7 jours sans sucre : le journal

Résumé : le sucre est omniprésent et s’en passer est un vrai défi.

Voici la Quête d’Excellence que j’annonçais le mois dernier.

Elle consiste à s’abstenir :

  • de tout ce qui a un goût sucré (desserts, fruits, édulcorants artificiels ou naturels…)
  • et d’alcool (une forme de sucre)
  • pendant 7 jours

(Source photo)

 

Voici donc mon compte-rendu personnel, jour après jour… et ça commence fort ! ><

Jour 1 : FAIL!!!

Mercredi 1er août

17h, fin du travail et l’heure de manger. Une collègue me propose très gentiment de me servir dans un sac en papier, un assortiment de noix, amandes et pistaches… Je prends une grosse poignée avec satisfaction anticipée…

Et j’avale le tout goulûment, sans avoir remarqué au premier abord que s’y trouvaient aussi des raisins secs ! Très sucrés.

J’aurais du être plus attentif. 🙁

 

Jour 1 : Mieux vaut une stratégie imparfaite qu’aucune stratégie du tout

Jeudi 2 août

En ce moment j’ai une voiture. On me la prête (cool !) pour que je puisse garder une maison assez éloignée du centre-ville (double-cool !!). Je vais donc faire les courses dans un supermarché discount ou je n’avais plus eu l’occasion d’aller depuis longtemps.

En prévision de craquage potentiel je me trouve des substituts. Fromages et charcuteries deviennent alors mes petites confiseries-craquages pour ces 7 jours à venir.

Ok, c’est loin d’être exemplaire niveau nutrition je vous l’accorde. Je ne joue plus à tout ou rien de toute façon et ces douceurs salées me semblent un moyen stratégique de distraire ma soif de sucre. (Qu’est-ce que j’ai envie de croquer dans une putain de bonne pomme fraîche au moment j’écris ces lignes !)

 

Jour 2 : Résister aux influences

Vendredi 3 août

Au travail les collègues grignotent à longueur de journée des petits biscuits Alsaciens en forme d’étoiles qui ont l’air trooooop bons. Mais je tiens mon jeûne habituel et dès 17h je mange mon repas, non-sucré.

Un anniversaire à fêter ce soir. J’apporte une bouteille de vin rouge que j’aurais aimé goûté, mais l’alcool étant également du sucre je n’y ai pas droit. Un punch, apparemment succulent à été préparé par une amie, avec de la vanille et tout… nope.

  • Un rhum arrangé fait son apparition !
  • Damien lance “Non-merci-putain-le-rhum-c’est-un-de-mes-alcools-préférés-argh-pas-grave-j’en-boirais-la-semaine-prochaine”.
  • It’s super effective !

Les pizzas ont pris cher à la place et j’ai bu du thé toute la soirée (oui oui).

 

Jour 3 : Mangez des pommes tomates !

Samedi 4 août

Je rêve que je mange un moelleux au chocolat et du flanc. oO Dans mon rêve je me mens à moi-même en me disant que ce n’est pas SI sucré que ça.

Je me réveille, confus mais rassuré… putain mais c’est que du sucre merde, je suis pas un toxico hein ? :O

Bon. C’est une longue journée qui m’attends (avec encore une fête ce soir…). On entame avec de l’exercice physique (échauffement/pompes/squats) et une douche froide. Puis un tas d’activités font que la journée passe assez vite. 🙂

Jusqu’à la raclette du soir (nous sommes en saison fraîche en Nouvelle-Calédonie) avec un cousin, mon frère et ma soeur. Cette dernière m’apprends qu’elle aussi avait fait un défi sans sucre, pendant deux semaines. Selon elle les premiers jours sont les plus durs et ensuite ça va tout seul. Il est vrai qu’à l’époque elle avait pris du poids (tu m’excuses hein soeurette ! :p ) et ce sevrage, selon elle, lui a permis de retrouver un goût très développé du sucre et donc, de modérer sa consommation après coup.

Je réalise que les tomates fraîches peuvent allègrement remplacer les pommes dont j’ai grave envie…

La tomate, seul fruit que je m’autorise donc de part son goût non-sucré.

Tout le monde finit avec des cornets de glace. Sauf moi. Mais cette fois-ci ça ne me dérange absolument pas. 🙂

 

Jour 4 : La douceur “umami”

Dimanche 5 août

C’est une journée qui commence très tranquillement. Je lis beaucoup. Et j’ai super faim… à 13h !!

Contre-coup de l’épuisement de ma volonté à me priver de sucre ? Résultat de mes malbouffes de ces derniers jours ?

Tant pis je mange ! Une salade, des tomates, du thon… et une tartine de fromage. :p

En fin d’après-midi, après plusieurs voyages, je finis chez ma mère ou je découvre que le lait de chèvre, lui aussi, peut me servir d’agréable substitut au goût sucré.

C’est que le lait de chèvre (et probablement le lait de vache aussi mais je n’en bois pas) est riche de cette saveur appelée umami, ce qui lui confère un goût “rond”, doux et “enveloppant”. C’est aussi un des laits d’origine animal qui se digère le mieux par l’homme. Tout bénéf !

J’aime également le lait de soja, mais la plupart des boissons que l’on trouve en Nouvelle-Calédonie à base de lait de soja sont assez chères et ont souvent du sucre rajouté… et même en petite dose, je préfère éviter.

 

Jour 5 : Comme un warrior !

Lundi 6 août 

Hey ! Je me réveille vâchement bien ce matin ! Chose rare.

Plus cool encore aucun coup de barre en rentrant du travail et j’ai pu faire de l’exercice physique avec plaisir. Que c’est agréable de ne pas avoir cette sensation d’être une grosse larve épuisée en fin de journée ! :p

Est-ce du au supposé boost d’énergie d’une diète sans sucre ? A mes exercices physiques plus réguliers ? Ou à l’environnement paisible ou je réside en ce moment ?

Il me faudra vérifier sur le long terme, et sur les prochaines périodes sans sucre, c’est en tout cas intéressant.

 

Jour 6 : Mort de faim…

Mardi 7 août

Je rêve que je dévore un gâteau aux fruits rouges ! :O

Réveil carrément difficile… une journée qui se traîne… et une sensation de faim très forte à des heures improbables (dès 13h). Tout comme dimanche en somme.

Une amie calée en nutrition m’explique que je devrais me nourrir de davantage de bonnes graisses : huile d’olive, noix, beurre, poisson, poulet. Si j’ai encore envie de sucre en fin de repas c’est que je n’ai pas assimilé assez de gras. On ne va pas rentrer dans un débat diététique mais je trouve que c’est cohérent avec ce que j’ai pu découvrir sur l’alimentation paléolithique notamment.

A titre d’expérience je finis mon tout dernier repas du soir par une cuillerée d’huile d’olive, et on verra bien comment je me sens demain (j’adore l’huile d’olive mais prise comme ça ça fait bizarre… :/ )

 

Jour 7 :

Mercredi 8 août

Eh bien aujourd’hui pas de sensation de faim. Ni même après 17h en fait !

La cuiller d’huile-miracle en serait la cause ? Où bien le fait d’avoir pris ma matinée de libre et d’avoir pu avancer sans stress sur des projets perso ?

Là encore seule la répétition de ce défi sans sucre me permettra de le vérifier.

Je n’évite pas toutefois le coup de barre de fin de journée et j’ai toujours envie de plonger mes dents dans la chair d’une pomme bien fraîche et ferme ! XD

 

Et après ?

Il est encore un peu tôt pour bien s’organiser mais je m’imagine sans trop de problème recommencer le mois prochain. Peut-être même en y ajoutant une semaine supplémentaire puisqu’il paraît que celle-ci est plus facile que la première.

Qui sait ? Peut-être arriverais-je bien un jour à franchir la barre des 21, voire des 30 jours sans sucre nécessaires à une reprogrammation au long terme ! 🙂

Que pensez-vous donc de ce challenge nutritif ? Vous êtes-vous déjà abstenu de sucre (volontairement ou non) pendant une certaine période ? Combien de temps ? Comment l’avez-vous vécu ?