Tu as du mal à devenir végé ? Voici 4 choses que je DOIS te dire.

Résumé : persévère à faire tes recherches sur le sujet et le déclic se fera naturellement.

L’association L214 a posé aujourd’hui quelques stands d’informations au centre-ville sur le véganisme.

Un monsieur à coté de moi discute avec une militante :

« J’essaie de ralentir la viande. Je fais des efforts. Mais c’est dur. C’est bon la bonne viande… »

A supposer que ce monsieur est honnête dans sa démarche et désire vraiment avancer sur la voie du végétarisme/végétalisme/véganisme, voici ce que j’aurais dû lui dire :

#1 – Tu es sur la bonne voie

Dans un monde ou la plupart des gens n’ont rien à péter de la souffrance qu’ils infligent et de l’avenir de la planète, il est crucial de féliciter et d’encourager avec bienveillance ceux qui ont le mérite de se remettre en question.

Bien sûr que je te souhaite de devenir vegan du jour au lendemain, mais si ce n’est pas possible et que tu y vas « à ton rythme », je ne peux que te dire « bravo ».

Après tout, moi aussi je ne suis pas devenu immédiatement vegan quand j’ai eu mon premier déclic. Je suis passé par 3 mois de végétarisme… et plus de 32 ans de carnisme !

Je suis bien mal placé pour me la jouer inquisiteur.

#2 – Changer ne dépend que de toi

Si tu attends que moi, tes amis ou le monde te pousse à changer tes habitudes, je suis désolé, mais ça n’arrivera jamais, ou ça ne durera pas longtemps.

La seule motivation qui tienne est intrinsèque, c’est celle qui se développe de l’intérieur.

Voici comment la développer :

#3 – Ne ferme pas les yeux !

C’est le point-clé : si tu n’as pas encore changé, c’est parce que tu ne t’es pas encore assez renseigné.

Si tu n'es pas encore #vegan c'est juste que tu ne t'es pas encore assez renseigné. Click To Tweet

Malgré tout ce que tu me diras, c’est la stricte vérité.

Tu as beau avoir vu plusieurs vidéos d’abattoirs, plusieurs documentaires (en espérant que tu aies au moins vu Terriens et Cowspiracy, c’est la base), lu plusieurs articles… mais si tu n’as pas eu le déclic, c’est parce qu’il te manque peut-être UNE donnée, UNE phrase, UNE image… pas forcément la plus gore d’ailleurs.

Je t’encourage donc à continuer à t’informer, à faire toi-même tes recherches, régulièrement, à lire et te poser des questions.

Je sais, ça prends du temps, et de l’énergie.

Voilà pourquoi je ne te conseille pas forcément de te forcer à changer tes habitudes, mais à déplacer cette discipline que tu t’infliges, en vain semble-t’il, dans du temps alloué à de la recherche active.

Un peu moins de Facebook, de séries, de sortie ou de jeu vidéo, pour un peu plus de temps pour t’informer.

Tu ne le regretteras pas.

Je ne l’ai pas regretté.

#4 – Fais la connexion

Inspiré par la méthode Allen Carr (du moins ce que j’en sais), je t’invite ensuite à être en pleine conscience quand tu manges des produits d’origine animale.

Savoure lentement, délibérément ce que tu mets dans ta bouche et réalise, pendant ton repas, rappelle-toi tout ce que tu as appris… que :

  • Ce steak est un morceau de chair morte, de tendons, de veines et d’os, extraits par la torture, qui appartenaient à un individu qui désirait vivre.
  • Ce fromage, si addictif, n’est dans cette assiette que parce qu’un bébé veau a été tué pour que l’on puisse prendre son lait. Lait maternel que ton corps n’est pas fait pour assimiler et dont on a cramé le pus et les hormones à coup de pasteurisation.
  • Ces oeufs proviennent de poules génétiquement sélectionnées à travers les années pour être usées jusqu’au bout de leurs vies, survivant tant bien que mal dans des conditions atroces.

Si vraiment tu fais cette démarche de continuer à t’éduquer sur les conditions et l’impact de ta consommation de produits animaux et que tu es attentif à ce que ton corps te dit lorsque tu en manges, je te promets, tu auras un déclic.

Peut-être pas dans un jour, ni une semaine, ni peut-être un mois…

Mais il viendra.

Et je te promets aussi, lorsque tu te seras libéré de la consommation morbide d’êtres innocents, ta vie ne sera plus jamais la même.

Le monde non plus.

Libéré de la consommation morbide d'êtres innocents, ta vie ne sera plus jamais la même. #govegan… Click To Tweet

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

2 Comments

  1. Bonjour Damien,
    J’ai lu ton post avec un grand intérêt, moi-même j’essai de tendre vers du végétarisme. J’ai arrêté la viande rouge, mais je continue de manger du poulet, des œufs et du poisson.
    Je pense continuer mes recherches comme tu le conseil, mais je tiens à dire que je sais que les animaux destinés à la consommation ne sont que très rarement bien traités. C’est pourquoi j’essai autant que possible de manger des produits dont je connais la provenance (par exemple les œufs viennent de la ferme de la famille ou les poules sont en parfaite liberté)
    Je penses aussi qu’il faudrait préciser que l’information c’est aussi se renseigner sur comment remplacer les produits animaux, comment conserver une alimentation équilibrée, par quoi remplacer la viande, le lait, le fromage (j’ai commencé mon changement en lisant le blog d’Antigone XXI sur sa cuisine végé)
    Je crois savoir que tu viens de Nouvelle-Calédonie, j’y vie actuellement et malheureusement, comme tu dois le savoir c’est une île ou la chasse et la pêche font partie intégrante de la vie broussarde ou des kanaks, pas évident de trouver des produits de substitution et encore moins à des prix raisonnables.

    Je te remercie pour ton article, bonne continuation 🙂
    Anais

    1. Salut Anaïs, merci pour ton commentaire.
      Trouver des substituts, repenser sa cuisine, ça fait bien sûr des recherches que fera la personne vraiment motivée, la preuve en est, tu connais déjà l’excellent blog Antigone XXI.
      Je pense que tu connais aussi http://www.vegan-pratique.fr ?
      Oui j’ai vécu toute ma vie en NC, je suis parti en 2016, une semaine après la création de l’association Végé NC ! Tu en es membre aussi ?
      Voici leur page FB : https://www.facebook.com/groups/1516096605311777/
      Encore bravo pour ta démarche, je ne peux que t’encourager ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *