N’écoute pas ton cerveau et fais-le ! [MOTIVATION]

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Nous n’avons pas toujours envie de travailler sur nous-même.

Nous n’en avons surtout jamais le temps.

La différence avec ceux qui y arrivent ?

La réponse en 6 minutes :

Pour ceux qui comprennent l’anglais (toute première des 5 stratégies dont j’ai récemment parlé !), je vous recommande chaleureusement de suivre la chaîne Youtube d’Elliott Hulse, une de mes plus grandes sources d’inspiration du moment.

Pour les autres, vous savez ce qu’il vous reste à faire… Duolingo et Unlock Your Brain (entre autre).

Allez, je suis pas vache… je vous ai fait une traduction maison de ce que baragouine Mister Hulse en anglois à la fin de sa vidéo :

Les gens qui réussissent font ce qu’ils ont à faire, qu’ils en aient envie ou pas.

Ils éteignent leur cerveau et ils le font… Il n’y a pas à y réfléchir.

Vous savez juste que c’est quelque chose qui doit être fait.

De la même façon que tu respires, tu t’entraînes.

C’est juste une partie de ton être. C’est ce que tu es, c’est ce que tu fais.

Peu importe à quel point tu peux être fatigué, nous avons TOUS des vies bien occupées. Nous avons tous un tas de choses à faire…

Tu es étudiant, tu as des exams à passer, des devoirs à faire.

Tu es papa, tu as des enfants dont tu dois t’occuper.

Tu travailles, tu as un chef à qui tu dois répondre.

Toutes nos vies sont remplies, nous avons plein de choses à faire.

Peu importe à quel point tu es fatigué, peu importe à quel point ton corps peut être abattu, peu importe à quel point tu peut être épuisé mentalement, physiquement ou spirituellement.

Tu n’y penses pas. Tu y vas simplement.

99% du jeu est gagné quand tu y vas.

Juste y aller.

Tu en fais une habitude.

A la minute ou tu t’arrêtes et réfléchis, à la minute ou tu essaies de trouver une excuse, à la minute ou tu trouves une raison valide pour ne pas aller t’entraîner aujourd’hui, de pourquoi tu ne peux pas y arriver… tu as perdu le jeu…
Parfois tu es trop fatigué… mais ça ne compte pas. Il n’y a pas le temps pour être fatigué.
Tu dormiras quand tu seras mort… le sommeil est le cousin de la mort…

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

10. septembre 2014 par Damien Casoni
Catégories: Non classé |