Libérez-vous du regard d’autrui avec cette prise de conscience absurde

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail
Résumé : personne n’en a rien à foutre de vous en fait.


Un mode de vie exceptionnel requiert un comportement exceptionnel. Cela veut dire remettre en question ce qui sera pour votre famille ou vos amis, des évidences acquises.Pas mal de personnes savent ce que pourrait être leur prochaine étape dans leur propre Raccourci Minimaliste. Beaucoup pourtant se trouvent bloqués par crainte de ce que pourraient penser autrui.

Pour se libérer du regard des autres, il suffit simplement d’en comprendre la mécanique…

(Source photo)

> « Que vont penser les gens de moi ? »

Si VOUS vous demandez ce que les autres vont penser de VOUS… c’est que vous vous inquiétez de VOUS-MEME en premier lieu non ?

Le désir d’appartenance et la crainte du rejet étant de puissantes pulsions animales, il n’y a aucune raison de supposer que vous soyez différents du reste de l’humanité sur ce point. Tout le monde, à tout moment, à en tâche de fond cette inquiétude mentale : vais-je être accepté ou serais-je condamné à l’exil social ?

Chacun ne pense au final qu’à son bonheur, qu’à lui-même. D’autant plus lorsqu’il se demande si les autres récrimineront son comportement ou non.

> Le but réel des commérages

Vous pourrez me rétorquez que ce point de vue ne tient pas face à la pratique, parfois courante, des potins et autres commérages. Parler d’autrui semble être une activité amusante, surtout si il y a possibilité de casser du sucre sur le dos d’un malotru ou d’une biatch.

Mais quel est l’objectif réel de ces conversations mondaines ?

Simplement renouer des alliances sociales implicites en se trouvant un bouc émissaire commun, lequel n’a véritablement que peu de valeur pour les personnes engagées dans la conversation. Il s’agit de confirmer, au final, que les conversationnistes partagent la même opinion sur un même objet.

Equipe de football, ex-petit copain ou système d’exploitation, le but du jeu est le même : affirmer son appartenance tribale et le fait d’être sur la même longueur d’onde (ou pas) que la personne avec qui nous conversons.

Si vous savez être cible de commérages souvenez-vous de ceci : vous n’existez pas plus à leurs yeux qu’en tant que simple sujet d’entente. Preuve en est que les personnes les plus enclines à entretenir des potins sont généralement les plus hypocrites et ne risquent pas d’être de grand danger pour vous et vos projets. 🙂

> Un vaste jeu de miroirs

Vous n’avez jamais vraiment pensé à autrui, si ce n’est par rapport à ce que cette personne a pu penser de vous.

Relisez bien cette phrase une seconde fois. Son importance n’est pas forcément évidente à appréhender du premier coup (sans offense mes chers lecteurs, je parle pour moi… ^^ ).

Une fois ce fait accepté, retournez-le à toutes les personnes auxquelles vous pouvez pensez dès maintenant…

Personne n’a jamais vraiment pensé à vous, si ce n’est par rapport à ce que vous auriez pu penser de lui/d’elle.

Personne ne vous connait vraiment. Chacun se base sur ce que vous laissez transparaître de votre opinion sur eux, consciemment ou non. Comprenez-vous pleinement l’absurdité de cet état de fait ?

La prochaine fois que le regard d’un autre vous paralysera souvenez-vous que tout ceci est une vaste supercherie. Eclatez de rire, et faites ce que vous avez à faire. 😀

Chacun ne cherche que son intérêt propre. Personne ne vous doit rien et vous ne devez rien à personne. Ne vous sentez-vous pas plus léger ? Qu’allez-vous ENFIN réaliser en dépit de l’opinion d’autrui ? 🙂

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

02. août 2012 par Damien Casoni
Catégories: Non classé | Tags: , , , , , , , , , |