Améliorez facilement et durablement votre vie en jouant une Quête d’Excellence

Combien d’objectifs et de bonnes résolutions avez-vous laissé tomber dans votre vie ?

Si vous êtes comme moi, vous seriez incapable de tous les énumérer…

Apprendre à créer des changements bénéfiques permanents est un art délicat. Mais un art qui peut s’apprendre, et dont les arcanes peuvent se partager…


Lors du bilan final de ma période d’essai de jeûne intermittent, je déclarais vouloir passer à une étape supérieure pour arriver à mes fins. Ma solution amusante et stimulante consiste à me lancer un mini-défi, sous forme de jeu, durant une période limitée…


Comment une période limitée d’action peut-elle apporter un changement durable ?

L’être humain moderne est une feignasse de base. Notre génération gâtée est allergique aux mots « auto-discipline », « excellence » et « rigueur ».


Afin d’obtenir des résultats normalement réservés à un mode de vie maîtrisé et bien réglé il nous faut feinter le système et hacker notre propre mental.


> Seule la voie de la facilité...

Une période courte ne fait pas peur. Se « priver » ou « se forcer » durant un petit moment est moins impressionnant que de se lancer dans une résolution totale et définitive.


Savoir que l’on peut (et que l’on va !) retomber dans nos petits travers donne cette savoureuse sensation de tricher tout en réalisant ses projets.

> …peut se suivre de manière durable

Avec un état d’esprit espiègle, on retrouve le goût de l’aventure et du jeu.


Une période limitée n’engage en rien et permet de s’essayer en CDD à des modes de vie nouveaux avec amusement que l’on décidera de conserver ou non.


Une période courte avec des critères stimulants, c’est ce que j’appelle, dans un jargon directement inspiré des jeux de rôles et des jeux vidéos : une Quête d’Excellence (ou Q.E. pour faire court).

Comment remplir une Quête d’Excellence

1 – Précisez l’objectif attendu à long terme

Cette étape, souvent négligée, est cependant cruciale.


Si vous ne savez pas pourquoi vous appliquez tel ou tel changement, vous perdrez vite votre motivation de départ. Listez tous les bénéfices attendus, remettez-les en question, posez tout à plat et en griboullis dans votre Grimoire personnel.


Cet acte en apparence anodin vous apportera une clarté nouvelle. Il programmera aussi votre esprit pour le succès de manière discrète… mais efficace !


*Pièges fréquents :
  • Ne pas avoir de vision à long terme, ne pas questionner ses motivations profondes.
  • Choisir un objectif pour faire plaisir à autrui et non à soi-même.
  • Choisir un objectif trop difficile et qui se révéléra frustrant (Non messieurs : vous n’avez pas BESOIN d’abdos en tablettes de chocolat pour plaire. Non mesdames : les modèles anorexiques et photoshoppés des magazines ne sont PAS sexy.)

2 – Etablissez vos propres critères d’Excellence

Quels sont les ennemis à vaincre durant votre Quête ?


Vous devriez pouvoir, à la fin de la période de jeu, déterminer si OUI ou NON vous avez réussi votre contrat. D’où l’importance de poser les règles du jeu avec une clarté limpide.


Considérez différents niveaux de difficulté (comme le propose mon ami Djé sur son article traitant du régime paléolithique). Choisissez celui qui vous semble réalisable, mais stimulante, et tenez-vous y.


*Pièges fréquents :

  • Se lancer au feeling sans avoir rédigé les modalités de la Quête
  • Ne pas s’y prendre à l’avance, ne pas y réfléchir suffisamment.
  • Choisir une difficulté trop élevée, se surestimer.

3 – Définissez la longueur de la Quête

Ce jeu ne doit pas envahir votre vie « normale ». Il doit s’insinuer telle une aventure ponctuelle. Vous devriez pouvoir en voir la fin, avec soulagement même si besoin.


Si les résultats désirés ont été correctement détaillés à l’étape 1, vous aurez de toute façon naturellement envie de faire de nouvelles Q.E. dans les jours, semaines ou mois suivants. Mais l’important est de se concentrer sur une seule Quête à la fois, aux modalités bien définies.


*Pièges fréquents :

  • Vouloir créer un changement direct et permanent, ce qui mène trop souvent à un abandon prématuré.
  • Choisir des périodes trop longues et une fréquence pas assez régulière (mieux vaut choisir des périodes courtes mais plus fréquentes comme l’est le jeûne intermittent de type Fast-5 et sa périodicité minimaliste de 19h par jour.)
  • Penser pouvoir mener plusieurs Quêtes simultanément…

Exemple avec ma Quête d’Excellence alimentaire

1 – Objectif : Pour affiner ma silhouette et gagner en vitalité

Preuves photos à l’appui, je veux perdre mes poignées d’amour et me gorger de fierté en voyant mon corps évoluer vers plus de force et de beauté.

Je veux me réveiller chaque matin avec la patate nécessaire pour faire un minimum d’exercice et attaquer la journée avec l’enthousiasme d’un conquérant.

Ces bases me donneront la vitalité nécessaire à la réalisation de tous mes objectifs suivants. Des objectifs personnels, établis pour ma satisfaction propre.

2 – Critères : Je ne consomme aucun sucre raffiné, ni artificiel, ni naturel.

Mon inspiration ? Elle vient du défi 30 jours sans sucre dont a parlé Régis du blog Moment Présent.

Durant ma Quête, je refuse donc tout édulcorant, l’idée étant de se désaccoutumer de la récompense psychologique liée au goût sucré.

Je refuse également la consommation de tout fruit ou miel, le fructose étant le pire sucre naturel possible.

Cette déclaration peut en étonner plus d’un mais elle est exacte. Mon ami Djé le Nutrinaute en parlera prochainement sur son blog, Dur à Avaler, que je vous recommande chaudement de suivre assidument.

3 – Temporalité : La première semaine du mois prochain (du lundi au dimanche inclu)

Une période d’une semaine me semble réaliste mais assez stimulante pour être un défi à relever. L’idée qui m’habite serait de suivre cette Q.E chaque première semaine du mois.

Mais ce n’est qu’à la fin de cette simple et unique semaine que je saurais mieux évaluer si période et difficulté étaient surestimées… ou sous-estimées ! Et je pourrais alors, pour la prochaine Quête, définir avec plus de précision les modalités de ma prochaine réussite.A L’AVENTURE !

A votre tour ! Quels seront vos ennemis déclarés durant votre Quête d’Excellence ?

  • Le tabac ? Pour éprouver votre volonté ou redécouvrir le goût réel des aliments ?
  • L’abus d’Internet ? Pour vous obliger à sortir et rencontrer ceux que vous aimez ?
  • La négativité ? Afin de vérifier ce que peut apporter un mode de vie optimiste ?
  • L’encombrement ? Pour découvrir ce que peut être un quotidien simplifié et épuré ?

L’aventure de votre vie vous attends ! Quelle sera votre mission ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

6 Comments

  1. Je ne me retrouve pas vraiment dans cet article malgré une pratique quotidienne : aucun critère de réussite, abandon progressive de l’idée d’un but à atteindre, découverte des obstacles le moment venu car je n’ai aucun moyen de savoir à quoi m’attendre, aucune longueur minimum ou maximum fixée… la pratique faite seulement dans l’amour du moment vécu m’amène souvent à pratiquer avec plus d’intensité que ce que j’ai « contractualisé » avec moi-même au départ.

    Je suis juste perplexe vis-à-vis d’une pratique personnelle qui se base sur des notions de contrat et de rentabilité, tout cela manque un peu d’amour à mes yeux (pas cet amour-là, l’autre ^^)

    L’idée d’un résultat à atteindre contractualisé dès le départ n’est-il pas en contradiction avec la connaissance apportée par l’expérience, qui doit permettre de s’actualiser au fur et à mesure ? (je serai personnellement plus radical en disant que c’est l’expérience qui doit structurer le but à atteindre et pas l’inverse, tout n’étant qu’actualisation et le but ne se dévoile qu’à la fin)

    En tous cas j’espère que ton article saura tenter d’autres lecteurs à mettre le pied à l’étrier, et à créer leurs propres règles du jeu.

    1. Salut Jean, merci pour ce commentaire.
      Si tu as trouvé une façon de faire qui te convient bien sans recherche d’objectivité, pourquoi pas.
      Personnellement je sais que, comme la plupart des êtres humains, j’ai une facilité à me mentir à moi-même déconcertante.
      Ce qui me pousse à trouver des moyens d’objectiviser mes pratiques et leurs résultats pour savoir si oui ou non j’avance ou je fais du surplace.
      Je reste convaincu que cette recherche est des plus efficaces et la recommande à mes lecteurs car selon moi elle n’empêche pas non plus le vécu plein et entier dans le présent.

  2. Pas mal du tout l’idée, mais je pense qu’il faudrait confier l’arbitrage à une autre personne, car personnellement je trouve que seul ça reste compliqué à mettre en place.

    1. Salut Benjamin. Si tu trouves des alliés c’est en effet le top du top. J’ai eu la chance d’avoir une poignée d’amis il y a quelques années avec qui nous jouions de la sorte, nous lançant des défis positifs pour évoluer. Ca a été une des périodes charnières de mon existence.
      Si tu as cette chance alors oui, parles-en a tes amis et amusez-vous bien ! 🙂

  3. Pour moi, c’est un procédé qui me parle et qui me paraîtrait presque évident. Mais à la lecture des commentaires je me rends compte qu’il existe certainement autant de méthodes que de personnalités, l’essentiel étant de trouver celle qui nous convient.
    Cela dit, j’aime bien cette idée de CDD, comme si on se délivrait un permis de se tromper, une marge d’erreur, une chance à saisir. ça fait du bien de ne pas parler/penser en terme d’échec mais d’expérimentation, d’expérience où on se confronte à de nouvelles sensations, émotions, manière de vivre, etc…
    Quant à ton idée d’écrire noir sur blanc son projet et ses attentes, je vais la reprendre car cela m’aidera à être plus claire et plus précise envers moi-même. Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *