Depuis que je n’ai plus de voiture…

J’ai vendu ma voiture en octobre 2011.

Un acte radical pour couper court à un endettement et des frais divers qui auraient encore duré au moins deux ans de plus.

 

Je n’ai plus de voiture, et en deux mois j’ai appris :

  • qu’une petite marche le matin est un moyen idéal de faire le plein de soleil et ciel bleu (nous sommes en été) avant de commencer son travail.
  • qu’une petite marche le soir pour rentrer chez soi est excellent pour décompresser de sa journée et se libérer l’esprit.
  • que la plupart des gens, d’accord, pas tous, mais la plupart, vous sourient et vous disent aussi bonjour en retour lorsque vous les croisez
  • que mes amis seront toujours là pour soutenir mes projets et faire la fête avec moi aux quatre coins du pays en m’emmenant dans leurs véhicules
  • qu’il est possible, avec infiniment de patience et de discipline de sortir de l’endettement, d’en voir au moins le bout du chemin
  • à porter un sac de randonnée chaque jour dans lequel je garde mes rechanges (pour éviter de sentir le fennec au taf).
  • à me renforcer devant le regard des gens, qu’ils soient à pied, en deux roues ou en voiture, me dévisageant devant ma dégaine de touriste à sac à dos
  • que ma ville recèle de petites merveilles, des petites scènes de mystère ou de beauté que l’on ne découvre qu’en marchant, et que l’on ne revoit jamais plus
  • et pour en découvrir d’autres encore, à être vigilant, patient et éveillé (dans la mesure d’une bonne nuit de sommeil !).

 

Vivre sans voiture n’est pas donné à tout le monde ni aux habitants de toutes régions.

 

J’ai la chance d’habiter à quinze minutes de mon lieu de travail et au coeur de Nouméa, capitale de la Nouvelle-Calédonie.

 

Conserver une voiture, si importante dans l’estime du calédonien moyen, n’aurait eu strictement aucun sens pour moi.

 

Mon ego se porte bien, mes jambes et mon porte-feuille on ne peut mieux, et la vie n’a jamais été un aussi beau sentier à parcourir.

 

Et vous ? Avez-vous appris à vivre sans quelque chose qui vous semblait essentiel ? Quoi donc ? Et qu’en avez-vous appris ?

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

3 Comments

  1. Oh, un nouveau billet ! Ça commençait à faire longtemps 😉

    De mon côté, je n’ai pas le permis donc la question de la voiture ne s’est jamais posée.

    En revanche, ma grosse découverte, ça a été la télé ! C’est bête, parce que je n’ai pas l’impression particulière d’avoir été lobotomisée mais j’ai « grandi » avec (ce n’était pas non plus ma baby sitter ;)) et lorsque j’ai eu mon premier appart, ça a été l’un de mes premiers achats avec le capané-lit.

    Je ne vais pas « pondre » un long commentaire, j’en ferai plutôt un article sur mon blog 😉

    J’ai fini, en douceur, par me séparer de ma télé… et arrêter de regarder les programmes qui y sont diffusés. Pas tous, puisque je suis une grande amatrice de séries télé. Mais pour les voir, je n’ai pas besoin de télévision, puisque j’ai internet !

    Alors qu’avant je me laissais prendre par des programmes que je n’avais pas l’intention de regarder, aujourd’hui, j’ai le pouvoir de choisir… et ça, ça n’a pas de prix ! 🙂

    1. Oui je me remets petit à petit à écrire, non plus par « obligation » (on se comprends 😉 ) mais quand l’envie me prends… chose plus facile… depuis que je n’ai plus internet chez moi ! J’en parlerais aussi bientôt.

      Pour la télé eh bien je ne peux qu’être d’accord avec toi, le pouvoir de choisir dans notre Ere de Distraction est difficile à cultiver mais en vaut vraiment la peine.

      Et il vaut tout aussi bien pour la télévision que pour Internet, devenu depuis quelques années un média tout aussi distractif que l’est la télévision, si mal maîtrisé. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *