soit par les distractions, la gloutonnerie, les drogues ou un excès de confort, la plupart de nos actions sont dictés par ce désir de recréer un cocon originel. Une accumulation de symboles censés garantir sécurité.

Une illusion non seulement éprouvante, mais constamment insatisfaite…

« Vivre et se contenter de peu; rechercher l’élégance plutôt que le luxe, et le raffinement plutôt que la mode; être digne plutôt que connu, et être prospère plutôt que riche; écouter les étoiles et les oiseaux, les enfants et les sages, avec le coeur ouvert; étudier beaucoup, penser posément, agir avec honnêteté, parler gentiment; attendre les occasions, ne jamais se presser; en un mot, laisser le spirituel, spontané et inconscient, grandir à travers le commun – telle est ma symphonie.”
-William Henry Channing

Quelle prose !

S’ouvrir à la Réalité dans tout son spectre. Une destination magnifique sur un chemin épuré du superflu. Un Raccourci Minimaliste. 😉

Goûter à cette ouverture n’est pas innée. Mais la pratique assidue de la méditation par exemple est un excellent début, fortement accentuée par un environnement léger et dépouillé.

“Les choses que tu possèdes finissent toujours par te posséder.”
– Chuck Palahniuk

Un classique. Tiré du livre “Fight Club” et du film du même nom, qui, intelligent, impertinent et percutant est bien loin de ne traiter que de baston.

Le minimalisme tel que je l’encourage est un outil de maîtrise, de relation avec soi-même au fond. Si une relation, qui fatalement vous “possèdera” d’une manière ou d’une autre ne sert pas vos idéaux, alors en êtes vous l’esclave et non le maître.

A quel point le tolérerez-vous ?

“N’ayez rien en vos maisons que vous ne sachiez être utile, ou que vous pensiez être beau.”
– William Morris

J’ai un couple d’amis qui vivent dans un “trou” de Hobbit. Une maison pleine d’objets très beaux, de livres et d’instruments variés. 😉

Anti-minimaliste ?

Peut-être pas.

L’art est d’une utilité essentielle. Sa finalité est la beauté, son moyen est l’expression. Et la beauté, terrible reine, a pour raison d’être d’inspirer l’humain à toujours se dépasser. De mesurer la réalité à l’aune de l’imaginaire, de concrétiser ses rêves.

Si un objet que vous possédez ne vous sert pas ou ne vous inspire pas, alors il vous encombre et limite votre potentiel. Autrement, faites-le vivre, et vous avec.

“Nous ne sommes plus dans une culture de consommation. Nous sommes dans une culture de l’achat, nous achetons mais ne consommons même plus ce que nous avons acquis.”
– Auteur inconnu

Il suffit de voir comme le shopping a pris une place monumentale dans notre civilisation en quelques dizaines d’années. Acheter est devenu un loisir en soi. Comme si l’argent, source prétendue de tout maux, devait être jeté au plus vite pour le moindre caprice.

Et ceci pour finir par entasser des bricoles, matérielles ou virtuelles (je reconnais être régulièrement tenté par des actes d’achats numériques) qui ne nous apportent rien au final.

« Nous n’avons pas besoin d’augmenter nos possessions autant que nous avons besoin de réduire nos envies. Ne pas vouloir quelque chose est aussi bien que de le posséder »
– Donald Horban

Honorer sa faculté de ne PAS vouloir est un point charnière dans le développement personnel d’un individu.

Refuser certains désirs communs à notre civilisation est un acte de rébellion. L’affirmation de votre individualité, de votre capacité à dire NON et à poser VOS choix.

Célébrez la clarté de votre indépendance la prochaine fois que vous rirez devant une publicité, ou devant un engouement de masse pour un évènement, une mode ou un spectacle.

Un acte plein de courage qui exige d‘affronter le jugement d’autrui. Un pas de plus dans le Raccourci le moins fréquenté.

Quelles autres citations frappantes aimeriez-vous partager avec nous ? 🙂

8 excuses classiques pour ne pas désencombrer… et qui ne valent pas un clou

Il m’est difficile de comprendre pourquoi la majorité de nos semblables se refusent à simplifier leurs existences.

“Le minimalisme n’est pas pour tout le monde”, me dit-on souvent. “Et mon cas est teeeellement différent Damien tu sais parce que [ajoutez ici une histoire personnelle].”

Se libérer de l’inutile ne coûte rien (à part un peu de temps et de concentration). Ca peut même vous rapporter un peu de sous.

Et les excuses pour ne pas se prendre au jeu sont en plus généralement les mêmes :

1 – J’en ai besoin

Si c’est exact alors ne vous en séparez pas. Le minimalisme n’est pas un mode de vie ascétique mais pratique. Conserver uniquement ce qui est utile et régulièrement employé, en voilà l’objectif.

Cependant, avant d’employer cette excuse posez-vous la question suivante : à quand remonte la dernière fois ou vous avez vraiment utilisé cet objet ? Plus d’un mois ? Trois mois ? Six mois ? Plus ?!!

En avez-vous réellement besoin ?

2 – Je pourrais en avoir besoin

La même question se pose ici. Si vous ne l’avez pas utilisé depuis plus d’un an quelles sont les probabilités pour que cet objet vous serve encore prochainement ?

Et si, finalement, vous en arriviez à devoir l’utiliser, êtes-vous certain de ne pouvoir emprunter le même outil à vos voisins ou vos amis ?

Il ne s’agit pas de vivre aux crochets d’autrui en squattant tous leurs outils. Il s’agit de mettre en partage des ressources personnelles… et ajouter un nouveau prétexte pour sympathiser avec vos voisins et vos amis. 😉

3 – Je veux bien désencombrer mais je vis en famille

Nombreux sont ceux qui répètent que mon mode de vie n’est possible que grâce à mon célibat.

Deux de mes premières sources d’inspiration minimalistes sont pourtant pères de famille : Léo Babauta, la superstar du blogging, et Dave Bruno, l’inventeur du challenge des 100 objets.

Tout dépend des valeurs que vous voulez inculquer à vos enfants. Une inondation de cadeaux et de gadgets remplacera-t’elle la simplicité du temps et de l’affection que vous pourriez leur offrir ?

Vivre en famille ne vous empêche pas d’avoir VOS possessions personnelles non ? Commencez-donc ici, et qui sait ? Peut-être que votre conjoint et même vos enfants tenteront de vous imiter.

Une sympathique source d’inspiration que je vous recommande : la Famille Minimaliste. Le blog d’un couple de parents décidés à vivre la simplicité au quotidien et dont les challenges pourraient peut-être plus vous parler que les miens. 😉

4 – C’est un souvenir précieux, je ne peux pas m’en séparer

Quelle est votre réelle crainte à ce sujet ?

Décevoir le proche qui vous l’a offert ? Parlez-lui en ! Expliquez votre objectif d’expérimenter la légèreté matérielle. Trouvez une solution : le rendre ? L’offrir à quelqu’un d’autre ? Si il ne veut rien entendre et ne vous accepte pas tel que vous êtes vous saurez à quoi vous en tenir, et vous aurez certainement un rapport moins affectif vis à vis de ce cadeau.

Si cet objet appartient à un être cher décédé, demandez-vous ce qu’il ou elle aurait voulu. La réponse est certainement : votre bonheur…

Vous craignez d’oublier le souvenir associé à cet objet ? Immortalisez-le en le dématérialisant. Il ne vous est pas nécessaire de l’avoir sous les yeux quotidiennement, ou pire, dans un placard jamais ouvert.

Si vous avez envie d’un petit coup de nostalgie il vous suffira de jeter un oeil sur les photos numériques et les souvenirs reviendront d’eux-même.

Souvenez-vous cependant que le signe le plus important indiquant que vous êtes en train de vieillir n’est ni l’apparition de rides ou le blanchissement de vos cheveux : c’est l’importance que vous commencez à accorder davantage aux bons moments passés qu’à ceux que vous pourriez vivre encore.

Tournez la page.

Libérez-vous et autorisez-vous un avenir plus beau encore.

5 – Jeter mes affaires serait du gaspillage

Premièrement, vous n’avez pas à les jeter… les donner à quelqu’un qui s’en servira véritablement c’est tout sauf du gaspillage.

Ensuite, réalisez l’espace que prends ces affaires. Prenez également en compte le temps passé à les entretenir. L’espace-temps-énergie ainsi dépensé pour rien n’est-il pas le plus grand gaspillage possible ?

6 – Ce truc vaut de l’argent !

Bordel ! Mais vendez-le alors ! Vous attendez quoi ? Qu’il prenne plus de valeur encore ? Ok !

Avez-vous vu un expert pour savoir combien vous pourrez en tirer ? Et quand la vente sera le plus profitable ?

La réponse pourrait bien être : maintenant !

Tout dépend du niveau de stress que vous avez à supporter à vous savoir vivre à coté d’une somme d’argent potentiellement soumise aux caprices du temps, aux vandales, aux escroqueries…

Vous libérez l’esprit en le revendant au plus vite pourrait bien être le choix le plus sain. Vous êtes seul juge.

7 – Je veux juste le garder encore un peu

Heu ok mais combien de temps ? Et pour quoi faire ?

Propriété et propriétaire, qui est devenu le maître de cette relation ?

8 – Je n’en ai pas le courage…

Faux. Du courage vous en avez une sacrée dose pour vivre entouré de meubles et de babioles à dépoussiérer constamment.Vivre un mode de vie basé sur la consommation et l’accumulation semble facile au premier abord, puisque c’est ce que tout le monde fait autour de nous. Mais vous le savez, c’est épuisant. Il suffit de voir le niveau de stress et de fatigue que supporte nos semblables pour s’en rendre compte.

La peur du changement peut souvent être paralysante, mais l’affronter et la dépasser est des plus gratifiants.

Voyez la vie, et le désencombrement, comme un jeu. Trouvez des amis avec qui en parler et se motiver. Demandez du courage dans les commentaires ci-bas même si vous voulez ! 🙂

Je n’entretien pas ce blog pour ne parler de que de ma vie.

Quand quelqu’un me dit : “J’ai lu ton blog et ça m’a motivé à faire [un truc chouette] !” alors là oui, je me dis que ça en vaut la peine, et ça me fout un big smile !

Peut-être ne vous manque-t’il qu’un petit coup de pouce ? Peut-être vous accrochez-vous à une excuse que je n’ai pas cité ci-haut ?

Quelle est-elle ? 

[PHOTOS] Liste complète des 40 objets que j’ai trimballé en 1 mois 1/2 de voyage sans valise

Nous aimons les listes. Qu’elles soient nôtres ou d’autrui, elles nous aident à faire le point avec objectivité sur ce qui nous est nécessaire ou non.

Preuve en est le succès du dernier article ou j’établissais la liste complète de mes possessions lorsque je faisais le challenge des 100 objets.

Je reviens de près d‘un mois et demi de voyage aux trois coins de la France (je n’ai pas fais l’est…) et, minimalisme oblige, je me suis refusé à m’encombrer d’une valise qui m’aurait insidieusement poussé à la remplir de trop.

Voici donc la liste complète de mes possessions lors de mon retour en Nouvelle-Calédonie :

> Sur moi

Optimiser le poids et le volume de son unique sac de cabine est un challenge que le voyageur peut relever en gonflant ses poches au maximum.

Les pantalons cargo ont beau ne pas être le summum de l’élégance, celui que je portais pour mon retour en avion m’a permis d’embarquer plus d’un kilo d’affaires sur moi, que je liste ici. Les photos des vêtements eux-même, dont ce fameux pantalon, sont dans le sous-paragraphe suivant.

– Samsung Galaxy SIII

Les mamies sont formidables. La mienne surtout qui m’a offert les points de fidélité acquis avec son opérateur téléphonique pour m’offrir une belle réduction sur ce joyau technologique. Mon tout premier smartphone. Mon tout premier téléphone qui possède un appareil photo d’ailleurs, avec lequel j’ai pu prendre les photos de cet article (Instagram oui oui je sais lol…). Ah et pour info, en achetant ce téléphone j’ai gagné 50 Go supplémentaires sur Dropbox ! \o/

– Imperméable Quechua

Avec doublure interne dézippable, utilisable en saison fraiche ou chaude. J’adore ce genre d’outils ou de vêtements à multi-usage. Les poches peuvent aussi servir d’ailleurs à prendre 2-3 choses en plus.

– Porte-feuille et papiers d’identité (dont billets d’avion)

Ce porte-feuille est un The Jimi Wallet. Un porte-carte minimaliste super pratique qui a été recommandé sur le site du Protegor (site et ouvrage que je recommande chaudement à qui s’intéresse à sa sécurité personnelle). Une mini-lampe à dynamo, ça peut toujours servir. Notez aussi la lanière permettant le bouclage sur ceinture pour prévenir les tentatives de “pickpocketage”.

 – Liseuse Kindle

Ou ma bibliothèque dans la poche ! L’écran d’encre électronique (pas de rétro-éclairage !) offre une expérience de lecture bluffante similaire au papier. On perd peut-être l’odeur nostalgique d’un bon bouquin mais on y gagne en légereté et en confort (possibilité de changer la taille et la disposition du texte, des caractères, de surligner, partager, etc.). Bref, je suis conquis au point ou je voulais y consacrer un article entier, mais mon pote Kalagan le nomade l’a déjà fait ici par le biais d’un article invité.

– Echarpe

Un cadeau que m’a fait une collègue il y a bien longtemps. Pratique et élégante, je ne suis pas prêt de m’en séparer.

 – Bandana, SleepTracker, lunettes de vue et étui

J’avais oublié à quel point le style bad boy m’allait bien jusqu’à ce que je me rachète un bandana lors du Hellfest 2012. :p
La SleepTracker est une montre dont la particularité est de vous réveiller au meilleur moment possible. Vous fixez une heure de réveil et une fourchette de temps allant de 5 à 45 mn. En se basant sur vos mouvements durant votre sommeil (il faut porter la montre en dormant), la SleepTracker déterminera quand sonner et vibrer pour vous réveiller au moment ou votre cycle semble le plus propice, dans la fameuse fourchette déterminée. Un gadget peut-être, mais très pratique pour le mec pas du tout matinal que je suis. Un produit dont j’ai pris connaissance dans l’e-book de Jean-Philippe : Réveil Ultra Matinal.

 – Grimoire et stylo Pilot noir V7

Ma Pensine préférée (qui connait Harry Potter ? 😉 ) dont j’ai déjà fait l’éloge dans un précédent article.

 – Paire de chaussures Timberland O-TMB Splitrock

Je n’ai jamais été un aficionados de marques de fringues. Ce qui m’importe c’est la qualité et le look. Arborer fièrement Truc ou Bidule m’a toujours semblé puéril. Cependant je dois avouer que Timberland m’a conquis. Cette paire de pompes à tout pour me plaire : polyvalente (elles peuvent être presque élégantes, servir pour de longues marches ou pour des conditions plus difficiles), confortable (on est super bien dedans !) et surtout…solides ! Elles ont résisté avec panache à 4 jours et 4 nuits de festival boueux, de coups divers et variés. Un coup de cirage et les voici neuves de nouveau ! J’ai payé une petite somme pour ces chaussures (150 €), mais je ne le regrette pas !

> En sac de cabine

 – Sac à dos Pacsafe 32 l

J’ai upgradé mon précédent trop gros sac à dos (un McKinley 70l) pour un sac à dos aux dimensions cabines d’avion. Le Pacsafe à la particularité d’avoir été conçu pour protéger au mieux vos affaires : filet métallique intérieur en cas de coup de couteau, possibilité de l’attacher à un support fixe, caches pour les tire-zip, protection interne pour ordinateur portable. Celui-ci m’accompagne maintenant au quotidien lorsque je vais au travail à pied.

 – Serviette micro-fibre PackTowl taille L

Ce tout petit truc absorbe une quantité phénoménale d’eau ! Anti-microbien, séchage rapide, pliage maximal, la serviette PackTowl est l’amie du voyageur. Mon seul regret : j’aurais du la prendre deux tailles au-dessus tout de même, elle est un peu petite pour moi.

 – Trousse de toilettes

Boules quiès, masque de sommeil, baume à lèvres, brosse à dent, etc. Dans un sac transparent et hermétiquement fermé, obligatoire pour les voyages en avion.

 – Un sac pour le linge sale

N’importe quel sac en plastique fait l’affaire. L’idée c’est de le séparer du linge propre restant dans le sac.

 – Ecouteurs pliables

Très sympas, jusqu’à ce que j’achète mon Galaxy SIII et découvre que la qualité des mini-écouteurs fournis est excellente. J’ai donc donné ces écouteurs pliables à mon retour.

 – Documents

Photocopies des billets d’avion, de papiers importants.

 – Ordinateur portable Acer Aspire 11,5′ et cables

En début d’année j’ai upgradé mon ancien portable Toshiba écran 18,5′ (acheté avant que je ne me “convertisse” au minimalisme) pour celui-ci, plus adapté aux voyages et à l’autonomie impressionnante (plus de 6 heures facile).

 – Lunettes de soleil

Combiné avec le bandana = +14 pts de charisme.

 – 3 paires de chaussettes Quechua

On repassera pour le style, mais le confort est là. Je les ai choisies avec les notes de rapidité de séchage et d’évacuation de transpiration les plus élevées.

 – 4 sous-vêtements Kalenji

La micro-fibre c’est fantastique. Pas d’odeur, pas d’humidité, même après avoir fait du sport ou avoir passé une journée très active. Génial.

 – 3 pantalons

Un pantalon cargo-randonnée Quechua khaki.
Un pantalon cargo noir, sobre et efficace, c’est celui que je porte en avion.
Un jean Levi Strauss 505. J’ai longtemps été faché avec les jeans, celui-ci m’a réconcilié (je suis trop sex avec ! :p ).

 – 3 chemises

Une grise super légère que même si elle est froissé ça lui donne un style sympa.
Une noire qui malheureusement se présente moins bien en étant froissée.
Une noire sans manche (+ bandana + lunettes noires = 30 pts de charisme !). La seule que j’ai pu trouver dans ce style ! Impossible d’en trouver ailleurs dans toute la France ! Faut croire que quand c’est pas la mode pas moyen d’avoir ce qu’on veut… 🙁

 – 3 t-shirts

Un débardeur noir Kalenji en micro-fibre, léger, sportif.
Un t-shirt classique Darkspace (un groupe Suisse d’Ambient Black Metal Expérimental dont je suis résolument fan).
Un t-shirt noir à manches longues et col roulé.

 – 2 shorts

Je dors tout nu d’habitude. Mais dormant chez autrui durant tout mon voyage je porte l’un ou l’autre de ces shorts pour faire office de “pyjama”.

En faisant le compte je tombe à 40 objets. Bien moins que ce qui restait chez moi à Nouméa. Et vous savez quoi ?

Je n’avais vraiment pas besoin de plus.

En revenant chez moi je me suis pris direct d’une nouvelle crise de minimalisme et j’ai offert deux sacs plein de vêtements et de livres. De nouveaux projets ambitieux et un peu fous m’inspirent aussi maintenant.

Voyagez si vous le pouvez ! Vous prendrez vite conscience que ce qui rend heureux n’est pas la possession mais l’expérience.

Voyageurs ! Quels ont été vos plus belles leçons en partant à l’aventure ?

L’origine véritable de vos problèmes d’argent… et la solution ! [Article externalisé]

(Source photo)

Depuis que je vis minimaliste je me suis libéré de mes dettes et je vois mon avenir financier avec optimisme.

Le fait est que les soucis d’argent ne sont qu’un symptôme d’un problème plus profond qu’il m’a fallu comprendre à travers un nombre de souffrances inutiles très personnelles que j’aimerais vous aider à éviter.

Retrouvez l’article qui développe ce sujet sur Candix, le blog de Martin qui m’a très gentiment invité et que je remercie sincèrement ici. 🙂

> Lisez l’article ICI

 

Le minimalisme, école du lâcher-prise (libérez votre RAM mentale !)

Avez-vous déjà remarqué que votre ordinateur a tendance à ralentir lorsque vous lancez plusieurs logiciels en même temps ?

Les bugs se multiplient et vous êtes parfois obligés de redémarrer votre ordinateur. C’est parce qu’en lançant plusieurs programmes en même temps  nous sollicitons une ressource appelée “mémoire vive”  ou RAM, qui, comme toute ressource, n’a qu’un potentiel limité.

Et, chose désagréable, le même phénomène se produit aussi avec cet ultra-ordinateur qu’est  notre système nerveux.

> Les symptômes d’une surcharge mentale

Démotivation générale, crise d’angoisse interminable, irritabilité constante ou stress anormal au quotidien sont signes d’une  saturation de notre énergie mentale .

Nous pensons être multitâches  et nous nous voulons tout faire, tout accumuler, tout apprendre, tout vivre… et nous nous mettons à buguer et à planter.

Et plus que tout,  les possessions physiques et les obligations sociales  sont les éléments les plus gourmands en ressources mentales.

  • Que va-t’on penser de moi si je porte cette robe ?
  • Devrais-je acheter cette nouvelle télévision ?
  • Pourquoi ne répond-il pas au téléphone ?

A ces interrogations conscientes s’ajoute également  tout notre passé émotionnel que nous n’avons pas purgé.

Ce n’est pas parce qu’un programme n’est pas visible à l’écran qu’il n’est pas en train de consumer de la mémoire vive en arrière-plan.  Il en va de même pour toutes les relations plus ou moins saines et possessions matérielles inutiles que nous voulons conserver à tout prix.

Elles n’ont pourtant qu’une seule raison de pomper votre énergie :

> La peur du manque

Si vous avez  du mal à vous désencombrer  d’objets à valeur sentimentale (ou pas) et “d’amis” négatifs c’est parce que vous entretenez un faux besoin qui permet à ceux-ci d’avoir pouvoir sur vous :  le “besoin” d’être rassuré.

Vous pouvez techniquement vivre et respirer sans problème en l’absence de votre amoureux et de votre paire de lunette à la mode. Mais sans ceux-ci vous vous sentez perdus, en proie à la confusion et consumé par une Rage de vivre que vous employez à mauvais escient.

Après tout, le cocon rassurant d’amis et d’objets qui vous entoure  menace de céder à tout instant, non ? Garder ceci à l’esprit est réaliste, non pessimiste.

Et il est intéressant de se poser la question fatale :  “Et si” ?

  • Et si elle me quittait ?
  • Et si ma voiture tombait en panne ?
  • Et si je perdais mon boulot ?

Fuir ces questions  ne les empêcheront pas de bouffer votre RAM mentale.
Les ruminer tout en répétant votre impuissance  face à elle ne vous aidera pas non plus.
Les affronter de face et les attaquer, une par une, pour lâcher prise sur ce qui peut vous faire souffrir reste la seule attitude digne d’un Conquérant.

Ainsi, avec l’expérience, vous gagnerez  confiance en vous  et en votre capacité à  trouver des solutions à des problèmes qui n’existent pas encore, ce qui vous libérera l’esprit au quotidien.

Mais il existe un raccourci plus rapide, le  raccourci minimaliste  :

> Apprivoiser le Vide

Domptez votre peur de manquer  en la prenant de court :  désencombrez-vous !

Faites le ménage par le vide, dans vos placards, vos bureaux, vos étagères. Jetez et donnez tout ce que vous n’avez pas utilisé depuis un bon moment.

Un cadeau totalement inutile (et laid ?) mais à valeur sentimentale ? Prenez-en plusieurs photos et zou !  A la poubelle !

L’idée vous effraie ?  Pourquoi ? Pour ce que va en pensez autrui ? Pour ce que VOUS allez en pensez ?

Ne vous méprenez pas : nous parlons ici de  santé mentale.

Car à l’échelle de l’évolution biologique  l’être humain n’est pas habitué à vivre submergé  par autant de possessions, de distractions et d’informations superficielles.

Il est urgent de vous libérer de ce surplus !

En faisant le vide dans vos pièces de vie  vous libérez votre esprit , ces tâches de fonds dont vous n’avez pas conscience, et vous acquérerez, dans l’espace qui s’offre à vous,  une sérénité nouvelle et solide.

Le minimalisme matériel devient alors un entraînement mental à  accepter le vide   non comme étant négatif, mais comme un moyen de valoriser ce qui importe vraiment dans votre vie.

Très vite, le minimalisme devient  un art de vivre plaisant, agréable, guidé par la simplicité et la fluidité.

Si l’expérience vous tente mais que  vous ignorez par ou commencer  je vous recommande chaudement le guide numérique de Joanne Tatham : 36 astuces pour désencombrer. Un recueil de petits jeux amusants qui  vous aideront à embrasser le vide, pour une meilleure qualité de vie.

(Oui c’est un lien affilié, je touche un petit pourcentage sur chaque vente. Je souhaite le préciser par souci d’honnêteté.)

Sur quoi allez-vous donc lâcher prise  aujourd’hui  ?

Vous cherchez LE truc qui va changer votre vie ? Voici ce que m’a rappelé mon bilan de 4 mois de jeûne intermittent.

Si vous avez comme-moi un penchant certain pour la fainéantise (que nous appelons “optimisation” ou “efficacité” pour faire genre) vous avez probablement lu un tas de bouquins ou d’articles vous expliquant comment améliorer votre vie.

C’est qu’il existe une somme incroyable de petits tuyaux bons à savoir pour arriver plus facilement aux résultats voulus.

En ce qui concerne la perte de poids, le mien est le jeûne intermittent sous une forme appelée Fast-5Je saute deux repas par jour et mange uniquement après 17h.

Etant donné mes résultats impressionnants avec cette méthode, je pensais avoir trouvé LE truc facile qui allait me donner un corps d’athlète sans en foutre une.

En fait, je suis juste retombé dans LE piège.

• A la recherche du Raccourci Ultime

La quête de LA recette miracle est un piège. Nous aimerions nous éviter l’effort nécessaire pour transformer notre vie en découvrant LA feinte finale.

Nous pensons qu’il nous suffit juste de la bonne information, celle qui nous échappe encore, pour atteindre enfin le bonheur. C’est la raison pour laquelle nous dévorons les ouvrages de développement personnel, ou que nous sommes incapables de rester 24 heures sans Facebook ou Twitter…parce que nous risquerions de rater, peut-être, LE message, l’information essentielle qui pourrait transformer notre vie.

La solution au bonheur n’est pas une information, mais une comparaison.

  • Je suis heureux parce que je suis aujourd’hui bien plus capable d’agir qu’a n’importe quel autre point de mon passé. (comparaison à soi-même)
  • Je suis heureux parce que je peux voir en autrui ce que j’étais auparavant, reconnaissant certaines erreurs que je reproduisais alors. (comparaison à autrui)
  • Et à un niveau absolu, je suis aussi heureux parce que je suis différencié de cet univers extérieur que je peux confronter à mes rêves. (comparaison à la réalité)

Savoir ne suffit pas.
Oser n’est qu’un début.
Insister est essentiel.

Mais plus encore, garder trace du chemin parcouru permet de déterminer avec raison si vos nouvelles habitudes acquises sont efficaces ou non, et si elles doivent être révisées ou complétées.Cela implique de l’assiduité, de la prise de notes régulière, une volonté farouche de voir la réalité en face et de se remettre en question pour pouvoir mieux avancer.

En conformité avec cette attitude scientifique, voici ce que j’ai découvert concernant ma perte de poids avec le Fast-5 :

• Empêtré dans un plateau

Voici mes mesures :

  • 2011-12-05 : hanches au nombril (103,4 cm) – fesses (108,4 cm)
  • 2012-03-05 : hanches au nombril (96,3 cm) – fesses (103,7 cm) (2e mois)
  • 2012-04-02 : hanches au nombril (95 cm) – fesses (102,2 cm) (13e semaine)
  • 2012-04-09 : hanches au nombril (95,2 cm) – fesses (102,5 cm) (14e semaine)
  • 2012-04-16 : hanches au nombril (96 cm) – fesses (102 cm) (15e semaine)
  • 2012-04-23 : hanches au nombril (96,2 cm) – fesses (103 cm) (16e semaine)
  • 2012-05-01 : hanches au nombril (96,2 cm ) – fesses (102,5 cm) (4e mois)
Depuis un mois maintenant je ne perds plus de poids, c’est ce qu’on appelle un plateau.

Avec les bafrées de fromages, de produits céréaliers, de chocolats et autres plaisirs que je m’enquille passé 17h je ne pense pas que ce soit étonnant.

Gros avantage : je ne prends pas de poids avec tout ce que je me gave ! C’est déjà ça de pris !

Mais là ou ces mesures deviennent très intéressantes c’est qu’elles soulèvent une question difficile : que veux-je faire ?

J’ai le choix :

  1. me contenter de ce truc facile qu’est le Fast-5 et continuer à manger plus ou moins n’importe quoi
  2. prendre ce plateau comme un nouveau défi et devenir plus exigeant alimentairement parlant

Et vous savez quoi ? Je n’ai pas encore décidé.

• Le Raccourci interminable, un pas à la fois

En comparant mes mesures d’aujourd’hui avec celles d’il y a quelques mois je ne peux qu’être heureux et fier de moi.

Mais que l’on parle de transformer son corps, gagner de l’argent ou trouver l’amour; nous affrontons la même dynamique : celle de la quête, interminable, de l’excellence.

A mesure que nous progressons nous réalisons que nous devenons de plus en plus exigeants.

  • Nous ne nous satisfaisons plus d’avoir perdu du gras, nous voulons aussi une belle silhouette et être séduisant.
  • Avoir un travail qui paie ne suffit pas, nous voulons plus d’argent pour découvrir le monde et l’aider à le rendre plus beau.
  • Notre partenaire est adorable, mais nous voulons aller plus loin dans notre relation et expérimenter de nouvelles aventures de vie avec lui.

Ainsi en est-il de la nature des Sorciers qui font bouger le monde. De ceux et celles qui n’ont pas peur d’expérimenter de nouvelles astuces capables d’optimiser leur parcours. Pour aller plus loin, toujours plus loin, au risque parfois de se perdre un peu.

Mais quand la destination est le chemin lui-même il ne peut y avoir d’erreur non ? 🙂

Et vous donc chers amis Conquérants ? Quel est le plateau que vous traversez actuellement ? Et quels sont les choix qui s’offrent à vous ? Saurez-vous faire celui qui vous convient le plus ?

Les bienfaits d’un bon coup de balai… magique !

Contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer suite à mon article Poisson d’Avril, je considère l’hygiène comme étant une des conditions primordiales au bonheur.

Dans notre culture alimentée par la distraction et la surinformation, nous en venons néanmoins à négliger notre hygiène psychique. Nous ingurgitons des données, des notifications, des projets de choses à faire, des contacts à entretenir… des séries toujours plus envahissantes d’accaparements et de sources d’anxiété.

Et il est bien normal dès lors que nous nous sentions épuisés et débordés face à tout ce que nous serions censé accomplir pour enfin avancer dans notre vie.

Nous pourrions ne plus savoir par quel bout commencer, ni quelle priorité accorder à nos obligations.

Nous finissons par nous retrouver paralysés, avec l’amertume d’une vie ou aucun changement ne semble pointer à l’horizon, signe que nous nous sommes laissé encrasser…

(Crédit photo)

Quand la poussière mentale s’accumule

Quelque soit votre degré de maîtrise de votre vie, il vous arrivera de rencontrer des phases de creux que l’inexpérimenté pourrait interpréter comme du découragement.

Le mythe de l’individu qui ne doute jamais, ne se fatigue jamais et ne se sent jamais dépassé est totalement irréaliste.

Tout comme le serait d’ailleurs celui d’une maison qui ne se salit jamais !

Toute activité humaine produit des déchets.

Allumez un grand brasier, vous trouverez des braises.
Enflammez-vous pour vos projets, vous récolterez des cendres.

La flamme est votre enthousiasme de départ sans lequel vous ne feriez rien de beau ni de bon.
Et les cendres sont les désagréments résultants d’obstacles imprévus, de délais ou d’échecs apparents sur la réalisation de votre objectif.

Que vous réalisez votre projet ou non vous accumulerez toujours de la cendre mentale, conséquence de vos efforts soutenus. Et si vous ne savez pas comment la purger de votre psychée, elle envahira petit à petit chaque recoin de votre âme et vous immobilisera, vous empêchant de reprendre vos projets avec ferveur.

Mission de vie : faire le ménage chaque jour

Quand j’étais petit, je répétais souvent à ma mère que je ne voyais pas l’intérêt de ranger ma chambre et faire mon lit puisque de toute façon le désordre y reviendra obligatoirement.

L’aspect éphémère des choses me semblait futile. Il m’a fallu plusieurs années de vie active et indépendante pour comprendre enfin, par l’expérience, les bénéfices d’un rangement apparemment voué à l’échec…

Le but recherché quand on fait le ménage n’est pas d’obtenir une maison propre. C’est impossible car au moment même ou nous finissons de nettoyer nos sols la poussière commence déjà y revenir, invisible et insidieuse.

Le but n’est pas d’atteindre un état de propreté.
Le but est d’agir VERS la propreté.

Faire le ménage devient alors une expérience initiatique cyclique. Un rappel du combat permanent que mène l’humain raisonné contre l’entropie, contre la tendance interne et externe de la réalité à nous emmener vers la désintégration, vers la mort.

C’est apprendre à voir la vaisselle s’entasser 9 fois et à la laver 10 fois.

C’est s’enseigner soi-même la persévérance face à l’absurde de notre monde matériel. C’est détoxifier notre volonté des scories de nos échecs passés et gagner l’habitude de toujours toujours toujours avancer quelque soient les situations et obstacles rencontrés.

Que votre objectif de vie soit limpide : qu’il ne soit pas tant atteindre un état de bonheur que d‘agir pour tendre VERS ce bonheur.

Vous acceptez alors le fait que vous rencontrerez toujours des hauts et des bas, et qu’il faudra régulièrement, avec conscience, faire le ménage dans votre vie, faire du désencombrement une habitude quotidienne.

Faites l’expérience du balai magique

Si vous passez actuellement par un moment de découragement et que vos aspirations vous semblent hors de portée, peut-être est-il temps de réduire un peu votre champ de vision et de vous attaquer à un projet plus simple.

Comme vous occuper de votre lieu de vie.

En 2009, j’avais créé une petite société secrète (j’ai appris plus tard que mon modèle ressemblait beaucoup à Toastmaster…) dont le premier rituel initiatique, pour l’aspirant, était de nettoyer de fond en comble et réaménager son lieu de vie entièrement, pour le préparer à de nouveaux départs positifs.

En vidant les placards, bricolant les meubles, repeignant les murs, récurrant les sols, le futur acolyte démontrait qu’il était déterminé à grandir et à prendre soin de lui-même en s’occupant de son espace personnel, sur le fond et sur la forme.

A la différence d’un coup de ménage classique fait pour la forme, les résultats attendus par cet exercice avaient été notés noir sur blanc sur un contrat visible par tous les membres, lesquels devaient aussi inspecter l’excellence des travaux terminés avant la fin du mois.

De cette manière, l’aspirant découvrait le goût grisant de la victoire, de la réussite d’un projet posé à plat, de l’accomplissement d’un objectif qui en préfigurerait bien d’autres encore !

De la même façon, si votre enthousiasme et votre confiance en votre réussite se sont engourdies je vous recommandera le jeu suivant :

Sur une feuille de papier (ou mieux encore, sur votre Grimoire !), écrivez une intention ressemblant à ça :

“Moi, (Prénom Nom), déclare être maître de moi et de mon espace.
Pour me le prouver je vais (listez avec précision et détails toutes les tâches de ménage que vous allez réaliser).
Une fois ces tâches terminées avec excellence j’éprouverais un profond sentiment régénérateur de fierté et d’accomplissement personnel.
Je reprendrais goût à mes combats quotidien et marcherais à tout jamais vers mon succès.”

Votre intention n’est pas une commande mentale, c’est un engagement, un projet à court terme, écrivez-là donc au futur.

Utilisez des mots qui vous parle. Remplacez “mon succès” par “ma victoire” par exemple, comme vous voulez.

Signez, datez.

Et commencez immédiatement.

Si vraiment vous n’avez pas le temps ni l’énergie, rédigez et accomplissez une intention de nettoyage sur une seule tâche : la vaisselle, le repassage, etc.

Ce rituel pourrait vous paraître amusant ou ridicule en le lisant aujourd’hui. En ce qui me concerne, il a changé ma vie.

A tout jamais.

L’Art ancestral du Minimalisme Hygiénique

!!! POISSON D’AVRIL !!!

Je me sens quand même obligé de le préciser puisqu’on me pose encore la question à savoir si cet article est sérieux ou non… :p

Soucieux d’aller toujours plus loin dans la philosophie de vie simplicitaire, il me fallait bien vous présenter un jour le concept encore peu reconnu du minimalisme hygiénique.

Le principe est simple : nous sommes esclaves du concept abstrait de la propreté !

Cette obsession est une contagion sociale et s’en libérer apporte des bénéfices conséquents que l’on ne devrait pas mésestimer :

(Crédit photo)

• Des économies non-négligeables

Savez-vous quel montant de votre budget part en abonnement d’eau, en savon, en lessive et autres produits ménagers et corporels ?

Imaginez un peu sur toute une année les économies que vous pourriez faire si vous arrêtiez dès maintenant de les employer !

A moins que vous ne comptiez continuer à vivre toute votre vie pour un emploi qui ne vous gratifie pas, vous feriez mieux de mettre en place des économies mensuelles au plus vite.

Et pour y arriver, il faut couper PARTOUT. Surtout là ou ça ne sert à rien comme toutes ces dépenses relatives à l’hygiène personnelle ou ménagère.

Au début, l’habitude sera encore trop ancrée. Il vous faudra faire un véritable travail sur vous-même pour réduire vos activités de nettoyage.

Commencez par ne faire le ménage qu’une ou deux fois par mois maximum. Apprenez à accepter avec lâcher-prise cet environnement nouveau et libre qui éclot autour de vous.

Prenez une douche de moins par semaine. Pour commencer. Regoûter à ce contact sans détour avec votre corps qui s’imprègne de ses trajets, de ces lieux visités et de lui-même. Puis réduisez la fréquence, en douceur, jusqu’à ne plus vous doucher du tout.

• Un gain de temps appréciable

Nous passons en moyenne 5 803 heures de notre vie sous la douche !

Vous vous rendez compte de tout ce temps gâché ?!

Un temps précieux que vous aurez pu passer à lire tous les articles de Raccourci-Minimaliste par exemple.

La vie est trop courte pour en laisser de précieuses miettes à des activités si peu fructueuses que le ménage, la vaisselle ou les soins corporels.

Cessez de récurer votre résidence, laissez-là s’épanouir et s’embellir des déchets de vos activités diverses. Vous constaterez alors que toute une faune prendra asile chez vous pour vous débarrasser de vos reliefs sans que vous n’ayez rien à faire.

Fourmis, araignées, cafards, mouches et rats… embrassez cette ancestrale communion avec ces petites créatures qui prolifèreront et qui, tels les lutins des légendes d’antan, peupleront votre maisonnée pour la nettoyer avec bon plaisir.

Que la Nature est bien faite. 🙂

• Un retour au naturel

Alors bien sûr vous allez rétorquer qu’adhérer à ce mode de vie c’est se placer en paria. Evidemment, vous allez retrouver votre véritable odeur naturelle, et oui, celà pourrait être un désagrément pour certains de vos proches pas encore prêts à sauter le pas.

C’est que nous avons oublié que nous sommes des animaux. Nous refusons tellement cette vérité que nous masquons nos effluves, pourtant nécessaires en séduction et communications inconscientes, par des parfums chimiques et des douches répétées.

Acceptez ce que vous êtes ! Renvendiquez-le ! Soyez fier de ce doux fumet qui commencera à se dégager de vous au fil des jours qui passeront. Vous pourriez bien y prendre goût au bout d’un moment.

Vous marcherez alors, tel un fauve triomphant au milieu de ses proies, avec la hardiesse de celui ou de celle qui se sait maître de son territoire.

L’aventure vous tente ? 😀

PS : si vous vous mettez à sentir le poisson (d’avril) sans en retirer les bénéfices cités plus haut ne vous en prenez qu’à vous-même. 😉

Augmenter son estime de soi en vivant minimaliste [Article externalisé]

Etes-vous découragés d’avance à l’idée de faire les efforts nécessaires pour améliorer votre vie ?

Revendiquez-vous votre indépendance financière en faisant des économies régulières ?

Vous sentez-vous coincés dans votre chemin par des relations nuisibles ou un indéfinissable embarras ambiant ?

Avez-vous cette soif de vivre qui vous garantie un futur lumineux et enthousiaste ?

Mon dernier article qui réponds à ces questions est publié sur le blog Objectifs Liberté et vous expliquera comment augmenter votre valeur personnelle tout en accélérant le pas vers l’indépendance financière.

> Lisez-le ici

Un grand merci à Gilles qui m’a très sympathiquement proposé d’écrire pour son blog.

Pensez à faire tourner si vous avez trouvé cet article intéressant ! 🙂

Merci à vous.

Révoltez-vous ! Déconnectez-vous !

Manque de temps ? De concentration ? Une tendance certaine à la procrastination ? Plus d’énergie ni de motivation ?

Et par dessus tout vous en culpabilisez ?

En vérité je vous le dis (j’ai toujours rêvé d’écrire ça !) : ce n’est pas de VOTRE faute !

Et peut-être vous suffirait-il d’un rien pour découvrir en vous une énergie nouvelle.

Peut-être avez-vous simplement besoin de vous déconnecter.

• Tous dans le même fagot

Venant du mot latin FASCES, (le fagot qui attache, le faisceau, tout comme dans le mot fascisme) la fascination est une absorption complète de l’attention sur un sujet précis, que ce soit la rythmique martelante d’une musique entraînante, le pendule d’un hypnotiseur, l’oeil brillant d’une supposée sorcière ou… plus à propos : la brillance phosphorescente d’un écran d’ordinateur ou de smartphone.

Nous sommes programmés en tant qu’animal pour avoir une perception immédiate de certains patterns récurrents ainsi que de tout ce qui brille.

Et détourner nos yeux de ces miroirs artificiels qui nous servent de moyen de communication ne nous est pas facile.

La religion est l’opium du peuple écrivait Karl Marx.

Celle-ci fut remplacée depuis quelques décades par la télévision, elle-même laissant place ensuite à l’Internet balbutiant, la messagerie IRC, les salons style Caramail, MSN, et depuis quelques années : Twitter et Facebook.

L’idée est la même : vous emporter sur le grand Faisceau de l’évasion mentale, fuir la réalité, et surtout, vous aidez à vous fuir vous-même.

• Coupez le cordon

Remarquez que si vous pouvez passer plusieurs heures devant un écran, deux choses sont à noter :

  1. Qui que vous soyez, VOUS avez un réel pouvoir de concentration
  2. Si vous ne le constatez pas, c’est que vous l’utilisez simplement à mauvais escient

Si vous êtes en surpoids il n’y a qu’une seule raison à cela : vous ingérez trop de calories !

Si votre concentration est saturée, c’est que vous absorbez trop d’informations, et souvent pas des plus utiles.

De même que le jeûne alimentaire aide à reposer l’organisme, de même, un jeûne numérique pourra désencombrer votre mental de cette surinformation superficielle qui nous envahit.

• La méthode est simple

Prenez une soirée complète durant laquelle vous n’allumerez absolument pas votre ordinateur, ni votre smartphone, ni la télévision, ni quoique ce soit qui puisse vous raccrocher au grand Faisceau.

Faites-vous oublier l’espace d’un instant, ne feuilletez aucun bouquin ni magazine, ne discutez avec personne si possible et rencontrez celui que vous avez toujours fuis : rencontrez l’Ennui.

Ne vous allongez pas, ne vous vautrez pas, asseyez-vous bien droit, restez alertes et attentifs !

Préparez un stylo et une feuille de papier, rien d’autre, pas de musique, pas de fond sonore. Ne chantonnez pas, ne parlez pas, ne faites pas de bruit.

Si vous n’avez pas l’habitude d’apprivoiser le Vide vous risquerez de trouver l’expérience très désagréable, mais persévérez tout de même.

Et lorsque l’Ennui sera devenu trop insupportable, gribouillez.

Dessinez, écrivez, faites n’importe quoi, en silence, et faites en sorte que cela sorte de vous. Lâchez-vous !

Personne n’ira juger ce que vous faites et vous avez le droit de balancer vos chef-d’oeuvres à la poubelle quand vous en aurez marre.

Et résistez à l’envie de vérifier vos e-mails, vos notifications et timelines avant d’aller au lit…

• Osez être fascinants

Même si vous passez votre soirée à faire de vilains ronds pas très esthétiques sur une feuille de papier alors avez-vous réussi ici un acte de rébellion suprême.

Vous avez choisi de créer plutôt que de consommer. Vous avez fait un pas hors du grand Faisceau, vous avez goûté à l’inconnu, au Vide ou tout est possible.

Vous êtes devenu une source, vous avez fait un pas vers la maîtrise de la fascination. Et je vous félicite, car beaucoup ont si peu d’estime pour eux qu’ils n’oseront jamais ne serait-ce qu’essayer d’approcher l’Ennui volontairement.

C’est dans le minimalisme, qu’il soit matériel ou mental que vous pourrez respirer, et vous mettre à élaborer votre vie de l’intérieur.

J’écris moi-même cet article de manière déconnectée, certes devant un écran d’ordinateur, mais sans musique, et surtout sans connection internet (j’ai choisi de ne pas en avoir chez moi) et sans contrainte non plus.

Je travaille à ma fascination personnelle à travers ce blog et je rêve de vous emporter, loin du Grand Faisceau mental de la médiocrité ou l’orgueil est pointé du doigt et ou toute fierté est rabrouée.

Et je rêve de vous voir briller, enflammés par vos désirs en cours de réalisation, embrasant ce monde ou le plus beau reste à créer et à partager.

Et si cette rébellion vous parle particulièrement, vous pouvez la propager, paradoxalement sur ces mêmes réseaux sociaux qui veulent retenir notre attention, en partageant cet article sur Facebook, Twitter ou Google+.

Essaierez-vous l’exercice que je vous ai proposé ? Nous ferez-vous part de votre expérience ? 

Autrement, quelles méthodes personnelles utilisez-vous pour vous déconnecter du Faisceau ?

Comment peut-on en arriver là ?

Qu’est-ce qui peut bien me motiver derrière ce mode de vie un peu marginal ?

Que s’est-il passé dans ma vie qui ai pu m’orienter vers de tels choix ?

C’est ce qu’a voulu savoir mon ami le Funambule Apatride, Jean Bessaudou (que vous pouvez aussi retrouver sur Twitter et Google+), en m’interviewant sur son tout nouveau blog “Les Araignées au Plafond”.

J’ai désactivé les commentaires de ce petit billet pour vous encourager à commenter l’interview directement sur son site. Cela lui donnera un peu de trafic, c’est le moins que je puisse faire pour le remercier. 🙂

 

> Cliquez ici pour lire mon interview

 

.

Nouvel appartement, nouveaux défis

En juin 2011, j’ai accompli mon défi de plus vivre qu’avec 100 objets. 98 possessions, selon les règles du jeu, me suffisaient même amplement.

 

Règles du jeu bénéficiant largement des avantages des collocations ou j’ai toujours habité depuis.

 

Aujourd’hui, pour la première fois de ma vie, j’ai un appartement à mon nom et à moi seul.

 

Certes, un studio de 20m2 a pour intérêt, non seulement d’être économique, d’aussi m’empêcher de tomber dans une consommation et un meublement excessif.

 

Et pourtant, les choses peuvent aller très vite !

 

Une table basse, de la vaisselle, des fournitures, un matelas, etc.

 

Vivre avec 100 objets en comptant l’électroménager (qui désormais m’appartient et devrait être compté) me semble difficile.

 

Mon mobilier

 

Il s’agit tout d’abord d’éviter le superflu :

  • télévision : pour quoi faire ? Mon cerveau est assez influençable comme ça (et c’est pas plaisant de le reconnaître) pour que j’ai à l’éponger avec des publicités et des programmes abêtissants !
  • micro-ondes : la facilité et la rapidité… mais à quel prix ? Les études sur la nocivité des ondes sont-elles toutes fiables ? Inutile d’être paranoïaque mais il faut avouer que réchauffer ses plats à la poêle réhausse la température plus uniformément et avec meilleur goût que ne l’ont fait tous les micro-ondes que j’ai pu utiliser jusqu’alors.
  • lit : pas besoin d’un “vrai” lit. Un grand matelas très fin posé à même le sol me convient largement. Certains considère ce choix comme spartiate, mais en ce qui me concerne je n’ai jamais aussi bien dormi que de cette façon, sur un sol bien ferme, mais pas trop.

 

Ce qui me semble indispensable :

  • un frigo : dans mon pays que j’adore, la température en été dépasse facilement les 30°C, autant dire que tout aliment laissé à l’extérieur le matin se retrouve gâté le soir même.
  • un ventilateur : raison similaire au frigo.
  • une gazinière : pour apprendre petit à petit à aimer faire de la cuisine saine !
  • une hotte filtrante : quand on vit dans un 1 pièce, on ne veut pas que l’ensemble de l’appartement se mette à sentir la viande ou le poisson… la hotte n’est pas un luxe pour moi, mais une nécessité olfactive.
  • un “placard”: en aluminium, démontable facilement, je l’adore. Pratique pour ranger ses vêtements.
  • une table basse : pour y poser l’ordinateur portable et les papiers.
  • un étendoir : petit modèle puisque je n’ai pas de terrasse ou j’aurais pu le mettre.

 

Les petits plus :

  • une machine à laver : clairement, j’aurais pu laver mes vêtements (peu nombreux à la main). La lessive à la main ne me rebute pas, mais l’essorage, avec une machine à 1200 tours/minute est inégalé, et très pratique lorsque l’on a ni terrasse ni balcon et que l’on doit faire sécher son linge DANS son appartement !
  • un meuble-comptoir : très pratique pour séparer un peu le coin cuisine du reste de la pièce et pour y poser, dans ses étagères les couverts et condiments.
  • deux autres tables basses (!) : oui bon je suis encore en rangement, il est fort probable que je me débarrasse de l’une, voire des deux dans les semaines à venir, en attendant elles restent pratique pour y poser quelques affaires.

 

Combien d’objets ai-je aujourd’hui ?

 

Aucune idée. Mais il est clair qu’il me faudra faire un peu de vide, j’ai récupéré trop de couverts de mon ancienne collocation par exemple.

 

Allez, si le coeur vous en dit je pourrais faire un nouveau comptage complet dans les mois qui suivent.

 

En attendant je profite de cet article pour remercier publiquement ma môman qui m’a trouvé de bonnes affaires d’occasion avec la machine à laver et l’armoire, ainsi que les deux amis qui m’ont aidé à installer la hotte, la gazinière et la machine à laver.

 

Avant de se retrouver dans un prochain post, quels sont les conseils que vous pourriez me donner pour optimiser au mieux mon petit studio ?

Merci d’avance ! 🙂

Depuis que je n’ai plus de voiture…

J’ai vendu ma voiture en octobre 2011.

Un acte radical pour couper court à un endettement et des frais divers qui auraient encore duré au moins deux ans de plus.

 

Je n’ai plus de voiture, et en deux mois j’ai appris :

  • qu’une petite marche le matin est un moyen idéal de faire le plein de soleil et ciel bleu (nous sommes en été) avant de commencer son travail.
  • qu’une petite marche le soir pour rentrer chez soi est excellent pour décompresser de sa journée et se libérer l’esprit.
  • que la plupart des gens, d’accord, pas tous, mais la plupart, vous sourient et vous disent aussi bonjour en retour lorsque vous les croisez
  • que mes amis seront toujours là pour soutenir mes projets et faire la fête avec moi aux quatre coins du pays en m’emmenant dans leurs véhicules
  • qu’il est possible, avec infiniment de patience et de discipline de sortir de l’endettement, d’en voir au moins le bout du chemin
  • à porter un sac de randonnée chaque jour dans lequel je garde mes rechanges (pour éviter de sentir le fennec au taf).
  • à me renforcer devant le regard des gens, qu’ils soient à pied, en deux roues ou en voiture, me dévisageant devant ma dégaine de touriste à sac à dos
  • que ma ville recèle de petites merveilles, des petites scènes de mystère ou de beauté que l’on ne découvre qu’en marchant, et que l’on ne revoit jamais plus
  • et pour en découvrir d’autres encore, à être vigilant, patient et éveillé (dans la mesure d’une bonne nuit de sommeil !).

 

Vivre sans voiture n’est pas donné à tout le monde ni aux habitants de toutes régions.

 

J’ai la chance d’habiter à quinze minutes de mon lieu de travail et au coeur de Nouméa, capitale de la Nouvelle-Calédonie.

 

Conserver une voiture, si importante dans l’estime du calédonien moyen, n’aurait eu strictement aucun sens pour moi.

 

Mon ego se porte bien, mes jambes et mon porte-feuille on ne peut mieux, et la vie n’a jamais été un aussi beau sentier à parcourir.

 

Et vous ? Avez-vous appris à vivre sans quelque chose qui vous semblait essentiel ? Quoi donc ? Et qu’en avez-vous appris ?

 

42 Raccourcis Minimalistes ! 42 est la réponse !

ENFIN !

– Je l’ai promis… le voici. “42 Raccourcis Minimalistes”, le document qui compile les conseils de 15 blogueurs !

– Hey attends ! C’était pas 100 Raccourcis Minimalistes normalement ?!!

– Hmmm… eh bien oui, c’était l’objectif initial. Cependant je dois reconnaître avec humilité avoir mal dirigé le projet. J’ai fais quelques erreurs de débutant en ne fixant pas dès le départ une deadline pour les participants, quelques problèmes dans les e-mails, etc. 🙁

– Ben c’est malin !

– Oh ça va hein ! Le document est totalement gratuit, libre de partage, et vous n’avez ni à Twitter ni à “Liker” ou “Sharer” ou quoique ce soit pour le télécharger et en faire ce que vous voulez !

– Ah, bien.

– Et puis je dois surtout sincèrement remercier tous les participants au projet qui ont fait l’effort de rédiger des conseils pertinents et concis. Vous verrez, c’est de qualité. 🙂

D’ailleurs j’espère vraiment n’avoir oublié personne durant ma compilation !!! Si c’est le cas dites-le moi je tâcherais de rectifier le tir au plus vite. :/

– Mouaip… bon je le télécharge ou ?!

– Eh bien le document est libre, mais pour le recevoir vous aurez simplement à vous inscrire à ma toute nouvelle liste de Lettres Privées (newsletter) que j’essaierai de vous envoyer une fois par mois avec du contenu exclusif. 😉

Pour ce faire cliquez ci-dessous :

 

– Okay ! Un dernier mot ?

– MERCI à tous ! 😀

6 mois écoulés pour réussir mon défi, qu’en est-il ?

Vous avez pu le constater, j’ai été très peu bavard ces dernières semaines sur ce blog.

Nous avons franchi le 1er juin 2011, date limite de la réussite de mon défi, je me dois de faire un topo rapide pour les chaleureux lecteurs qui m’ont soutenus jusque là, puis expliquer la raison de mon long silence récent et mes projets à venir. 🙂

LE TOPO

Alors, tel qu’expliqué sur ma page “Commencez ici”, je devrais aujourd’hui :

• Vivre avec 100 objets

Autant vous le dire tout de suite, c’est peut-être le seul point de mon challenge qui est à peu près réussi… je n’ai pas compté récemment l’ensemble de mes possessions personnelles, je pense sincèrement vivre avec moins de 100 objets, mais ceux-ci sont loin de correspondre encore à la liste finale que je désirais atteindre.

J’ai vendu beaucoup de choses inutiles, donner des affaires, des livres… il me reste encore quelques objets qui se vendent petit à petit grâce à mes annonces locales sur l’internet calédonien et que je n’utilise pas en attendant.

Le point le plus réussi de tous concerne le scan de tous mes documents administratifs pour enfin me débarrasser de l’horrible classeur rose qui les contenait tous !
J’ai scanné et sauvegardé plus de 98% de mes papiers, il me reste encore quelques feuilles concernant mes assurances-vie, je peux dire sans me tromper que la semaine prochaine j’aurais TOUT scanné ! Je garde néanmoins des papiers apparemment très importants (impôts, relevés de retraite, etc) dans une chemise A4.

• Vendre ma voiture et me déplacer à vélo

Ah… cette voiture qui m’a pris la tête et que j’ai tenté de vendre comme un dingue en en descendant le prix au long des mois…
Cette voiture que j’utilise encore tous les jours et les week-end pour aller camper, pique-niquer, emmener des amis…

Un deal a été conclu avec 2 de mes amis. Lorsque l’un d’entre eux, détenteur d’un scooter, sera en CDI dans son travail, il achètera la voiture de l’autre ami qui récupérera la mienne. Pour ma part j’achèterais le scooter du premier. Une triangulation de bon aloi. Une bonne idée que nous mettrons en pratique en octobre, lorsque le loyer de ma voiture aura atteint 2 ans pleins et que je pourrais la vendre sans majoration de cessation de crédit… et si mes deux amis sont encore ok pour le deal.

Bref… affaire à voir, mais il sera certainement plus judicieux pour moi de la vendre en octobre dans tous les cas, son prix sera devenu bien plus attractif.

• M’assurer une sécurité personnelle

Ah ce fameux BOB… eh bien… j’ai un sac à dos.

Point.

Je lutte encore pour remonter la pente financièrement, je me débrouille pas mal d’ailleurs, et je n’ai pas souhaité dépenser actuellement encore plus d’argent que je n’ai pas… je reste encore déterminé à réussir ce point-ci, mais il me prendra plus de temps.

• Un article par semaine

Plusieurs semaines de silence montrent bien que je n’ai pas pu tenir cette discipline… :/

Pourquoi un tel retard ?

Notez que je parle de retard, et non d’échec ! 😉

On échoue que lorsque l’on abandonne, ce qui n’est aucunement le cas ici.

Depuis plus de deux mois maintenant je réorganise mes habitudes et mes priorités.

La découverte du système des assiettes tournantes couplée à mes priorités de Darkworker m’ont obligé à revoir et travailler mes bases : sport 4 fois par semaine, davantage de contacts sociaux, régularisations administratives, médicales, recherches personnelles pour une assurance-vie en langue anglaise…

C’est que je suis depuis plusieurs mois engagé dans une longue procédure difficile et je crois certainement unique sur mon île, en tout cas rare encore de part le monde : je veux établir un contrat de suspension cryonique.

Je n’en dirais pas plus sur le sujet, pas sur ce blog en tout cas, vu les réflexions assez saugrenues et des interminables débats provoqués par ceux résolus à pourrir (ou être incinéré, ça semble être devenue la mode).

Et maintenant ?

• Raccourci Minimaliste : le projet

… est bien évidemment toujours d’actualité ! Je suis résolu à avancer sans cesse vers plus de liberté, de richesse et de sécurité, et je me sens réussir, petit à petit, avec persévérance.

Tout ce que j’ai écris sur ce blog, j’y tiens encore et je travaille pour le réaliser, mais cela me prendra bien plus de temps que je ne me l’imaginais.

Je Sais ce que je veux, j’Ose faire de nouvelles choses, et j’Insiste jusqu’à avoir un résultat à étudier. 🙂

• Raccourci Minimaliste : le blog

Autant l’avouer tout de suite. Je n’ai aujourd’hui plus l’énergie mentale le soir pour me poser et écrire des articles de qualité.

J’avais lancé ce blog, comme beaucoup, dans une optique de monétisation à long terme, suivant les conseils d’Olivier Rolland et d’Everett Bogue notamment.

Mais c’est grâce à la formation vidéo de Jean de WebMarketingJunkie que j’ai finalement compris ce qu’était le vrai marketing, du fond à la forme, et que je n’étais pas encore prêt à me lancer dans un tel travail continu… qu’il me fallait auparavant repenser l’ensemble de mes habitudes de vie, le minimalisme restant un raccourci efficace j’en reste persuadé pour se dégager plus de temps et d’énergie une fois bien vécu.

• Le projet 100 Raccourcis-Minimalistes

Je l’ai promis, un pdf gratuit compilant des conseils de plusieurs blogueurs. Je vais le finaliser au plus tôt, sans plus attendre de nouvelles de la part des blogueurs participants retardataires.

Il contiendra donc moins que 100 conseils, mais ceux-ci sont très intéressants vous verrez. 🙂

A quand la suite ?

Sincèrement je ne sais pas. Je me suis fait un peu violence pour rédiger ce présent billet, mais il était nécessaire.

J’ai des dizaines d’articles non terminés, sur Evernote, sur le débat de la prise de pouvoir personnelle, et tant d’autres…

Le prochain sera très certainement l’annonce de la publication gratuite de mon .pdf et vous n’aurez aucunement à diffuser quoique ce soit sur Twitter ou Facebook cette fois-ci. 😉

Allez, on se revoit dans pas (trop) longtemps. Prenez bien soin de vous, simplifiez votre vie, même si ça demande beaucoup de travail au préalable, vous vous sentirez profondément serein… et en évolution. 🙂

Vivre avec 100 objets… ma liste a changé ! (avec une petite surprise !)

Que le temps passe vite !

Dans moins de 2 mois maintenant il me faudra avoir réussi mon défi… vendre ma voiture (personne n’en veut je vais devoir casser le prix !), vivre avec 100 objets, m’assurer de m’orienter vers toujours plus de liberté, de richesse et de sécurité.

Ne faisant rien au hasard, je vous avais déjà présenté la première version de ma liste de 100 objets il y a maintenant plus de 4 mois.

Autant vous dire qu’avec les deux déménagements que j’ai vécu (et tout ce que j’ai donné et vendu comme durant la brocante de la photo ci-dessus) ma liste s’est pas mal modifiée !

J’ai voulu en profiter pour vous la présenter d’une manière un peu différente et plus agréable… parce que…

• Je vous prépare une surprise !

(Blogueurs ? Ca vous concerne surtout en fait !)

Peu après avoir mis en ligne ce blog, j’ai pris contact avec de nombreux blogueurs et j’ai eu une idée, directement inspirée d’un projet qu’avait déjà réalisé Webmarketingjunkie : offrir un e-book gratuit aux abonnés de ma (future) newsletter qui leur permettra de découvrir d’autres blogs dans le domaine du développement personnel, du dépassement de soi, etc.

Si vous êtes curieux de savoir en quoi consiste ce projet, appelé “100 Raccourcis Minimalistes” vous pouvez le découvrir en cliquant ici.

Cependant je pense avoir manqué de fermeté en affirmant aux inscrits qu’ils avaient tout le temps voulu pour me livrer leur participation… c’est ma faute. Maintenant je sais que poser des deadlines est impératif dans l’aboutissement d’un objectif ! 🙂

On ne me prends donc plus vraiment au sérieux avec ce projet et certains blogueurs semblent s’être désistés (en tout cas je n’ai reçu aucune réponse de leur part !)… j’ai donc trouvé le moyen de vous prouver que ce projet me tient à coeur et qu’il est plus que jamais d’actualité ! 🙂

• Découvrez-en la maquette en avant-première !

Pour accéder à la seconde version de ma liste de 100 objets il vous suffit simplement de cliquer sur l’image ci-bas.

Il vous sera alors demandé de vous connecter soit sur Facebook, soit sur Twitter, afin de partager automatiquement un lien vers l’adresse de mon blog.

C’est tout ce qui vous est demandé. Pourquoi je fais ça ?

Eh bien pour augmenter mon trafic de manière virale, pour davantage faire connaître non seulement mon défi, mais aussi mon projet “100 Raccourcis Minimalistes” et augmenter mes chances d’intéresser des blogueurs qui pourraient y contribuer de manière très positive.

Autrement dit, c’est dans votre intérêt, dans notre intérêt ! 😉

Recevez sans plus tarder mon petit document-liste, je suis sûr qu’il vous plaira et n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. 🙂
PS : il se peut que l’image n’apparaisse pas du premier coup, rafraichissez la page (F5) et ça devrait le faire.

Vivre avec 100 objets ? Pourquoi pas 99 ou 101 ?

Avant toute chose, remarquez la mise en avant à droite vers le blog “Aidons le Japon”, une initiative pleine de coeur de la part de Jean-Philippe.
L’idée est géniale : faites un don de 10 Euros et recevez des petits cadeaux offerts par toute une communauté de blogueurs.
Je n’ai pas eu le temps et l’énergie de préparer de cadeau (je suis même en retard dans mes publications) mais je compte sur vous pour retransmettre l’info du mieux possible comme je le fais ici. 🙂

Alors… je rappelle qu’à compter du 1er juin 2011, j’aurais réussi à atteindre un chiffre de 100 possessions matérielles. Si si ! Je vais y arriver !

Lorsque l’on découvre mon défi, il y a une réaction qui revient souvent : “100 objets ?! Ah non moi je pourrais pas ! Je pourrais avec 1000 par exemple !” 😀

1000 objets ? Ma foi si tu veux.

Que vous viviez avec 50, 100 ou 2000 objets… l’important c’est de savoir si ceux-ci servent votre rêve ou si ils l’encombrent.

Et pour savoir si nos possessions nous servent ou nous desservent les réviser et les compter, comme je le fais, est déjà un bon début en soi.

Et il est plus facile de le faire en possédant 100 objets que 1000. 😉

Il existe néanmoins d’autres avantages à se donner un chiffre précis et à s’y arrêter…

• Les chiffres ne mentent pas

Que l’objectif visé soit financier (épargner pour atteindre une certaine somme), diététique (atteindre un poids idéal) ou matérialiste (vivre avec 100 objets), il est essentiel de se fixer un résultat précis et mesurable.

Souvent j’entends des personnes me dire que noter précisément leurs rêves n’est pas nécessaire et qu’il suffit de vivre au feeling, de “s’équilibrer”. Ce sont les mêmes personnes qui vivent en effet de manière “équilibrée”, ni trop ni trop peu, pas de grandes ambitions, pas de rêves, pas de Flamme…

De grands résultats exigent un chemin plein de persévérance, et une démarche pleine d’attention.

Si vous désirez “être riche” vous n’irez jamais bien loin.

Parce que c’est quoi “être riche” pour vous ? A partir de combien d’argent dans votre compte en banque sauriez-vous que vous êtes enfin riche ?

Dès que vous avez pris le courage d’écrire noir sur blanc un résultat vérifiable à atteindre vous ne pouvez plus fuir. Vous ne pouvez plus vous en remettre à la chance ou au destin.

Bien que j’ai choisi des règles personnelles pour relever mon défi minimaliste, je saurais très bien si je l’ai réalisé ou non à la date voulue.

Impossible de me mentir ! Car il faut admettre que l’auto-cécité est bien souvent notre premier obstacle dans notre évolution personnelle.

Si vous savez avec précision ou vous voulez être demain, vous pouvez aujourd’hui faire un premier pas vers la bonne direction. 🙂

• Les chiffres indiquent le chemin

En mesurant la distance qui nous sépare entre la situation actuelle et le résultat désiré nous pouvons mieux estimer la charge de travail à réaliser et les différentes étapes nécessaires.

Pour pouvoir vivre avec 100 objets, j’ai d’abord fait une première liste.

J’ai noté tout ce qui me semblait correspondre à ce que je voulais atteindre en terme de Richesse, Liberté et Sécurité.

Très vite, je me suis retrouvé à dépasser le chiffre voulu.

Et c’est alors que la magie a opérée. Avoir le chiffre 100 en tête (mais ce pourrait tout aussi bien être 200 voire 500 peu importe !) m’a aidé à trier l’utile de l’encombrant plus aisément que si je m’étais décidé à devenir “minimaliste au feeling”. Alors j’ai fais une seconde, puis une troisième version de ma liste de 100 objets.

Et plus important encore, j’ai pu définir une série d’actions à réaliser pour y arriver :

• Les chiffres sont nos amis

J’ai beau dos de dire ça. J’ai toujours eu des résultats déplorables en maths !

Cependant je vous encourage à voir les nombres un oeil nouveau. A comprendre qu’ils ne sont pas là pour nous prendre la tête mais au contraire pour nous simplifier la vie, nous aiguiller.

Quand je sais quels sont les 5 adjectifs ou qualités que je veux développer dans ma vie une bonne dose de brouillard s’en va.

Quand je sais avec combien d’objets je veux faire l’expérience de vivre, je peux mettre en place une stratégie d’actions.

Quand je sais ou et comment je veux être à une date précise, le Temps devient alors mon plus puissant et plus précieux allié… en m’enseignant l’Art de Raisonner, d’Agir et de Patienter avec persévérance. 🙂

Prendre le Raccourci Minimaliste pour réussir sa vie m’a appris beaucoup de choses que j’aimerais partager avec vous ! J’ai écris cet article avec deux semaines de retard et je m’en excuse (ainsi que pour mes régulières petites fautes d’orthographe, entre autre…), mais je sais que vous qui êtes abonnés par e-mail, par RSS ou qui me suivent sur Twitter ne l’ont pas manqué et je vous remercie énooooormément pour votre soutien.

Je vous embrasse fort. 😀

PS : N’oubliez pas de faire un petit don pour le Japon !

Réussir sa vie en trichant (et en traînant sur Facebook)

“C’est décidé ! Aujourd’hui je change ma vie ! Fini les sucreries / les clopes / les dépenses inutiles / les heures gaspillées sur Facebook /(rajoutez ici le défaut de votre choix).”

Que reste-t’il de ce bel élan de motivation au bout de quelques semaines ?

“Bof non mais là j’ai pas le moral j’y repenserais plus tard… peut-être…”

Et au final rien ne change…

• Se forcer ne fonctionne pas

Le naturel revient toujours au galop, nos “faiblesses” sont à l’image d’un animal sauvage muselé qui n’attend qu’un moment de répit pour mordre et se venger. Et plus les changements que vous désirez mettre en place sont grands et plus la Bête frappera avec force à la moindre incartade !

Et qu’en est-il de vivre dans une frustration permanente ? Le sentiment de se priver d’un plaisir est certainement un frein majeur à toute transformation d’habitudes, mais aussi une sérieuse menace vis à vis de la simple joie de vivre

Vous savez que je vous ai déjà encouragé à célébrer votre fainéantise, mais cela veut-il dire que vous devriez absolument abandonner toute tentative d’améliorer votre vie ?

Absolument pas ! Je vous invite plutôt à tricher

• Se goinfrer de cochonneries et perdre du poids

Oui vous avez bien lu. Je ne vous en ai pas parlé mais j’ai commencé depuis 2 semaines un régime… ou plutôt un changement d’habitudes alimentaires assez radical (pour moi).

Le soir (et si possible le matin et le midi aussi) : fini le pain, fini les pates, fini le riz, fini toutes formes de féculents et absolument pas de sucre (même les fruits sont interdits). Bonjour les légumes à outrance et les protéïnes (viandes, oeufs…).

Vous avez peut-être reconnu ici les recommandations de la Slow-Carb Diet (j’imagine mal comment traduire ça en français) de Tim Ferriss dans son nouveau best seller “The 4 Hour Body” (le corps de quatre heures ? ça veut dire quoi ?!) oO

Imaginez-moi avec mon sang italien et mon addiction aux platrées de pâtes au fromage face à cette frustration massive !

Vais-je craquer ?

OUI !

Un jour par semaine ! 😀

C’est le principe du “Binge Day”, le “Jour de Fête” ou tout est permis, à outrance et dans tous les sens. :p

Pour moi c’est le samedi… autant vous dire que j’attend ce jour béni chaque fois avec impatience, me délectant par avance des délicieux blasphèmes alimentaires que je vais pouvoir réaliser !

Et si vous vous demandez si c’est bien raisonnable et si ça marche, voici mon résultat actuel : 2 kilos de perdu à ce jour et ce, sans avoir fait de sport ! Une tendinite à la main gauche me contraint d’arrêter la capoeira un petit moment… :/

• Pourquoi tricher est efficace

Il existe au moins 3 raisons qui font du jour d’orgie un véritable succès sur le long terme :

1 – Relâcher la tension psychologique :

Savoir qu’aucun plaisir ne nous est finalement interdit est un soulagement immense ! Chaque fois que durant la semaine me prend une envie soudaine d’un aliment “prohibé”, il me suffit de me rappeler que je pourrais m’en gaver jusqu’à éclater samedi. Et ça me fait plaisiiiiiiir ! Dernier exemple en date avec les crèpes que j’ai partagé samedi dernier avec deux amis. Savoir que l’on va assouvir ses pulsions offre également un doux moyen d’apprendre à retarder sa satisfaction, ce qui est une qualité exceptionnelle qui bénéficie à de nombreux autres domaines de la vie…

2 – Stimuler le métabolisme

La plupart des régimes stricts oublient ce point essentiel. Si vous vous forcez à un type précis d’alimentation, alors votre corps va progressivement s’habituer à ce régime, on dit qu’il va se réguler. Sitôt que vous reprenez alors une alimentation moins attentive, votre corps va s’affoler et il suffira de quelques jours pour reprendre tous vos kilos et voir s’évanouir tous les efforts de mois, voire d’années de frustrations ! En prenant soin d’avoir un jour régulier de folie (j’insiste sur le régulier), votre métabolisme reste alerte et selon les expériences de Tim Ferriss cela aide votre corps à davantage perdre sa mauvaise graisse et à stimuler son énergie ! Super non ? 😉

3 – Apprécier une saine habitude de vie

Après s’être éclaté la panse à coup de hamburgers, de sodas et de crèmes glacées, vous aurez une conscience plus aigüe des conséquences de ces junk-food sur votre corps en réalisant à quel point ils épuisent votre énergie au final. C’est là un autre avantage du jour d’orgie : finir par petit à petit apprécier de la nourriture de meilleure qualité après avoir eu toute l’opportunité d’abuser du pire.

• L’art de se piéger soi-même

J’ai parlé d’alimentation certes. Mais réalisez que ce “jour de triche” et ses bénéfices peuvent virtuellement s’appliquer à tout changement de vie.

Pensez dès maintenant à une chose que vous aimeriez changer et que vous devriez faire tous les jours… peut-être de l’exercice, ranger votre appartement, ne plus se vautrer devant la télé ou s’abrutir des heures durant sur internet (qui a dit Facebook ?… ^^ ).

Relisez maintenant les 3 avantages du jour d’orgie et voyez si ils peuvent s’appliquer à votre addiction ou votre future nouvelle habitude.

Allez-y faites-le !

Vous en pensez-quoi ?

N’est-ce pas agréable ce sentiment de ne pas se sentir “privé” d’un plaisir coupable ? 🙂

Pour la petite anectode, j’ai mon “jour de fête” de surf béat et idiot sur Internet. C’est le lundi soir. Bonjour les heures sur Stumbleupon (chronophage et teeeellement addictif !) tout en chattant sur Facebook. 😀

Extrêmement improductif !

Sauf que je pense à me piéger moi-même… bouffer tout ce que je veux samedi, mais profiter du ballonnement qui s’en suit pour faire une belle promenade… surfer comme un légume sur le web, mais en profiter pour scanner mes papiers administratifs… il y a toujours un moyen de multiplier les bénéfices de sa fainéantise.

Pensez-y à deux fois !

Attention ceci dit, il ne sera pas toujours avantageux d’utiliser cette méthode pour tout changement de vie. Un fumeur invétéré aura peut-être plus avantage à cesser totalement et définitivement plutôt que de craquer ne serait-ce qu’une fois. Et évidemment, n’allez pas abusez de crevettes si vous en êtes allergiques sous prétexte que c’est votre “jour de fête” ! :p

Comme à chaque fois, rien ne remplace l’expérience… comprendre par là les essais et les erreurs nécessaires à toute évolution. 😉

Voyez si un jour de folie fonctionne pour vous, restez honnête, observez les résultats, prenez soin de vous, n’oubliez pas de vous faire plaisir…. et partagez avec moi vos résultats. 🙂

Je mets en place des Raccourcis Minimalistes pour aller droit vers la réalisation de mes rêves !

Suivez donc mes avancées par e-mail ou par flux RSS. 😉

Comment je nique le système 2/2 – Grâce à la redondance

Dans l’article précédent je présentais Dropbox, mon outil préféré pour conserver mes paperasses administratives (entre autre) et ainsi faire un gros doigt au système bureaucratique qui nous souhaite croulant et agonisant sous des tonnes de papiers jaunis par le temps.

Transférer ses données sur internet c’est bien sympa, mais cette habitude soulève souvent deux craintes principales, légitimes, que nous allons aborder :

1 – Qu’en est-il de la sécurité de mes données ?

C’est la question qui vient généralement en premier lorsque l’on parle de mettre ses données personnelles sur internet. Le piratage existe, des données peuvent être volées et utilisées à mauvais escient, c’est un fait. Mais vos documents “originaux” sont-ils davantage en sécurité ?

Réalisez que rien, absolument rien ne peut être sécurisé à 100%. Ni vos classeurs financiers dans votre cave, ni vos billets de banque dans votre coffre-fort, pas même les documents plastifiés que vous pourriez conserver contre vous 24h/24. Rien n’est définitivement à l’abri du vol ou de la simple dégradation par le feu, l’eau ou le temps.

Grâce au Nuage, vous pouvez déjà être rassuré du fait que vos “papiers”, désormais intangibles, se trouvent libérées des faiblesses et de l’inertie inhérente à la matière.

La seule inquiétude restante sera celle du vol de données. Mais c’est en fin de compte un souci mineur lorsque l’on prend la peine de choisir avec attention à quel service nous confions nos données sensibles.

Pensez bien qu’avec Anonymous qui écume le web et en éprouve les limites, le jour ou un service en ligne se révélerait peu fiable, le web entier en serait tenu très vite au courant ! C’est déjà arrivé, et ça arrivera encore.

Sachez que Dropbox, utilisé par de nombreux entrepreneurs et entreprises, utilise les standards AES-256 et SSL pour protéger vos transmissions.

Autrement dit ce qui se fait de mieux en sécurisation de données au niveau public actuellement. Nul doute que les gouvernements soient un cran au-dessus à ce niveau… mais à quoi bon les envier ?

Si vous vous inquiétez toujours pour vos petits secrets il vous reste encore l’opportunité de crypter vos données les plus sensibles grâce à Boxcryptor ou Truecrypt par exemple. Vous pourrez alors dormir sur vos deux oreilles. 😉

2 – Et si l’entreprise derrière Dropbox coule, ou si le service devient indisponible durant un moment d’urgence ?

L’exemple le plus récent en date qui a provoqué pas mal de remous sur le Web à été la fausse rumeur de la fermeture de Del.icio.us, un service de synchronisation de marque-pages.

Pour éviter d’être victime d’une telle situation, si elle se vérifierait, il suffit d’appliquer une règle très simple de la sauvegarde : celle de la redondance.

Le “Pape Yead-Ministratif”, que j’ai cité dans le précédent article, à quelque part raison : trois copies d’un document est un minimum ! Mais en abuser n’est pas un mal, d’autant plus lorsque l’on parle de sauvegardes numériques.

Pour ma part, mes données les plus importantes se trouvent sur 5 supports : le disque dur de mon portable, un disque dur externe, Dropbox, Evernote et depuis peu également sur Sugarsync.

Si vous voulez sécuriser au mieux vos informations ne vous limitez pas à Dropbox ! Utilisez donc aussi plusieurs services de stockage en ligne, par exemple :

  • Sugarsync : je l’ai découvert il y a quelques jours, il me semble être le meilleur concurrent de Dropbox. 5 Go vous sont offerts gratuitement dès le départ (mais faut un peu fouiller l’offre gratuite !). Un logiciel est installable afin de l’utiliser et vous permet de synchroniser plusieurs dossiers de votre ordinateur ! Ainsi votre classement personnel n’est pas chamboulé. Le seul “inconvénient” par rapport à Dropbox ? Peut-être est-il légèrement moins facile d’accès pour les néophytes et il est en anglais. Nul doute qu’il conviendra cependant à la majorité des utilisateurs informatiques réguliers. 🙂
  • Box.net : offre lui aussi 5 Go gratuit dès l’inscription mais je n’apprécie pas le fait que les uploads/downloads doivent se faire par le biais d’un navigateur internet et le tout est vraiment peu intuitif. Par exemple si vous voulez téléverser (uploader) des dossiers entiers, il vous faut activer l’option “Bulk Download”, sous réserve qu’aucun fichier n’excède 25 mo…
  • Dotspirit payant, mais pour 250 Go de stockage ça me semble vraiment pas mal. Je vous recommande au minimum la seconde offre à 9,99 €/mois (FTP Drive ), la première offre n’étant à mon goût pas assez sécurisée…
  • Amazon S3 : m’a été recommandé par Argancel de DéveloppementPersonnel.org. L’avantage de ce service c’est que les tarifs sont à la mesure de l’utilisation que l’on en fait.
  • Google Docs aussi vous permet de conserver vos paperasses tout en étant doté de reconnaissance optique de caractères. Vous pouvez même vous en servir pour faire vos comptes en tout sécurité. Il ne peut pour l’instant stocker que certains types de documents.
  • Evernote : est tellement génial qu’il fera à lui tout seul l’objet d’un prochain article. 😀

Nul doute qu’il en existe bien d’autres ! Faites-nous donc part de vos découvertes ou de vos outils préférés de backup dans les commentaires ! 😉

• Vers un avenir léger…

… et rassurant !

Je ne vous encourage évidemment pas à détruire vos documents originaux hein… tant que nous vivrons dans l’obscurantisme de la bureaucratie nous sommes bien obligés de faire avec. Mais que cela ne vous suffise pas !

Imaginez le sentiment de contrôle qui vous habitera lorsque vous aurez à coup sûr protégé vos documents importants en les numérisant en redondance !

N’oubliez pas de les conserver aussi sur clé USB au cas ou votre ordinateur tomberait en panne et qu’aucune connexion internet ne serait disponible. C’est un conseil de survivaliste qui vaut bien… il est toujours rassurant d’avoir son carnet de santé ou sa pièce d’identité, même sous forme numérique, prête à l’emploi dans les situations les plus catastrophiques…

Vous serez alors prêts pour l’avenir, un futur qui se présente comme étant tout numérique, un Web 3.0…

“Le futur est là. Il n’est pas encore bien réparti, c’est tout.” – William Gibson

Pour avoir un aperçu de l’avenir que nous prépare Google et comprendre tout l’intérêt du Nuage, vous pouvez mater cette vidéo marrante et instructive sur leur premier projet de Netbook, le CR-48 :

Si le projet Chrome OS vous intrigue autant que moi je vous encourage à visiter le blog de ChromeOS.net qui suit l’actualité du sujet, en français s’il vous plait !

• Le courage ne suffit pas

Je ne vais pas vous mentir : téléporter tous vos documents sur le Nuage vous prendra un temps fou !

Aucune raison de paniquer cependant. Je vous prépare une petite méthode d’organisation simple et efficace dans un article bonus sur le niquage numérique du Système ! 😀

On reste en contact par e-mail ou par flux RSS ok ? 😉

Comment je nique le système 1/2 – Avec ma Boîte Magique

Dans un précédent article, j’expliquais pourquoi et comment, afin de vivre avec 100 objets, il me fallait dématérialiser des souvenirs qui me tiennent à coeur.
Après avoir réussi cette étape, vous pensez bien que j’ai d’autant plus d’énergie pour maintenant faire “disparaître” ce que je déteste…

Vous souvenez-vous du Tyran de la Sur-Consommation que j’avais évoqué et à cause de qui je me suis foutu dans la merde ?

Permettez-moi maintenant de vous présenter son acolyte. Car politique et religion ont toujours fait bon ménage, l’adversaire du jour que nous tenterons de niquer est le pernicieux Pape Yead-Ministratif.

• Nous sommes les Serfs des Seigneurs Bureaucrates

Je ne sais pas vraiment ce qu’il en est en France métropolitaine, mais en Nouvelle-Calédonie la bureaucratie est un véritable culte séculaire dont les citoyens en sont les involontaires fidèles.

Presque tout formulaire, demande ou réclamation doit encore passer par le support papier. Dernièrement par exemple j’ai été sidéré d’apprendre qu’il est toujours impossible (et apparemment impensable Grands Dieux !) de traiter les remboursements médicaux de manière informatique.

Fiches de paie, relevés de comptes, remboursements, notifications, injonctions, subrogations, ce-que-voulez-en-tions, tout doit être tracé noir sur blanc sur le cadavre mâché d’un pauvre arbre… recyclé si vous avez la chance d’habiter un pays aux normes écologiques.

A croire qu’il serait plus évident en 2011 de joindre quelqu’un par sa boîte aux lettres postale plutôt que par courrier électronique.

Sérieusement ? Ne relevez-vous pas plus souvent vos e-mails que votre boîte aux lettres physique ?

A force de déménagements je n’ai même plus de boîte postale… et je n’en veux plus !

Tout papier “important” se doit d’être imprimé, paraphé, notifié en 3 exemplaires et d’être conservé à tout jamais !
Ignorer ce commandement sacré, c’est prendre le risque d’encourir mon courroux !
– Le Pape Yead-Ministratif

Ne vous semble-t’il pas illogique en l’an 2011, qu’une preuve bureaucratique doit encore, dans l’esprit commun, résider sur un support fragile et destructible ?

Les procédures “modernes” me semblent en fait relever d’un obscurantisme ou le poids des archives matérielles pèse sur l’âme du serf meurtri, enchaîné à ses classeurs, à sa boîte postale et à sa situation géographique administrative.

Révolte !

• Du Moyen-Âge au Nuage

Le Nuage ? WTF ?

Aussi appelé Cloud Computing, le Nuage peut être résumé à une informatique ambiante et indépendante de tout support. En gros : les fichiers ne résident plus en un seul endroit forcément vulnérable. Ils sont partout et “nulle part” à la fois et utilisables à volonté, pour que l’on ait un accès Internet.

Autrement dit, vous pouvez habiter ou vous voulez, voyager et travailler ou et comme bon vous semble, et garder à portée de main tous vos documents essentiels : faire vos comptes, prouver votre nationalité, vérifier une facture problématique, etc.

Pour pouvoir profiter du Nuage il vous faut un dématérialisateur : ma préférence va à mon petit scanner A4 mais certains nomades modernes préfèreront évidemment utiliser un simple appareil photo numérique.

Ensuite, il vous faut joindre un service en ligne pour conserver ces informations.

Je vous présente donc mon chouchou en la matière, ma boîte magique : Dropbox

Dropbox vous offre un espace virtuel gratuit de 2 Go disponible soit par navigateur internet, soit tout simplement par un dossier qui sur votre ordinateur portera le même nom.

L’utilisation est toute bête : tout ce que je mets/modifie/efface dans ce dossier se synchronise automatiquement avec mon espace en ligne mais aussi avec toutes les machines sur lesquelles j’aurais installé ce dossier Dropbox, et ce peu importe leur système d’explotation ! Windows, Macintosh, Linux, iPhone/Pad, Android, Blackberry… peu importe vos outils, vous aurez toujours sous la main le même dossier avec les mêmes fichiers !

En explorant un peu ses fonctionnalités, vous découvrirez un sous-dossier Photos, qui peut vous générer automatiquement des galeries visuelles en ligne que vous partagerez avec qui vous désirez. Un autre sous-dossier, nommé Public vous permettra de rendre accessible (par le biais de liens de téléchargement) n’importe quel fichier à n’importe qui. En gros, c’est la mort annoncée des clés usb. 🙂

Si vous vous inscrivez depuis ce blog à Dropbox, ne vous étonnez pas si votre compte possède 250 Mo en plus. C’est que vous avez bénéficié de mon compte affilié. En passant, j’aurais moi aussi gagné 250 Mo, et vous pouvez de même parainner d’autres personnes jusqu’à atteindre un total de 8 Go, et ce, toujours gratuitement !  Attention ceci dit, cela ne fonctionne que si vous installez le logiciel Dropbox sur votre ordinateur, ce qui reste quand même la première raison pour laquelle il existe.

• C’est pas fini !

Mon billet initial faisait près de 2000 mots… j’ai conscience que j’ai tendance à m’emporter et trop écrire. J’ai donc décidé de couper cet article en deux pour vous laisser le temps d’installer Dropbox et de l’essayer. Si vous avez la moindre question sur son utilisation n’hésitez pas à la poser en commentaires ci-bas, je me ferais un plaisir de vous conseiller. 🙂

Dans le prochain article je répondrais aux deux questions les plus fréquemment posées lorsque l’on aborde la dématérialisation administrative. Si ce n’est pas déjà fait abonnez-vous donc par e-mail ou par flux RSS afin de les découvrir. 😀

Que pensez-vous donc de ma Boîte Magique ? La connaissiez-vous ? L’utilisez-vous souvent ? Avez-vous déjà commencé à numériser vos précieux documents ? Dites-moi tout ! 😉

Faut-il laisser ses souvenirs derrière soi ?

Note : cette photo est téléchargeable par qui veut en grande résolution, il suffit de cliquer dessus. 😉

“Mais qu’est ce que je vais bien pouvoir faire de ce truc encore ?!”

Grand sourire hypocrite. A haute voix ça donne : “Waaaah excellent ! Tu as eu une idée de cadeau gé-niale !”

Ca vous est déjà arrivé ?

Moi oui…

Mais pas tant que ça si je fais une sérieuse rétrospective. Mes amis ont souvent su m’offrir des petites marques d’attention hautes en symbolismes et que j’ai sincèrement apprécié.

Et c’est là qu’est le vrai souci. Pour vivre avec 100 objets je n’aurais aucun scrupule à balancer des babioles sans intérêt. Mais quand chaque don que j’ai conservé signifie réellement quelque chose pour moi, le défi devient plus complexe… et intéressant !

Dans la vidéo que j’ai posté la semaine dernière vous avez pu voir une mise en scène d’un ensemble de mes souvenirs et cadeaux dans le salon de mon ancien appartement. J’avais aussi annoncé que j’allais trouver un moyen pour… m’en débarrasser ! Vraiment ?! Ne serait-ce pas manquer de respect envers mes amis ?!

Oh je pourrais tricher et dire que TOUS mes souvenirs comptent pour un… une amie m’a récemment dit qu’elle allait réussir mon défi des 100 objets facilement… le fait est qu’elle compte l’ensemble de sa garde-robe pour UN objet ! ^^ Je n’ai pas l’intention de contourner les règles que je me suis déjà fixé, je n’ai pas le choix, je vais devoir vivre sans ces souvenirs… comment ?

Commençons d’abord par jeter un regard neuf sur…

• L’histoire d’un cadeau

Il y a trois façons de traiter un nouveau présent :

  1. Le garder en vue dans une pièce si il est utile ou esthétique (ex: marmite à riz dans la cuisine, tableau dans le salon, etc.)
  2. Le stocker avec d’autres souvenirs… au cas ou on aurait envie de le revoir un jour
  3. S’en débarrasser en le jetant, le revendant ou l’offrant.

Problème de la solution n°1 : A force de faire parti du décor le cadeau perd au fil du temps sa valeur symbolique. Il devient “une” marmite à riz, “un” tableau, etc. On en oublie à force les origines et les souvenirs associés. C’est même à peine si on remarque sa présence par la suite. N’avez-vous pas dans votre chambre des babioles que vous n’observez vraiment que rarement ?

Problème de la solution n°2 : Sitôt placé dans un carton ou dans le cellier, la mise en bière mémorielle est scellée. A quoi bon conserver quelque chose que l’on ne veut même pas apprécier dès aujourd’hui ? Tout ce qui est repoussé à plus tard pour cause de “au cas ou” n’est jamais utilisé par faute de mémoire ! Combien de fois avez-vous redécouvert avec surprise que vous possédiez déjà ce qu’il vous fallait dans votre cave/grenier/cellier alors que vous pensiez à en racheter ?

Problème de la solution n°3 : Il n’y en a pas. Si la séparation est préméditée c’est que ce n’est pas un cadeau à valeur sentimentale. Il n’évoque rien, il ne réveille rien…

• Où vivent les souvenirs ?

Ni dans le placard, ni sur la bibliothèque, ni dans aucun lieu physique que ce soit à vrai dire… les souvenirs existent uniquement quand on les rappelle, ce qui ne peut se produire que dans notre tête, et dans l’instant cadeau-présent !

Et c’est bien là au fond le rôle d’un cadeau : servir d’ancre psychologique, de déclencheur à souvenirs.

Quand vous offrez quelque chose à un ami, quelle est votre intention fondamentale ? Lui faciliter la vie avec un objet utile ? L’encombrer matériellement ? Le combler sentimentalement ? Pensez-y avec honnêteté. Je parle de ces cadeaux que vous faites de tout votre coeur, pas par obligation familiale ou saisonnière (noël, anniversaire, etc.).

Faire un don au final revient à dire : “Je ne t’oublie pas… ne m’oublie pas !”

Et nous utilisons des représentations matérielles pour symboliser la relation spéciale que nous avons avec cet individu, comme si nous avions besoin entre êtres humains de nous rassurer mutuellement de nos sentiments respectifs.

Chacune de ses petites touches d’attention sont alors comme une partie de l’autre qui reste avec nous. Se détacher de ces symboles mentaux reviendrait intérieurement à rompre une amitié. Ou est le problème au final ? Dans le sentiment de culpabilité, celle d’avoir refusé une tradition sociale, d’avoir brisé un lien…

Nous vivons pourtant dans une époque pareille à nulle autre. Un âge ou il devient plus sage de construire sur les Nuages que sur du roc, n’en déplaise aux écrits bibliques. Une ère ou les êtres conscients et la société elle-même et ses valeurs se transforment plus rapidement que jamais. Des temps pleins de promesses qui pourraient nous permettre, avec sagesse de…

"Mon prééccccciieeeeeeeux !"

• Traverser les Ages

Toute matière est périssable.

L’information, volatile, est potentiellement éternelle.

Pour conserver les souvenirs qui représentent le plus pour moi j’ai passé des heures à les photographier et les scanner, un par un, pour les conserver à la fois sur mes disques durs, mais aussi sur des espaces de stockage en ligne sécurisés.

Cette démarche me permet de les visionner à volonté, et de réactiver les souvenirs associés de manière volontaire et de retrouver le plaisir de la connexion psychique avec mes amis durant des moments de quiétude choisis.

Je vous parlerais plus en détail de ces outils de dématérialisation dans le prochain article. Inscrivez-vous à ce blog si ce n’est pas encore fait pour ne pas le louper : par e-mail ou par flux RSS.

Numériser ces objets chers à mon coeur ne les ont pas fait disparaître non plus pas enchantement ! N’ayant aucun désir de les détruire, et souhaitant les retrouver dans un futur lointain, je les ai placé dans un carton protégé du mieux que j’ai pu et désormais stocké dans le cellier familial.

Lorsque le moment sera venu j’expédierais cette capsule mémorielle dans un endroit très précis que je ne souhaite pourtant rejoindre pas avant trèèèès longtemps…

En dire davantage reviendrait à dévoiler d’un coup une immense partie de ma personnalité “secrète” qui sortirait allègrement du cadre de ce blog. 😉

L’important pour moi est de savoir que ces souvenirs traverseront le temps sans encombre et alors que j’aurais accompli mes projets à très long terme je pourrais un jour poser un oeil plus mature sur ceux-ci, faire couler mes doigts agés sur ces cahiers secrets, ces douces peluches… et activer ces compact-discs archéologiques avec une émotion qui vaudront tous les souvenirs du monde…

Si vous faites parti de ceux qui m’ont offert un cadeau, essayez de retrouver le votre dans la photo du haut !

Pour les autres je serais intéressé de connaître votre réaction face à ma démarche ainsi que votre relation propre avec les cadeaux-souvenirs. Les revoyez-vous souvent ? Pensez-vous pouvoir vivre sans ?

[VIDEO] Je me mets à nu… façon de parler.

Se filmer est quand même une drôle d’expérience. Je ne m’imaginais pas si arrogant en apparence… en tout cas une chose est certaine : je ne zozote pas !

Vous excuserez la qualité très moyenne du son et de l’image de cette vidéo faite à l’arrache et en une prise avec mon ami Fabrice que je remercie une fois de plus ici. Ça me semblait être le moyen le plus simple (un raccourci quoi 😉  ) pour conserver un souvenir de cet appartement et vous montrer ou j’en suis dans mon défi (autrement dit quasiment au point zéro).

• Ce dont je me suis déjà débarrassé

Je ne trouvais pas intéressant de lister ce que je laissais derrière moi mais plusieurs personnes me l’ont demandé suite à mon article ou j’établissais ma liste de 100 objets. Qu’en pensez-vous vous ? Ça en vaut la peine ? Ça vous intéresse vraiment ? J’ai l’impression d’être le personnage du dessin-animé “The Minimalist” (oui j’en avais déjà parlé dans l’article précédent, c’est au cas ou vous l’auriez loupé ! 😉 ).

Bref, voici en vrac la liste demandée des objets déjà donnés, vendus ou jetés, ou stockés dans des sacs pour une future brocante :

  • 1 manteau goth
  • 1 bol chantant tibétain
  • 4 peluches
  • 2 casquettes
  • 2 bandanas
  • 3 bracelets de cuir
  • 1 montre à gousset
  • 7 chemises
  • 4 vestons (utilisés
  • 4 cravates (assez laides faut le reconnaître)
  • 2 bonnets (c’est vraiment pour le style en Nouvelle-Calédonie, mais en fait ça me va pas)
  • 1 petite lampe à huile
  • 1 mitaine (non pas une paire… UNE mitaine !)
  • 5 gilets
  • 12 chaussettes orphelines (!)
  • 6 sous-vêtements
  • 1 corde à sauter
  • 1 lecteur mp3 qui ne marche plus depuis très longtemps
  • 1 tissu rouge dans lequel je conservais une énorme touffe de mes cheveux coupés en milieu 2009 (surtout ne me demandez pas pourquoi j’ai gardé ça !)  -_-
  • 3 soucoupes en céramique noires
  • 1 narguilé et ses accessoires
  • 1 paire de bottes tactiques usés par de nombreuses parties d’airsoft
  • 1 planche en bois que je n’ai jamais réparé (bon en fait je l’ai utilisé comme support pour peindre)
  • 20aine de noix gardées depuis un camping mémorable (celui ou j’ai tenu le rôle d’une barre de strip-tease, les amis s’en souviendront :p  ).
  • 1 bandeau avec inscrit dessus le mot “Succès” en Japonais
  • 1 Clé (hautement symbolique pour une poignée d’Amis)
  • 1 figurine de King Julian (“Eh oui c’est moi votre Roi !”)
  • 1 petit pot d’encre chinoise vide
  • 1 très grosse pochette à CDs
  • 6 plumes de paon (l’oiseau de l’orgueil ne peut que me correspondre ^^)
  • 1 livre sur le Candomblé offert à mon association de Capoeira
  • 1 genre de pantalon techno-gothico-hippie échancré sur les cotés (acheté à un Black Market à Melbourne)
  • 1 short de bain rouge passé
  • 1 pull gris irrémédiablement taché
  • 3 pantacourts
  • 3 pantalons de rave (il y en a un que j’adore mais que je ne met qu’une fois tous les trimestres environ alors…)
  • 2 jeans Flip-Flop blancs (trop salissant)
  • 17 t-shirts (dont certains que je conservais depuis ma seconde au lycée ! Depuis plus de 13 ans ! O_O )
  • beaucoup de fournitures (des intercalaires, des pots de peinture phosphorescentes, une trousse de crayons, pinceaux, etc. bref je vais pas tout vous détailler)
  • et… 1 montagne de papiers (administratifs, vieux cahiers, poèmes, dessins, notes, etc.), et quand je dis montagne j’exagère à peine…

• Quelques actualités pour finir

Comme vous avez pu l’entendre sur la vidéo, j’ai trouvé une solution à mon problème de logement. Je serais hébergé deux semaines chez un ami, ça va être bohème, puis j’emménagerais chez une amie capoeiriste qui recherchait un nouveau colocataire. Comme d’habitude je vous promet de me mettre en situation comique sur les photos de ce blog, ce qui vous permettra d’avoir des aperçus de mes lieux de squattage.

Vous avez aussi remarqué vers le début de la vidéo la mise en scène de mes souvenirs dans le salon. C’est que je suis un peu sentimental quand même moi… je ne me vois pas oublier tous ces cadeaux qui comptent pour moi… Alors que vais-je bien en faire ?

Vous le saurez dans le prochain article que vous serez sûrs de ne pas manquer en vous abonnant-vous à ce blog par e-mail ou par flux RSS. 😉

N’hésitez pas à me dire, sans langue de bois (et je vous fais confiance sur ce coup là !), ce que vous avez pensé de cette vidéo, et si vous aimeriez en voir plus sur Raccourci Minimaliste. A bientôt ! 🙂

Mort annoncée du mouvement minimaliste ?

Everett Bogue est un des pionniers du mouvement minimaliste américain. Grace à son blog “Far Beyond The Stars” et ses e-books il a acquis son indépendance financière ainsi qu’une sacrée réputation dans la blogosphère anglophone.

Je considère un peu ce type comme mon mentor, car c’est son livre The Minimalist Business qui m’a enthousiasmé et poussé à lancer ce blog et les défis qui vont avec.  Everett étant un excellent marketeur, sa dernière trouvaille pour faire parler de lui est d’annoncer en lettres capitales qu’il em**rde le minimalisme (et je suis doux dans la traduction 😉  ).

Je pense plutôt que son ego a été mis à mal par les différentes critiques et parodies (celle-ci est hilarante si vous comprenez un peu l’anglais !) de son travail qui fleurissent sur le web.

Ceci dit, son petit article acide contient d’excellentes idées… et d’autres plus discutables…

• Le minimalisme serait devenu une mode

La principale critique d’Everett au sujet du mouvement minimaliste est son succès :

“Quand 100 personnes écrivent sur comment vivre avec 100 objets on a fait le tour.” – Everett Bogue

C’est pas faux dans le fond. Du coté outre-atlantique la simplicité volontaire est maintenant bien connue et sa présence sur internet ne cesse de croître, j’en suis moi-même un exemple représentatif. Mais le fait qu’un mouvement soit connu et qu’on en parle fréquemment signifie t’il qu’il soit déjà “mainstream”, suivi par la majorité ?

Pouvez-vous citer 10 personnes dans votre entourage qui ont choisi de ne vivre qu’avec 100 objets ou moins, non par nécessité économique, mais par choix ou par expérience de vie ?

En tout cas je peux clairement citer plus de 10 personnes de ma connaissance qui ont un gros crédit à solder, passent des heures devant Facebook, regardent chaque jour les informations télévisées, ne remettent jamais rien en question et suivent leurs amis non par choix, mais pas peur de la différence.

De mon expérience, le mode de vie simplicitaire voire technomade n’est pas encouragé ni même vraiment encore connu en francophonie. Alors à la mode ?

Everett aurait mieux fait d’afficher moins de prétention sur ce coup là.

• La carte n’est pas le territoire

Voici une chose cruciale à laquelle j’adhère et qu’il me faudra répéter bien souvent sur mon propre blog :

“Le minimalisme n’a jamais été un mode de vie, ça a simplement été un point de transition. Nous ne pouvons pas vivre en transition pour toujours.” – Everett

Se débarrasser d’un surplus d’objets, repenser sa manière de guider sa vie avec plus de clarté et de simplicité, ça n’a jamais été une fin en soi. La preuve en est que ce blog ne s’appelle pas Destination Minimalisme mais Raccourci Minimaliste. Autrement dit comment mettre en pratique des conseils simples et radicaux pour accélérer les choses et partir en ligne droite vers la réalisation de ses rêves !

Le minimalisme a toujours été et ne sera toujours qu’un outil.

“Dire que le minimalisme est mort c’est comme dire que votre clé à écrou est morte.” Adam Tervort

La Twittosphère aidant, il n’a pas fallu longtemps pour que les ex-disciples de Bogue se mettent à écrire des articles en guise de lettres ouvertes en réponse à son scandale. L’extrait ci-dessus provient de mon préféré que vous pouvez lire ici.

Pour reprendre le style d’Adam on pourrait aussi dire qu’utiliser un tournevis de fait pas de vous un tournevissiste ! Alors pourquoi s’identifier en tant que minimaliste ? (en fait il y a de bonnes raisons a utiliser des étiquettes réductrices mais ce fera l’objet d’un futur article)

• Le Minimalisme peut être votre Raccourci… ou votre Révélation !

Si vous n’avez pas de rêves, vous n’avez aucun intérêt à explorer des modes de vie alternatifs.

Emuler quelqu’un et marcher sur ses pas ne servira jamais à rien si vous n’avez pas de bonnes raisons de le faire, si vous n’avez pas un plan à long terme.

Et pourtant Everett est une contradiction à lui tout seul. Savait-il ou aller l’amener son blog sur le minimalisme ?

Aujourd’hui il se prend pour un prophète du mouvement cyborg, totalement enflammé par le rêve de voir l’être humain développer des capacités psychiques grâce à la technologie. Grand bien lui fasse, je suis moi-même un fervent transhumaniste et je suis de loin son petit manège parmi d’autres auteurs bien plus sérieux sur le sujet.

Mais si il en est arrivé à trouver et à développer sa passion de vie, ne serait-ce pas parce qu’il a pu permettre à celle-ci de se manifester ? Aurait-il pu trouver un moyen d’exprimer son rêve si il devait encore travailler 8 heures par jour et vivre “à l’américaine” dans un consumérisme exacerbé ?

Bien sûr que non. Si le minimalisme n’est pas un outil pour vous il peut être un révélateur.

En vous coupant des distractions superficielles de ce monde en pleine crise d’adolescence, en nettoyant votre maison votre esprit et votre coeur, alors il vous sera possible de retrouver au fond de vous le petit enfant qui avait de grands espoirs, de grands rêves… et alors aurez-vous la force de les concrétiser !

• Le Minimalisme se propage en francophonie

Mon amie Florence vient de traduire un merveilleux e-book : “Le Guide Simple d’une Vie Minimaliste” écrit à l’origine par Leo Babauta.

Leo est certainement un des tout premiers a avoir blogué sur ce thème, en tout cas bien avant Everett. Et ceux qui pensent que le minimalisme est une mode qui ne peut attirer que les jeunes célibataires prennent ceci en compte : Leo est marié et père de 6 enfants !

Dans son ouvrage vous découvrirez donc une mine de conseils qui couvrent la vie courante, l’informatique, l’habitation, les voyages et bien entendu la vie de famille et les enfants.

Le mouvement minimaliste n’est pas mort. A vrai dire il ne fait que naître. Beaucoup de personnes n’ont pas encore eu l’opportunité de remettre la surconsommation en question et de profiter de la sagesse d’un mode de vie plus simple, plus libre et plus vrai.

Alors si vous aussi vous pensez qu’il est grand temps de changer nos habitudes et de se serrer les coudes sur ce chemin, partagez cet article sur votre mur Facebook, parlez-en autour de vous et réfléchissez dès maintenant à comment vous pourriez gagner en simplicité afin d’aller droit vers vos rêves.

Et si vous êtes curieux de découvrir ou va m’emmener cette étape qu’est mon Raccourci Minimaliste, pensez à vous inscrire à ce blog par e-mail ou par flux RSS afin de rester connecté. 😉

Et vous, qu’en pensez-vous ? Le mouvement minimaliste est-il déjà mort ?

Je suis une putain de feignasse… et c’est pour ça que je réussis !

Je ne vous souhaite pas une bonne année 2011 pour deux raisons :

  1. on a dû suffisamment vous saouler avec ça ces derniers jours, et “Bonne Année !” par ci, et “Meilleurs Voeux” par là, et “La santé d’abord” aussi…
  2. j’ai une dent toute particulière envers ce réveillon que j’ai passé pour moitié sur mon lit et pour moitié sur le trône, suite à une intoxication alimentaire… j’étais exactement à cet endroit quand tous mes amis faisaient la fête. Les feux d’artifices je connais bien du coup, l’odeur de la… euh… poudre. Bref.

Non je ne vous souhaite donc pas une bonne année, mais une excellente vie. Et malgré leur coté bon enfant, ce ne sont pas des résolutions prises au coin d’un changement numéraire ou de grands élans d’enthousiasme qui vont vous aider à la réussir. Nan nan nan… c’est votre paresse.

Allez, Damien joue encore la provoc’ gratuite. Que nenni me défendrais-je ! Et je m’en vais vous le démontrer.

• Satisfaction destructrice

Quand les gens apprennent que j’ai un emploi à plein temps, que je tiens deux blogs, et que je consacre une bonne partie de mon temps de loisirs à l’apprentissage de nouvelles compétences, à la lecture ou à la création de multiples projets; ils me disent que j’ai beaucoup de courage. Ils disent souvent que ça les aurait découragé d’avance et qu’ils préfèrent s’amuser et passer le temps autrement. Et c’est là que je me mets à les féliciter en retour.

Car je considère qu’il faut être incroyablement discipliné pour passer des heures devant des séries téléchargées, sur Facebook ou sur des jeux vidéos. Parce que ça signifie alors que vous êtes totalement ok avec votre mode de vie, et que vous n’avez aucun souci à envisager vos prochaines années selon la même routine. Que la somme de discipline nécessaire au fait de se lever tous les matins à une heure inhumaine (avant 10h du mat pour moi) pour aller dans un endroit que vous détestez peut-être, y sacrifier 8 heures de votre vie et y gagner chaque fois un peu plus en stress, ne vous fait pas peur !

Moi je dis bravo ! Je n’ai pas cette force.

Moi je rêve de gagner des sous en mode automatique, de voyager de par le monde, jouer la capoeira, faire la fête et draguer au taquet. Si c’est pas la vie rêvée d’une feignasse ça ? Eh oui, je rêve de devenir Businessman Minimaliste.

“Non mais franchement, gagner des sous sans rien branler ? Faut être bien naïf pour croire que c’est possible mon p’tit Damien !”

Beh, j’ai jamais dit qu’il ne fallait rien faire pour en arriver là ! Au contraire… être fainéant ça demande beaucoup de boulot ! Et ça demande surtout d’être curieux. Et la curiosité est un délicieux défaut qui n’est plus vraiment monnaie courante de nos jours chez nos concitoyens…

La triste vérité, c’est qu’ils sont… satisfaits.

Et que va bien vouloir chercher à faire quelqu’un qui est satisfait de sa vie ? Nous baignons dans le Consuméro-Nirvana qui nous plonge dans un état de grise béatitude plus ou moins temporaire à chaque fiche de paie, ou chaque achat compulsif, et que rien de vient troubler dès lors que notre routine quotidienne n’est aucunement menacée. Notre vie n’est pas parfaite, mais elle est “pas mal”. On peut bien s’en contenter non ?

NON !

• Cherchez les raccourcis !

Je considère que donner des heures de ma vie en échange d’argent ça s’appelle un sacrifice. D’autres diraient de la prostitution, voire de l’esclavage.

Bon, je l’admet, j’ai un emploi qui, bien que perfectible, est agréable et en compagnie de personnes intelligentes (je suis obligé de dire ça mon boss a dit qu’il lirait mon blog ! 😮  ). Néanmoins, même si je n’ai certainement aucune raison de me plaindre, je n’ai aucune envie de conserver ma routine toute ma vie !

Personne ne m’oblige à travailler me dites-vous. Exact. Mais je tiens à conserver un toit et avoir de quoi manger chaque jour. Alors je fais de mon mieux pour travailler avec professionnalisme (tiens on glisse ça aussi pour le boss ^^…) tout en cherchant activement des moyens de mettre en place des revenus qui, de complémentaires, en viendront certainement un jour à devenir prioritaires, à force de détermination et d’application.

Les paresseux ont toujours envie de faire quelque chose.
– Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues

Quand je calcule les heures que je passerais les dix prochaines années à me lever trop tôt contre les heures de loisirs faciles que je remplace par de la recherche et du travail personnel, je me dis que je suis largement gagnant même si je n’arrive qu’à la moitié de mes objectifs ! Ces heures passées à remettre en question mes méthodes, mes pratiques, mes intérêts, sont en fait en totale cohérence avec ma nature de feignasse.

“Et qu’est-ce que t’as trouvé d’intéressant alors ?”

Hehe ! Il semblerait que tu sois toi aussi une grosse feignasse alors… Tu veux que je te mâche le boulot ?

T’as de la chance ! Je retrouve petit à petit ma bonne humeur et je commence à sacrément bien m’y connaître en matière de digestion. ><

Bon alors je vous ai déjà parlé de ce livre qui m’a poussé à me lancer dans le blogging : The Minimalist Business.

Ca a été mon déclencheur, j’en ai déjà parlé dans la page Commencez-ici, je n’y reviendrais donc pas davantage.

Donc ensuite je suis allé cherché du coté francophone, voir si on pouvait trouver des infos similaires. Eh bien c’est vraiment pauvre franchement…

Sauf depuis très récemment, grâce à deux e-books extrêmement intéressants :

Cliquez sur la couverture pour aller à la page de l'e-book

Le premier, Gagnez votre vie sur Internet. est écrit par un technomade qui s’appelle Jean et qui propose pour 25 € une méthode pas à pas pour trouver un business à faible concurrence, un produit original et de qualité à créer, et les moyens d’en retirer un maximum de bénéfices. Vous y découvrirez que l’on ne devrait pas créer un blog pour avoir un business, mais que votre business devrait se créer un blog pour promouvoir ses produits. En clair vous apprenez à mettre les boeufs avant la charrue. Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est l’approche totalement marketing, sans détour et sans fioritures de ce livre. On y parle de comment monter son business pour gagner de l’argent et ce n’est pas pour tout le monde. Personnellement ce livre m’a donné une excellente idée qu’il me faudra un petit moment (plus de 6 semaines à mon avis) pour mettre en place.

Bouton de droite et "Enregistrez la cible du lien sous..." pour télécharger l'e-book

Le second porte un titre encore plus ronflant : Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog

Son auteur est Olivier Roland, un autre des rares pro-blogueurs français a l’expertise conséquente. Cet e-book est GRATUIT ! Et on y retrouve beaucoup plus de détails et d’information que dans celui que je cite précédemment. Mais… il faut bien un mais… il se concentre uniquement sur le blogging et non pas sur une approche globale du marketing. En clair, il offre des outils et des informations très utiles, mais qui pourraient restreindre votre vision et votre potentiel business si vous en restez là. Etant donné qu’il est gratuit, vous avez la possibilité de le télécharger en cliquant sur l’image, et ensuite de l’offrir à qui vous voulez, sur votre blog, par e-mail, etc.

Le truc sympa avec cet e-book, si vous le téléchargez depuis mon site, c’est qu’il contient des liens auxquels je suis affilié. Donc même si ça vous intéresse pas forcément je vous invite à le prendre quand même et à le donner à tout le monde, vos amis, etc. Ca me rendra bien service et je vous ferais un gros bisou. 😀

Je considère ces deux ouvrages comme complémentaires pour quiconque serait sérieusement intéressé par l’opportunité de créer un business automatique.

Cliquez sur la couverture pour accéder à la fiche Amazon du livre et lire les critiques.

Et enfin, je ne peux pas clore ce billet sans parler d’un best-seller que j’ai récemment dévoré sur le sujet de la paresse intelligente : La (fameuse) semaine de 4 heures de Timothy Ferriss.

En résumé, ce livre (physique cette fois-ci) vous explique pourquoi et comment en faire moins pour vivre mieux. Malgré tout ce qu’on peut dire au sujet de Tim Ferriss, son égo démesuré, son marketing agressif, ses auto-promo hollywoodiennes, ses promesses irréalistes, etc. je dois avouer que ce livre est non seulement un régal à lire, mais également un sacré coup de fouet contre les idées reçues. Je ne suis pas sûr de pouvoir appliquer la moitié de ses conseils avant quelques années, mais la simple lecture de La semaine de 4 heures m’a donné une patate d’enfer et m’a grave réconcilié avec ma feignasse-attitude !

Comme je vous ai convaincu de devenir vous aussi des experts-feignasses, vous serez ravis d’apprendre qu’Olivier Roland (cité plus haut) nous a fait un bon petit résumé de l’ouvrage :

Ca vous permettra de vous faire une idée avant de vous procurer éventuellement le bouquin. 😉

Cliquez ici pour accéder à Insatisfaction Créatrice

Et si après ça vous n’êtes toujours pas profondément insatisfait par votre quotidien de citoyen moyen alors je vous urge d’aller prendre votre pilule rouge sur Insatisfaction Créatrice, le blog de mon ami Jean qui s’est mis en mission de vous sortir de la Matrice !

Ah, et je me répète : Excellente vie à tous ! 😀

Survivalise minimaliste

Peut-on être minimaliste ET survivaliste ? (et que vient faire Bob là dedans ?!)

Survivalise minimaliste

A vrai dire tout dépend des cas, du lieu d’habitation, du pays, des ressources disponibles ou non en cas de catastrophe. Dans ma situation, je me suis rendu compte que pour augmenter mes éventuelles chances de survie, mieux vaut n’avoir qu’un minimum de possessions matérielles.

Mais soyons plus précis…

• Un survivaliste, c’est quelqu’un qui veut… survivre ?

Oui. Si possible à toutes formes de dangers quotidiens et urbains.

Mais aussi à la fin du monde. Tel que nous le connaissons. Continue reading “Peut-on être minimaliste ET survivaliste ? (et que vient faire Bob là dedans ?!)”

Vivre avec 100 objets… ma liste !

En cette période de Noël à 38°C à l’ombre (chez nous en Nouvelle-Calédonie) nombreux sont les enfants qui ont terminés la rédaction de leur liste, espérant recevoir de nouveaux cadeaux. Ils se demandent si ils ont été sages…

De mon coté, je n’ai pas été sage du tout… enfin… j’ai surtout été très bête. J’ai été très dépensier, et surtout je n’avais pas encore eu le courage de mettre en place des actions radicales pour m’en sortir financièrement.

Alors ma liste à moi n’est pas pour recevoir plus, mais pour faire le tri, et me concentrer sur l’essentiel, pour finir par ne vivre plus qu’avec 100 objets dans 6 mois, soit au 1er juin 2010 pour être précis.

Mais tout challenge nécessite d’avoir des règles bien définies pour savoir si il est atteint ou non.

Je vous présente donc….

Mes règles du jeu

Je me suis bien entendu inspiré de celles de Dave Bruno, qui je le rappelle, a été l’initiateur de ce défi en novembre 2008. Mon objectif personnel est de posséder moins d’objets pour gagner plus de liberté, de richesse et de sécurité. Avec ces trois principes en têtes j’ai élaboré les règles suivantes :

  1. Je ne compte pas ce qui est partagé dans ma colocation : machine à laver, frigo, meubles, etc. De toute façon rien ne m’appartient dans mon appart (une vidéo vous montrera ou j’habite prochainement).
  2. Les consommables ne comptent pas. Je vais pouvoir continuer à me doucher au savon et à utiliser du déodorant sans prise de tête. Et c’est tant mieux si je ne veux pas sentir le buffle des marécages en arrivant au travail après une demi-heure de vélo !
  3. Les livres ne comptent pas. Et de toute façon je vais tout de même me débarrasser d’une bonne partie d’entre eux pour ne garder que ceux que je ré-ouvre régulièrement.
  4. Ce que j’appelle un “objet” peut être un contenant de plusieurs autres petits objets mais systématiquement inséparables. C’est la raison pour laquelle vous verrez que je compte une trousse de secours (et ce qu’il y a dedans) comme un seul objet, mais que je compte mon téléphone portable et son chargeur indépendamment. Parce que l’un reste sur moi et l’autre reste à l’appartement.
  5. Les sous-vêtements sont comptés en pack, mais ce n’est pas le cas des vêtements et des accessoires.
  6. Quand j’aurais acquis mes 100 objets je les photographierais pour vous les montrer (sauf un qui a directement trait à mes pratiques ésotériques… c’est un bébé empaillé… … je plaisante hein !! ).
  7. La liste qui suit sera amené à être modifiée au cours des 6 prochains mois pour s’accorder au mieux à mes objectifs.

Ma liste

Informatique : 7 objets

  • 1 ordinateur portable
  • 1 souris (le touchpad m’insupporte)
  • 1 casque audio avec micro
  • 1 porte-document qui me sert aussi de tapis de souris
  • 1 disque dur externe
  • 1 clé USB
  • 1 scanner

Sur soi : 7 objets

  • 1 téléphone mobile
  • 1 chargeur pour téléphone (bon ok lui reste dans la chambre mais je voyais pas ou le mettre ailleurs dans la liste)
  • 1 trousseau de clés
  • 1 chéquier (encore indispensable en Nouvelle-Calédonie, peu d’institutions autorisent le paiement par carte)
  • 1 porte-feuilles
  • 1 paire de lunettes
  • 1 étui à lunettes

Documents : 2 objets

  • 1 cahier de brouillon (j’adore noter mes idées, gribouiller, prendre des notes…)
  • 1 classeur de documents administratifs (quelle galère, mais faut bien s’en occuper)

Mobilier : 7 objets

  • 1 bibliothèque en bois massif (merci Guish ! 🙂 )
  • 1 tabouret
  • 1 ventilateur sur pied (sans ça tu meurs !)
  • 1 panier à linge
  • 1 paire de rideaux
  • 1 globe en papier (pour atténuer la lumière de la lampe de plafond)
  • 1 matelas

Pour dormir : 6 objets

  • 2 draps housses
  • 2 draps
  • 2 couettes

Occultisme : 5 objets

  • 1 autel
  • 1 objet X (celui là reste mon petit secret… 😉 )
  • 1 porte-encens
  • 1 baguette
  • 1 médaillon

Soins corporels : 3 objets

  • 1 trousse de beauté minimaliste (brosse à dents, coupe-ongles, ciseaux) (ouais il est coquet le Damien 😉 )
  • 1 rasoir
  • 1 tondeuse électrique (savez-vous si il existe un rasoir pour corps qui serve à la fois de tondeuse et de rasoir à barbe ?)

Déplacements : 12 objets

  • 1 vélo
  • 1 kit réparation vélo (rustines, pompe à air, chambre à air de secours)
  • 1 casque
  • 1 antivol
  • 1 tupperware (pour emmener à manger au travail)
  • 1 set de couverts (pour manger sans s’en mettre partout)
  • 1 ration de nourriture (barres de céréales, fruits…)
  • 1 gourde d’eau
  • 1 trousse de soins (à définir)
  • 1 trousse de survie (sifflet, lampe LEP, monnaie, multitool, briquet, paracorde et purificateurs d’eau)
  • 1 sac à dos étanche (j’attends vos avis pour choisir le top, on m’a dit que la marque East Pack faisait des sacs garantis à vie, est-ce vrai ?)
  • 1 spray au poivre

On en est à 49 ! Ca va vite ! 😮

Sous-vêtements : 2 objets

  • 1 pack de sous-vêtements
  • 1 pack de chaussettes

Linge : 3 objets

  • 2 serviettes larges
  • 1 petite serviette

Chaussures : 4 objets

  • 1 paire de chaussure de randonnée/sécurité
  • 1 paire de chaussure confortables
  • 1 paire de claquettes (en France je crois que vous appelez ça des tongs)
  • 1 paire de chaussures élégantes

Par-dessus : 6 objets

  • 1 K-Way imperméable à bandes réfléchissantes (je me demande ou je peux en trouver un bon)
  • 1 gilet de sécurité multi-poches (idem)
  • 2 pulls
  • 2 vestes

Pantalons : 8 exemplaires

Shorts : 7 exemplaires

T-shirts : 10 exemplaires

Chemises : 6 exemplaires

Accessoires : 3 objets

  • 1 ceinture
  • 1 écharpe
  • 1 obsidienne noire

Capoeira : 1 uniforme

Si vous avez bien compté, ne vous inquiétez pas…

Eh oui, je suis bien à 99 objets pour ce premier jet. Cette liste me sert pour l’instant de fil directeur, il y aura des ajustements à prévoir, mais déjà…

…je serais curieux de savoir ce que vous en pensez. Mes règles du défi sont-elles honnêtes selon vous ? Vous avez certainement des conseils à me donner, n’hésitez pas à le faire ici ! Merci ! 🙂

Dans la merde

Comment se foutre dans la merde ? (mon exemple à NE PAS suivre !)

Dans la merde

Réponse : acheter ce qui nous plait et se dire que tout ira toujours bien demain.

Tant que vous n’apprenez pas à contrôler vos pulsions de consommateurs et tant que vous n’avez pas un minimum de prévoyance, vous ne faites qu’obéir au Tyran qui nous tient tous à genoux par une seule chaîne.

Ce dictateur est le consumérisme destructeur et sa chaîne est notre paresse.
Personne ne l’aime et tout le monde lui crache dessus. Mais concrètement, qui se bouge le fion pour s’en libérer ? Continue reading “Comment se foutre dans la merde ? (mon exemple à NE PAS suivre !)”

Pourquoi 100 objets ?

Vivre avec 100 objets… Pourquoi ?

Pourquoi 100 objets ?

Le défi à été lancé en 2008 par Dave Bruno avec son “100 Things Challenge”. Un moyen selon lui de lutter contre le consumérisme américain et de redéfinir ses priorités en refusant d’accumuler des choses inutiles.

Vous n’êtes pas votre travail, vous n’êtes pas votre compte en banque, vous n’êtes pas votre voiture, vous n’êtes pas votre portefeuille, ni votre putain de treillis, vous êtes la merde de ce monde prête à servir à tout.
Tyler Durden – Fight Club

Voilà qui rappellera bien des choses à qui a vu ce film culte.

N’ayant pas envie de rester “une merde prête à servir” et de continuer à contribuer à un système déséquilibré qui m’écoeure, j’ai compris qu’il me faudrait d’abord me débarrasser de toutes les merdes matérielles que j’ai collectionné et que je n’utilise pas.

La Loi de Pareto nous parle du principe du 80/20. Un exemple concret de cette loi nous est donné par Joanne Tatham qui rappelle que nous n’utilisons que 20% de notre garde-robe 80% du temps.

N’avez pas également remarqué ce phénomène ? Imagineriez-vous tous les domaines auxquels cette loi peut s’appliquer ?

• Les règles du jeu

Bon alors, 100 objets, c’est un chiffre précis. Ceci dit Dave le dit lui-même : l’idée c’est de suivre l’esprit du challenge et pas forcément la lettre.

Il a donc établi SES propres règles du jeu qui sont les suivantes :

  1. On ne compte que ce qui nous appartient à nous et nous seuls.
  2. On ne compte donc pas tout ce qui est partagé par la famille et les colocataires.
  3. Les livres ne comptent pas, ils sont trop sacrés pour être l’objet de ce jeu, ceci dit il a bien compté sa Bible et un livre de prière dans sa liste.
  4. Certaines choses sont comptées en groupe comme les sous-vêtements et les chaussettes.
  5. Les outils de bricolage ou de ménage quotidiens ne sont pas comptés car fréquemment nécessaires.
  6. Si il reçoit un cadeau, il se donne 7 jours pour le redonner ou l’inclure dans sa liste de 100 possessions.
  7. Il s’autorise à acquérir de nouveaux objets, mais il se débarrassera alors d’un nombre égal d’objets pour rester à 100.

• Comment vais-je m’y prendre ?

Eh bien j’ai déjà fait un premier jet pour ma liste. Mais étant donné que j’ai choisi d’orienter mon challenge sur les axes de la liberté, de la richesse ET de la sécurité, il va me falloir définir aussi MES règles du défi.

Je suis donc actuellement en train d’optimiser au mieux cette liste, c’est pas mal de temps à consacrer, les rôlistes qui lisent mon blog savent de quoi je parle. 😉

En attendant que je publie ma liste et mes règles du challenge je vous encourage à découvrir ce que disent Libé et Rue89 du challenge de Dave.

Ah ! Et j’ai aussi trouvé une sympathique maman végétalienne qui a récemment accompli ce défi : Adeline.

Allez la féliciter de ma part ! 🙂

Et vous… si vous deviez vivre avec seulement 100 objets, savez-vous lesquels vous garderez absolument ?

Et lesquels jetteriez-vous en premier ?