Vous vous sentez perdus ? La solution en 3 étapes.

Souvent dans la grande aventure de la vie il arrive que nous ne comprenions pas ce qui se passe, nos sentiments semblent être en proie au chaos et ou nous nous demandons si nous savons vraiment ce que nous voulons…

Avez-vous déjà traversé une telle phase ?

Félicitations !

C’est la preuve que vous êtes en route, peut-être en pause et indécis pour le moment, mais que vous avez fait du chemin ! Que vous êtes vivants !

Récemment, j’ai réalisé que je n’avais finalement peut-être pas si envie que ça de vendre ma voiture… que c’était un outil bien pratique pour emmener mes amis, pour sortir m’amuser, me sentir libre. Et mes petites annonces sur internet ont progressivement disparus sous l’amoncellement des nouvelles, je ne recevais plus aucun appel mais finalement, ça m’arrangeait pas un peu comme ça ?

Un ami m’en a même fait la remarque, mon enthousiasme à me débarrasser de ma voiture semblait passer sous le confort et les loisirs qu’elle m’offre. J’ai même esquissé la pensée de finalement pouvoir la compter dans mes 100 objets

Mes émotions étaient confuses… je me suis manifestement perdu en chemin.

Pas d’inquiétude. S’égarer en chemin est normal et il suffit de suivre 3 étapes très simples pour savoir de nouveau quoi faire. 🙂

1) Sortir sa carte

Encore faut-il en avoir une ! Il n’est jamais trop tard pour en dessiner une soi-même, ce qui est d’ailleurs préférable au fait d’utiliser celle d’une autre qui sera toujours moins adaptée à vos besoins, voire carrément erronée !

C’est la raison pour laquelle je déconseille personnellement de demander son chemin. Si vous ne savez plus ou vous voulez vous rendre et si votre situation présente vous confonds, personne ne pourra vous aider, vous soutenir peut-être, vous guider certainement pas. Dessinez vous-même votre carte, en plus c’est marrant ! 🙂

Concrètement :

Dans ma dernière liste j’ai inclu un cahier de brouillon. En fait c’est ce à quoi il ressemble, mais pour moi c’est l’arme absolue, un puissant grimoire de Sorcier ! ^^

Dans ce cahier fourre-tout ou j’écris et gribouille à volonté j’ai posé à plat ma situation actuelle par rapport à mon petit chaos émotionnel. J’ai mis un nom sur les obstacles que je traverse, qu’ils soient intérieurs ou extérieurs, j’ai noté en vrac mes désirs du moment, même les plus “futiles”, mes craintes, j’ai fais des petits schémas, des dessins, sans ordre voulu.

En jouant ainsi à externaliser ses Spectres intérieurs on leur donne forme, on reprend pouvoir sur eux. Et alors que le processus en lui-même est très bordélique, petit à petit, en quelques minutes a peine semble se dessiner les grands repères de la situation actuelle, la carte de ma position géopsychique.

J’avais une idée plus claire de mon présent, mais ce n’était pas encore suffisant pour savoir quoi faire (ou ne pas faire !).

2) Se référer à sa boussole

Une boussole parfaitement aimantée marquera toujours fièrement le Nord et vous servira, en conjonction avec votre carte, a comprendre ou vous avez fait fausse route… si tel est vraiment le cas ! Il peut arriver que nous nous sentions perdus alors que nous avons juste besoin de repos, ou peut-être sommes-nous toujours sur le bon chemin mais qu’un sombre nuage imprévu nous empêche de nous en rendre compte.

Lorsque vos yeux, ou vos émotions, ne sont pas fiables, il convient de se référer à un outil qui ne se trompe jamais… votre boussole intérieure.

Concrètement :

Ce que j’appelle ici la boussole c’est une force mentale qui va vous emmener coûte que coûte à bon port. Pour faire mienne cette énergie, j’utilise une technique de Projection mentale : je m’imagine, moi, dans 20 ans, dans un futur totalement idéalisé. Un fantasme sans aucune limite ni contrainte (quelles soient physiques, mentales, morales, technologiques, etc.). En m’autorisant la création d’un Moi-Futur Divin (n’ayons pas peur des mots 😀 ) et en le rendant réel à mon imagination il se passe une véritable Sorcellerie intérieure…

J’en créé la Probabilité ! Cet avenir est maintenant possible. Pas “réel”, ni “manifesté” tel que voudrait nous le faire croire les marchands de la Loi d’Attraction, oh non ! Mais l’état d’esprit qui habite mon Moi-Futur peut m’habiter dès à présent alors que je m’Identifie à Lui. J’en deviens totalement magnétisé, ma boussole est activée, je SAIS ce que je veux être, je me SENS attiré vers ce futur… je ne sais peut-être toujours pas précisément quoi faire, mais j’ai retrouvé l’énergie d’agir !

Ce qui me permettra de…

3) Faire un premier pas

Si vous ne savez pas ou vous êtes, après avoir pris vos premiers repères environnementaux et avec votre boussole en main, il vous suffira maintenant de faire peut-être la chose la plus difficile : un premier pas.

Vous n’aurez aucune certitude quant à savoir si vous reprenez la bonne route ou si vous vous en éloignez encore, mais le seul et unique moyen de le vérifier consistera toujours à bouger.

Alors, après quelques jours de marche pourrez vous ressortir votre carte et votre boussole, et pourrez vérifier avec clarté votre situation par rapport aux nouveaux éléments apparus sous votre regard. 🙂

Concrètement :

Incapable de savoir quoi faire et me sentant fléchir mentalement parlant je suis retourné aux bases. J’ai repris le sport de manière assez éprouvante (aïe les abdos !), le yoga, la méditation… en somme j’ai brûlé et raffiné du Mana, mais bon, développer le sujet sera pour une autre fois. 😉

Après m’être senti renforcé sur mes bases fondamentales j’ai pu trouver le “courage” de faire une action, toute bête, ridicule et évidente. J’ai tout simplement réactualisé mes annonces sur internet pour vendre ma voiture.

D’ailleurs si vous êtes un lecteur calédonien vous me rendrez un fier service en diffusant cette annonce sur votre page Facebook par exemple. Je vous remercie d’avance, vous gérez comme on dit. 😉

Mise à jour : cet article date un peu, ma voiture a été vendue il y a un bon moment maintenant. 🙂

Au moment ou j’ai réécris l’annonce, baissé le prix (encore… gasp !) et appuyé sur “Validez”, un petit sourire est venu naître sur mon visage. Je sais que vendre cette voiture servira mes intérêts.

Je sais que quoiqu’il advienne je trouverais toujours une solution aux nouvelles embûches qui viendront sur ma route. Il me faudra rester vif et actif pour trouver des moyens de me déplacer pour faire les courses, pour sortir m’amuser, voir mes amis, etc.

Mais ce sont de tels challenges qui me permettront de renforcer toujours ma volonté… de me rapprocher de mon Moi-Futur…

Vivre avec 100 objets ? Pourquoi pas 99 ou 101 ?

Avant toute chose, remarquez la mise en avant à droite vers le blog “Aidons le Japon”, une initiative pleine de coeur de la part de Jean-Philippe.
L’idée est géniale : faites un don de 10 Euros et recevez des petits cadeaux offerts par toute une communauté de blogueurs.
Je n’ai pas eu le temps et l’énergie de préparer de cadeau (je suis même en retard dans mes publications) mais je compte sur vous pour retransmettre l’info du mieux possible comme je le fais ici. 🙂

Alors… je rappelle qu’à compter du 1er juin 2011, j’aurais réussi à atteindre un chiffre de 100 possessions matérielles. Si si ! Je vais y arriver !

Lorsque l’on découvre mon défi, il y a une réaction qui revient souvent : “100 objets ?! Ah non moi je pourrais pas ! Je pourrais avec 1000 par exemple !” 😀

1000 objets ? Ma foi si tu veux.

Que vous viviez avec 50, 100 ou 2000 objets… l’important c’est de savoir si ceux-ci servent votre rêve ou si ils l’encombrent.

Et pour savoir si nos possessions nous servent ou nous desservent les réviser et les compter, comme je le fais, est déjà un bon début en soi.

Et il est plus facile de le faire en possédant 100 objets que 1000. 😉

Il existe néanmoins d’autres avantages à se donner un chiffre précis et à s’y arrêter…

• Les chiffres ne mentent pas

Que l’objectif visé soit financier (épargner pour atteindre une certaine somme), diététique (atteindre un poids idéal) ou matérialiste (vivre avec 100 objets), il est essentiel de se fixer un résultat précis et mesurable.

Souvent j’entends des personnes me dire que noter précisément leurs rêves n’est pas nécessaire et qu’il suffit de vivre au feeling, de “s’équilibrer”. Ce sont les mêmes personnes qui vivent en effet de manière “équilibrée”, ni trop ni trop peu, pas de grandes ambitions, pas de rêves, pas de Flamme…

De grands résultats exigent un chemin plein de persévérance, et une démarche pleine d’attention.

Si vous désirez “être riche” vous n’irez jamais bien loin.

Parce que c’est quoi “être riche” pour vous ? A partir de combien d’argent dans votre compte en banque sauriez-vous que vous êtes enfin riche ?

Dès que vous avez pris le courage d’écrire noir sur blanc un résultat vérifiable à atteindre vous ne pouvez plus fuir. Vous ne pouvez plus vous en remettre à la chance ou au destin.

Bien que j’ai choisi des règles personnelles pour relever mon défi minimaliste, je saurais très bien si je l’ai réalisé ou non à la date voulue.

Impossible de me mentir ! Car il faut admettre que l’auto-cécité est bien souvent notre premier obstacle dans notre évolution personnelle.

Si vous savez avec précision ou vous voulez être demain, vous pouvez aujourd’hui faire un premier pas vers la bonne direction. 🙂

• Les chiffres indiquent le chemin

En mesurant la distance qui nous sépare entre la situation actuelle et le résultat désiré nous pouvons mieux estimer la charge de travail à réaliser et les différentes étapes nécessaires.

Pour pouvoir vivre avec 100 objets, j’ai d’abord fait une première liste.

J’ai noté tout ce qui me semblait correspondre à ce que je voulais atteindre en terme de Richesse, Liberté et Sécurité.

Très vite, je me suis retrouvé à dépasser le chiffre voulu.

Et c’est alors que la magie a opérée. Avoir le chiffre 100 en tête (mais ce pourrait tout aussi bien être 200 voire 500 peu importe !) m’a aidé à trier l’utile de l’encombrant plus aisément que si je m’étais décidé à devenir “minimaliste au feeling”. Alors j’ai fais une seconde, puis une troisième version de ma liste de 100 objets.

Et plus important encore, j’ai pu définir une série d’actions à réaliser pour y arriver :

• Les chiffres sont nos amis

J’ai beau dos de dire ça. J’ai toujours eu des résultats déplorables en maths !

Cependant je vous encourage à voir les nombres un oeil nouveau. A comprendre qu’ils ne sont pas là pour nous prendre la tête mais au contraire pour nous simplifier la vie, nous aiguiller.

Quand je sais quels sont les 5 adjectifs ou qualités que je veux développer dans ma vie une bonne dose de brouillard s’en va.

Quand je sais avec combien d’objets je veux faire l’expérience de vivre, je peux mettre en place une stratégie d’actions.

Quand je sais ou et comment je veux être à une date précise, le Temps devient alors mon plus puissant et plus précieux allié… en m’enseignant l’Art de Raisonner, d’Agir et de Patienter avec persévérance. 🙂

Prendre le Raccourci Minimaliste pour réussir sa vie m’a appris beaucoup de choses que j’aimerais partager avec vous ! J’ai écris cet article avec deux semaines de retard et je m’en excuse (ainsi que pour mes régulières petites fautes d’orthographe, entre autre…), mais je sais que vous qui êtes abonnés par e-mail, par RSS ou qui me suivent sur Twitter ne l’ont pas manqué et je vous remercie énooooormément pour votre soutien.

Je vous embrasse fort. 😀

PS : N’oubliez pas de faire un petit don pour le Japon !

Non mais pour qui vous vous prenez ?

Vous avez déjà entendu cette phrase sous forme de réprobation accusatrice. En général on l’utilise pour signaler à quelqu’un qu’il a dépassé certaines limites sociales de bienséance ou de respect.

La question n’en reste pas moins très intéressante : pour qui vous prenez-vous ?

Si la culpabilité à prise sur vous vous aurez tendance à vous définir selon des critères assez rassurants, en fonction de ce que votre famille et vos amis attendent de vous.

Mais tout au fond de vous même, dans le joyau sacré de vos fantasmes, je le répète : pour qui vous prenez-vous ?

• “Je suis Légion”

L’esprit humain n’est pas monolithique. Je pense que nous sommes nombreux ici à avoir fait l’expérience d’être untel un jour, et autre-tel (ça se dit ça ?) le lendemain.

Les sautes d’humeur fréquentes et imprévisibles semblent parfois avoir raison de nous et de notre logique… parfois à nos dépends !

A croire que nous sommes possédés par différents “moi” qui se manifestent au gré de leurs désirs incompréhensibles.

Il vous suffit de vous poser 10 minutes et de ne strictement rien faire, d’écouter simplement vos pensées, pour réaliser à quel point c’est la jungle “là dedans” !

N’ayez pas peur, vous n’êtes pas fou… en tant qu’humain vous êtes une très puissante conscience de perception qui a tendance à s’identifier au Spectre intérieur le plus fort du moment.

Si c’est celui du Festif Bout-En-Train qui a le plus besoin de se manifester à l’instant alors vous allez “devenir” un Festif Bout-En-Train… jusqu’à ce que ce que celui-ci soit rassasié et laisse la place au prochain Spectre hurlant.

Dans une demi-heure ce pourrait donc être celui de l’Angoissé-Qui-Se-Demande-Quoi-Faire-De-Sa-Vie qui prendra les commandes et vous amènera à vous torturer de questions existentielles et à ressasser le passé…

C’est un phénomène “naturel” développé et nommé de diverses façons en psychologie (et dérivés).

Mais je ne suis pas psychologue et je ne prétends pas m’étaler outre mesure dessus. Je préfère aborder la chose sous un angle poétique, et surtout pratique, car la véritable question c’est : peut-on choisir ou sommes-nous condamnés à dépendre de ces “moi” fous ?!

• Vous êtes Sorcier et vous ne le savez pas

Si vous jetez un oeil sur ma nouvelle carte de visite en ligne vous découvrirez que je me définis sous quatre dénominations, la première étant : Sorcier.

“Sorcier ? Hahaha ! Mais pour qui tu te prends ? Gandalf ?”

Pas vraiment… c’est que contrairement à ce que ce terme peut laisser croire j’ai passé l’essentiel de ces dernières années à me dépouiller totalement de toutes croyances spirituelles, superstitieuses, religieuses, mystiques, paranormales…

Pourquoi utiliser le mot Sorcier en ce cas ?

Etymologiquement, le terme Sorcier provient du Latin Sortiarius, littéralement : quelqu’un qui influence le Sort, le Hasard.

Un Sorcier tient en très haute estime la faculté de raisonnement et la recherche permanente d’une perception sans détour de la réalité, épurée de toute illusion inutile ou destructrice.

Il sait qu’aucun Dieu, aucune Force Universelle, aucune Providence ou Ange Gardien ne le protégera de ses actes ou des aléas du quotidien. Il a une conscience aigüe de sa vulnérabilité et pose les actes intelligents qui conviennent pour ne pas s’en laisser affaiblir. Il s’autorise à choisir et développer les parties de lui-même, les Spectres donc comme je les appelle, qui serviront à des moments précis pour des objectifs précis.

Une quête de responsabilité personnelle, totale… et avec une poésie permanente…

Etre Sorcier est une manière plus poétique de se définir comme étant pro actif. En quête d’un contrôle accru en permanence sur le hasard des choses. Y compris sur ces Spectres qui semblent se jouer de nous !

Car il ne faut pas se leurrer, au moment même ou je déclare être un Sorcier (avec la majuscule qui va bien oui oui) j’appelle à l’instant en moi le Spectre du Sorcier.
J’amène à ma conscience cette partie de ma personnalité qui a le choix de tout changer, de décider avec fermeté quoi faire de sa vie et quels autres Spectres appeler ou réprouver !

En maîtrisant ce qui m’habite je maîtrise mes habitudes… en maîtrisant mes habitudes je maîtrise ma vie, mon “destin”.

• “Apprend à t’élever au-dessus de toi-même, ainsi tu triompheras de tous.”

Pour qui vous prenez-vous ?

Etes-vous de ceux qui se cantonnent à un rôle de figurant dans le grand blockbuster de la vie ?

Ou faites-vous parti de ceux qui ont conservé leur Flamme suffisamment forte pour oser se prétendre Sorcier ? Prêtresse ? Magicien ? Chevalier ? Princesse ? Aventurier ? Seigneur ? Conquérant ? Que sais-je ?!

N’écoutez plus les Visages Gris et leur propagande médiatique et sociale ! Vous n’êtes pas faible ! Vous n’avez pas à être ballotté par les vents intérieurs des Spectres déments !

Vous avez le Pouvoir de choisir votre rôle !


Allez-vous seulement le faire ?

J’ai choisi de devenir Sorcier Minimaliste en dépit du ridicule que l’expression peut provoquer chez autrui.

Pour comprendre ce que cela signifie suivez-moi sur Twitter et suivez mon aventure par e-mail ou par flux RSS.

Je le répète : pour qui vous prenez-vous ?

Comment je nique le système 2/2 – Grâce à la redondance

Dans l’article précédent je présentais Dropbox, mon outil préféré pour conserver mes paperasses administratives (entre autre) et ainsi faire un gros doigt au système bureaucratique qui nous souhaite croulant et agonisant sous des tonnes de papiers jaunis par le temps.

Transférer ses données sur internet c’est bien sympa, mais cette habitude soulève souvent deux craintes principales, légitimes, que nous allons aborder :

1 – Qu’en est-il de la sécurité de mes données ?

C’est la question qui vient généralement en premier lorsque l’on parle de mettre ses données personnelles sur internet. Le piratage existe, des données peuvent être volées et utilisées à mauvais escient, c’est un fait. Mais vos documents “originaux” sont-ils davantage en sécurité ?

Réalisez que rien, absolument rien ne peut être sécurisé à 100%. Ni vos classeurs financiers dans votre cave, ni vos billets de banque dans votre coffre-fort, pas même les documents plastifiés que vous pourriez conserver contre vous 24h/24. Rien n’est définitivement à l’abri du vol ou de la simple dégradation par le feu, l’eau ou le temps.

Grâce au Nuage, vous pouvez déjà être rassuré du fait que vos “papiers”, désormais intangibles, se trouvent libérées des faiblesses et de l’inertie inhérente à la matière.

La seule inquiétude restante sera celle du vol de données. Mais c’est en fin de compte un souci mineur lorsque l’on prend la peine de choisir avec attention à quel service nous confions nos données sensibles.

Pensez bien qu’avec Anonymous qui écume le web et en éprouve les limites, le jour ou un service en ligne se révélerait peu fiable, le web entier en serait tenu très vite au courant ! C’est déjà arrivé, et ça arrivera encore.

Sachez que Dropbox, utilisé par de nombreux entrepreneurs et entreprises, utilise les standards AES-256 et SSL pour protéger vos transmissions.

Autrement dit ce qui se fait de mieux en sécurisation de données au niveau public actuellement. Nul doute que les gouvernements soient un cran au-dessus à ce niveau… mais à quoi bon les envier ?

Si vous vous inquiétez toujours pour vos petits secrets il vous reste encore l’opportunité de crypter vos données les plus sensibles grâce à Boxcryptor ou Truecrypt par exemple. Vous pourrez alors dormir sur vos deux oreilles. 😉

2 – Et si l’entreprise derrière Dropbox coule, ou si le service devient indisponible durant un moment d’urgence ?

L’exemple le plus récent en date qui a provoqué pas mal de remous sur le Web à été la fausse rumeur de la fermeture de Del.icio.us, un service de synchronisation de marque-pages.

Pour éviter d’être victime d’une telle situation, si elle se vérifierait, il suffit d’appliquer une règle très simple de la sauvegarde : celle de la redondance.

Le “Pape Yead-Ministratif”, que j’ai cité dans le précédent article, à quelque part raison : trois copies d’un document est un minimum ! Mais en abuser n’est pas un mal, d’autant plus lorsque l’on parle de sauvegardes numériques.

Pour ma part, mes données les plus importantes se trouvent sur 5 supports : le disque dur de mon portable, un disque dur externe, Dropbox, Evernote et depuis peu également sur Sugarsync.

Si vous voulez sécuriser au mieux vos informations ne vous limitez pas à Dropbox ! Utilisez donc aussi plusieurs services de stockage en ligne, par exemple :

  • Sugarsync : je l’ai découvert il y a quelques jours, il me semble être le meilleur concurrent de Dropbox. 5 Go vous sont offerts gratuitement dès le départ (mais faut un peu fouiller l’offre gratuite !). Un logiciel est installable afin de l’utiliser et vous permet de synchroniser plusieurs dossiers de votre ordinateur ! Ainsi votre classement personnel n’est pas chamboulé. Le seul “inconvénient” par rapport à Dropbox ? Peut-être est-il légèrement moins facile d’accès pour les néophytes et il est en anglais. Nul doute qu’il conviendra cependant à la majorité des utilisateurs informatiques réguliers. 🙂
  • Box.net : offre lui aussi 5 Go gratuit dès l’inscription mais je n’apprécie pas le fait que les uploads/downloads doivent se faire par le biais d’un navigateur internet et le tout est vraiment peu intuitif. Par exemple si vous voulez téléverser (uploader) des dossiers entiers, il vous faut activer l’option “Bulk Download”, sous réserve qu’aucun fichier n’excède 25 mo…
  • Dotspirit payant, mais pour 250 Go de stockage ça me semble vraiment pas mal. Je vous recommande au minimum la seconde offre à 9,99 €/mois (FTP Drive ), la première offre n’étant à mon goût pas assez sécurisée…
  • Amazon S3 : m’a été recommandé par Argancel de DéveloppementPersonnel.org. L’avantage de ce service c’est que les tarifs sont à la mesure de l’utilisation que l’on en fait.
  • Google Docs aussi vous permet de conserver vos paperasses tout en étant doté de reconnaissance optique de caractères. Vous pouvez même vous en servir pour faire vos comptes en tout sécurité. Il ne peut pour l’instant stocker que certains types de documents.
  • Evernote : est tellement génial qu’il fera à lui tout seul l’objet d’un prochain article. 😀

Nul doute qu’il en existe bien d’autres ! Faites-nous donc part de vos découvertes ou de vos outils préférés de backup dans les commentaires ! 😉

• Vers un avenir léger…

… et rassurant !

Je ne vous encourage évidemment pas à détruire vos documents originaux hein… tant que nous vivrons dans l’obscurantisme de la bureaucratie nous sommes bien obligés de faire avec. Mais que cela ne vous suffise pas !

Imaginez le sentiment de contrôle qui vous habitera lorsque vous aurez à coup sûr protégé vos documents importants en les numérisant en redondance !

N’oubliez pas de les conserver aussi sur clé USB au cas ou votre ordinateur tomberait en panne et qu’aucune connexion internet ne serait disponible. C’est un conseil de survivaliste qui vaut bien… il est toujours rassurant d’avoir son carnet de santé ou sa pièce d’identité, même sous forme numérique, prête à l’emploi dans les situations les plus catastrophiques…

Vous serez alors prêts pour l’avenir, un futur qui se présente comme étant tout numérique, un Web 3.0…

“Le futur est là. Il n’est pas encore bien réparti, c’est tout.” – William Gibson

Pour avoir un aperçu de l’avenir que nous prépare Google et comprendre tout l’intérêt du Nuage, vous pouvez mater cette vidéo marrante et instructive sur leur premier projet de Netbook, le CR-48 :

Si le projet Chrome OS vous intrigue autant que moi je vous encourage à visiter le blog de ChromeOS.net qui suit l’actualité du sujet, en français s’il vous plait !

• Le courage ne suffit pas

Je ne vais pas vous mentir : téléporter tous vos documents sur le Nuage vous prendra un temps fou !

Aucune raison de paniquer cependant. Je vous prépare une petite méthode d’organisation simple et efficace dans un article bonus sur le niquage numérique du Système ! 😀

On reste en contact par e-mail ou par flux RSS ok ? 😉

Embrasser le Chaos


 

Me voici en train de faire un bisou à mon petit pays qui subit en ce moment les foudres de Vania. Ca fait près de 6 ans qu’il n’y a pas eu de cyclone ici et les gens sont quelque peu anxieux. L’imprévisible fait peur et c’est bien normal. Ma tempête perso du moment, c’est ma charmante petite soeur, propriétaire de notre collocation, qui m’apprend par e-mail qu’elle exige mon départ pour le mois prochain.

 

Elle qui me disait il y a quelques jours encore que ça lui faisait vraiment plaisir de rentrer de son travail et de constater que l’appartement était propre et bien tenu… ah les femmes !

 

C’est à la fois soudain, inattendu, au moment où je suis dans une profonde galère financière et ça aurait pu facilement me mettre dans des états incontrôlables si je ne m’étais pas entraîné depuis plusieurs années à embrasser le Chaos. <3

“Ma voiture à été volée…”

Constat en sortant de mon cours de capoeira le 8 juillet 2009 en découvrant que ma voiture n’était plus à l’endroit ou je l’avais garée… Ca fait comme un grand froid qui vous envahit, qui remonte des profondeurs, quelque chose qui peut être facilement confondu avec de la colère ou de la peur.

 

Mais en faisant bien attention, on peut réaliser que ce grand sceau d’eau glacée intérieur est une forme d’éveil spontané, une brisure dans la routine quotidienne, une fêlure dans les filtres mentaux traditionnels, ou comme j’aime l’appeler poétiquement : un baiser d’Eris.

 

Je me souviens exactement de la pensée immédiate qui a suivi : “Ok… c’est l’aventure !”

Vous avez beau être épuisé comme je l’étais après mon cours, autant vous dire qu’à l’instant ou vous arrive ce genre de galère votre niveau d’alerte et d’énergie retrouve un pic soudain.

Le plus intéressant dans ce genre d’emmerde, c’est qu’à la seconde ou vous réalisez que vous prenez la chose avec un niveau de coolitude conséquent, vous gagnez immédiatement un sentiment supplémentaire de fierté fulgurante !

 

“Wow ! On me vole ma caisse… je prends ça trop bien au final ! Qu’est-ce que je gère ma race quand même !”

Cette prise de conscience balaye tout de suite l’état de crise soudain et alimente de nouveau votre enthousiasme, lequel nourrit en retour votre orgueil… et voilà ! Un cercle vertueux est en place et vous avez la tête froide et l’énergie nécessaire pour répondre intelligemment à la situation ! 🙂

 

A vrai dire ce soir ou on m’a volé ma voiture, les multiples et puissantes émotions qui m’ont traversé m’ont fait me sentir vivant comme rarement. J’ai kiffé ma race. Enfin… c’est un peu exagéré de l’exprimer comme ça mais c’était vraiment très intéressant. Ce soir là j’ai finis dans un bar avec des amis à faire la fête (sur de la musique pas vraiment géniale mais j’avais envie de m’amuser) et j’ai fais quelques ravages parmi la gent féminine. 😉

 

Je vous passe les détails… le petit truc c’est juste de savoir s’y prendre avec les femmes… et avec une en particulier.

Eris est une belle garce

Hmmm... baybé !! (deviantART de Telthona)

Dans la mythologie greco-romaine la déesse du conflit et du désordre s’appelle Eris, ou Discordia. Son image sinistre a été remis au goût du jour sous un aspect plus fun lorsque s’est créé dans les années 50 une religion, qui n’en est pas une, mais qui en est une, qui vénère cette pétillante déesse du Chaos.

Quelqu’un qui grave “Pour la plus belle” sur une pomme d’or et la balance ensuite au milieu de déesses superficielles et vaniteuses, provoquant ainsi la guerre de Troie, l’odyssée d’Ulysse et tout le reste… moi je trouve ça trippant ! N’ayons pas peur des mots, Eris est une salope. Une femme capricieuse, joueuse, manipulatrice et séductrice qui méprise plus que tout l’ennui et le Statu Quo. Tout à fait mon genre quoi ! 🙂

 

Je ne prétends pas être l’égal d’un Sébastien Night ou d’un Kamal en matière de séduction, encore moins quand il s’agit d’amadouer une déesse, mais il y a une chose que j’ai bien compris : les femmes respectent la force. Et rien que la force. Pas la force physique (même si ça joue bien faut le reconnaître) mais la force mentale, à savoir la confiance en soi, la détermination et l’imperturbabilité. Dites-moi si je me trompe les filles mais ça vous fait pas craquer ça ? 😉

 

En tout cas, la manière la plus stupide de répondre à une femme lorsqu’elle teste votre force mentale (autrement dit l’amour que vous éprouvez pour elle selon son point de vue) consiste à montrer votre faiblesse, vos anxiétés, votre frustration ou pire, de l’accuser d’être la source de vos problèmes !

 

Il en va de même avec la déesse du Chaos. Un jour ou l’autre Eris viendra vous titiller, vous éprouver. Un pneu qui crève, votre disque dur qui crashe, une intoxication alimentaire, se faire virer de sa collocation, un cyclone qui approche ou un être cher qui décède… les manifestations de Discordia la garce sont légions et continuelles. De toute façon, la seule façon de connaître la paix totale et éternelle, c’est de quitter ce monde, et ce n’est pas ce que je pourrais vous conseiller…

Pourquoi le looser et Comment le winner

Alors voilà, début février je dégage. Pourquoi ça m’arrive à moi ? J’ai fait de mon mieux pour garder l’appartement nickel, ma soeur l’a même reconnue, alors pourquoi elle me vire soudainement sur ce prétexte ? Pourquoi ça m’arrive pile au moment où j’ai un découvert financier abyssal et plus de choses à faire que jamais ?

 

Franchement ? Ces questions ne servent à rien.

Notre cerveau est surpuissant. Il répond à toutes les questions. Mieux vaut apprendre à bien s’en servir ! Lorsque vous faites Pourquoi + exposé du Bad Trip, votre cerveau comprend : “Hmm… il me confirme qu’il y a un bad trip et me demande pourquoi ? Bon ben je vais lui rendre service, je vais lui donner de bonnes raisons d’être en bad trip…”
Ca revient à engager une dispute avec Eris. Et je sais pas pour vous mais moi j’ai pas envie de m’engueuler avec une déesse !

 

Qu’est-ce que je veux au final et comment utiliser l’actuel évènement pour en profiter ? Voilà la seule question qui doit habiter votre esprit, quotidiennement, pour ajuster vos actes en harmonie avec vos rêves. En vous demandant Comment + Objectif votre cerveau devient beaucoup plus efficace et se met à trouver activement des solutions. C’est comme si vous laissiez Eris péter sa petite crise en lui montrant bien que vous avez plus important à faire, que vous appréciez votre relation avec elle mais que vous n’avez pas de temps à perdre dans des conflits inutiles et puérils.

 

Réussir systématiquement c’est savoir que chaque nouvelle situation, peu importe son apparence, est là pour vous rendre service. Ce sont des cadeaux de la vie pour nous rendre plus fort, plus réactif et nous obliger à accomplir nos rêves. 🙂

 

Alors ? Comment va faire votre blogueur préféré ? Trouvera-t’il une nouvelle collocation ? Ou bien un studio pour lui tout seul ? Finira-t’il dans la rue trempé par la saison cyclonique ? Pour le savoir abonnez-vous par e-mail ou par RSS et rendez-vous dans le prochain épisode ! 😉

 

Et en attendant souvenez-vous : la prochaine fois que Eris vous griffe… prenez-là par les cheveux et roulez-lui une pelle bien profonde, histoire de lui rappeler qui est le Maître (ou la Maîtresse évidemment 😉 ).

 

Fnord !

 

Dites-moi, la dernière fois ou l’imprévu s’est manifesté dans votre vie, comment avez-vous réagi ?
Survivalise minimaliste

Peut-on être minimaliste ET survivaliste ? (et que vient faire Bob là dedans ?!)

Survivalise minimaliste

A vrai dire tout dépend des cas, du lieu d’habitation, du pays, des ressources disponibles ou non en cas de catastrophe. Dans ma situation, je me suis rendu compte que pour augmenter mes éventuelles chances de survie, mieux vaut n’avoir qu’un minimum de possessions matérielles.

Mais soyons plus précis…

• Un survivaliste, c’est quelqu’un qui veut… survivre ?

Oui. Si possible à toutes formes de dangers quotidiens et urbains.

Mais aussi à la fin du monde. Tel que nous le connaissons. Continue reading “Peut-on être minimaliste ET survivaliste ? (et que vient faire Bob là dedans ?!)”