Gentlemen, nous parlerons de masturbation [Lettre Privée n°6]

 

Comme en chaque début de mois les abonnés à mes Lettres Privées recevront bientôt un e-mail avec le contenu suivant :

Zoom sur…

The Flinch : un e-book gratuit que j’ai dévoré et que je recommande.

Retour sur les articles publiés le mois dernier

Au cas ou vous auriez besoin de faire du rattrapage. 😉

Parlons de masturbation

Habitude agréable et communément répandue que les célibataires connaissent bien… mais dont on parle finalement peu. Et si le plaisir retiré n’en valait pas la peine ?


Aperçu d’un éclairage nouveau sur la question principalement adressé à mon lectorat masculin.


Cette Lettre Privée ne partira qu’une seule et unique fois ce mercredi 1er août 2012.


Cette Lettre Privée est déjà partie !

Cliquez ICI si vous voulez tout de même la lire !

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

6 Comments

  1. A noter que l’abstinence sexuelle (c’est ce que l’arrêt de la masturbation sexuelle signifie pour certains) peut être un jeu dangereux, après les premiers effets bénéfiques, l’énergie accumulée doit être transmutée ou délivrée à terme pour éviter les effets secondaires hasardeux : stress difficile à gérer, tremblements / spasmes incontrôlés, etc. Bien entendu, les effets diffèrent selon les personnes.

    A mi-chemin de l’abstinence, il y a la rétention séminale qui est intéressante à tester : dissocier l’orgasme de l’éjaculation en contractant le périnée. Au début il est préférable de presser le périnée avec 1 ou 2 doigts avant d’acquérir la maîtrise nécessaire. Dans ce cas-là aussi, des exercices de transmutation de l’énergie accumulée ou une bonne décharge régulière sont à recommander pour éviter les effets collatéraux.

    Sinon je cite un ami qui partage la bonne vieille (que je n’ai pas pas testé personnellement) technique du vajroli (le geste de la foudre), technique shivaïte permettant le contrôle de l’éjaculation et la permanence des sensations orgastiques pendant un bout de temps :
    – se procurer un cathéter, ou une sonde nasale en plastique (dans le tantrisme cachemirien, ils utilisent un tube en étain) d’à peu près 40cm
    – un tube de gel gynécologique
    Lubrifier l’extrémité de la sonde et la faire pénétrer dans l’orifice de l’urètre, 1 à 2 cm par jour, cela permet en quelques temps d’arriver a la vessie. On s’en rend compte lorsque quelques gouttes d’urine circulent dans la sonde (d’où l’importance de pratiquer le matin, avant de pisser). Le réflexe éjaculatoire ayant son origine dans une zone sensible entre l’urètre et la vessie, la désensibilisation consécutive à vajroli permet un contrôle total du reflexe éjaculatoire. Il permet de bloquer la vague orgasmique avant qu’elle éclate ; reste à la « surfer », glisser sur les ondes jubilatoires et électriques du plaisir sans tomber dans l’émission de sperme qui signifie la fin de la glissade… le corps vibre (des orgasmes de plusieurs minutes, il a pas trop l’habitude), la tête s’ouvre…

    Avis aux apprentis sorciers 🙂

  2. Un chalenge plutôt drôle et intéressant mais qui risque d’être difficile à mettre en place, même pour une durée raisonnable. Je vais y réfléchir et peut être jouer le jeu…

  3. Bon je n’ai pas la volonté de continuer mon pari à la con, mais j’ai bien senti quelques effets manifestes après seulement 8 jours sans masturbation :
    – Plus d’énergie de manière générale et un rythme de sommeil régulé (couché plus tôt, lever plus tard naturellement).
    – Une libido accrue et des rapports sexuels plus intense, mais plus… court ^^.
    – Légèrement plus d’irritabilité, mais aussi de hargne. En gros, on va dire plus passionner en tout.

    C’était donc une expérience intéressante et rapide à faire, mais je suis trop épicurien pour me priver d’un plaisir aussi simple. Reste que pour le contraste probant, c’est peut-être à retenter de temps en temps (genre une semaine dans le moi).

    1. Cool merci pour ton rapport ! 8 jours c’est cool je trouve. J’arrive pas à dépasser 7-10 jours à chaque fois en ce moment… :/
      J’ai remarqué les mêmes effets aussi comme je le détaillais dans la Lettre Privée.
      Et en effet, une semaine par mois ça peut être une Quête d’Excellence très intéressante pour développer la volonté sur le long terme. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *