Et toi, comment tu fais ta pute ? (le conseil qui boostera votre carrière)

Résumé : réussir professionnellement, c’est à la fois savoir offrir un service de qualité à autrui, et savoir en retirer la juste récompense… pour pouvoir continuer !

Les français ont un grave problème avec l’argent.

D’un coté ils peinent à boucler leurs fins de mois et à payer leurs factures (car ils ne sont pas minimalistes), et de l’autre, ils méprisent ouvertement l’argent, le considérant plus sale que le sexe libre (bande de coincés !).

Pas étonnant de n’arriver à rien lorsque règne la confusion mentale et le manque d’équilibre.

La voie du marchand

Après avoir présenté mon activité de représentant en compléments alimentaires, j’ai commencé à recevoir des retours très rigolos mettant péjorativement l’accent sur mon « marchandisage ». Comme si j’avais vendu mon âme au Diable du profit.

Parce que, pour le français bien pensant, il n’existe que deux voies professionnelles politiquement correctes :

  1. Crever de faim dans la rue
  2. S’enchaîner à un emploi, si possible dans la fonction publique, parce que les « méchantes » entreprises cherchent le profit alors que le « gentil » gouvernement ne cherche qu’à…  combler sa putain de dette…

La troisième, la plus saine à mes yeux, est la plus dénigrée, la plus honnie de toutes :

Offrir un service à son prochain, du mieux possible, et en exiger le juste retour, pour pouvoir continuer son oeuvre.

Mais pour le français bien éduqué à tendance socialo-catholique, exprimer clairement son activité et sa demande de rémunération juste est une hérésie !

Tout devrait être offert, et réalisé par altruisme, sans attente de retour aucun.

Comme si le pêcheur qui se lève au milieu de la nuit devrait vous offrir gratuitement son poisson. Et tant pis si si il ne peut plus continuer, on ira voir ailleurs ok ?

Savoir présenter son service ainsi que le retour attendu (qu’il soit matériel ou financier) est un art qui se travaille.

Si vous ne cultivez pas cet art, ne vous étonnez pas de ne pas pouvoir obtenir d’augmentation de salaire !

Nous sommes tous des putes

Voici la vérité qui pourrait changer votre regard sur votre carrière et ce qui se passe dans le monde : nous sommes toujours au service de quelqu’un.

Reprenons mes 3 précédents exemples. Que vous soyez un mendiant agonisant, un fonctionnaire ou un marchand (pêcheur, représentant en compléments alimentaires ou pute), vous retirez profit d’une même activité : soulager quelqu’un d’un stress.

  1. Le mendiant gagne quelques pièces en soulageant un passant de sa culpabilité.
  2. Le fonctionnaire gagne son salaire en satisfaisant ses supérieurs, ou l’entité étatique abstraite.
  3. Le marchand gagne sa vie en comblant ses clients d’un besoin préalablement non assouvi.

Comprendre cette dynamique est fondamentale pour votre avenir professionnel, et financier.

Et toi ? Qui soulages-tu ?

Lorsque j’étais infographiste en entreprise, je pensais que je devais faire de mon mieux pour satisfaire le client ayant commandé un site.

Erreur !

Mon service était de répondre aux attentes de mon chef, pas de notre client. J’étais payé pour rassurer mon employeur, pas pour offrir le meilleur de mes compétences !

Posez-vous les questions suivantes :

  • Qui me donne l’argent dont j’ai besoin pour vivre ?
  • Pourquoi me donne t-il cet argent ?
  • Est-ce un racket car il s’en trouve obligé par la loi ? Où est-ce un retour conséquent pour mon service ?
  • Quel service ? Quelle est la raison cachée de mon travail ? De quel stress aimerais être soulagé mon employeur / mon client ?
  • Comment puis-je répondre à ce besoin caché de manière plus efficace ?
  • Comment puis-je ensuite présenter cette amélioration tout en affirmant mon besoin d’un retour augmenté désormais ?

Lorsque vous savez ce que vous faites, et pourquoi vous le faites, alors gagnerez-vous votre pain avec clarté et fierté.

Oui je suis un marchand. Oui je suis une pute.

Je m’assure du mieux possible que mes clients (potentiels ou effectifs) :

Je suis un égoïste fier de son travail, souhaitant VOUS offrir le meilleur de moi-même, et, désirant continuer et m’améliorer toujours, affirme sans culpabilité aucune mon besoin d’être rémunéré à juste mesure.

Et toi ? Comment tu fais ta pute ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail