Connaissez-vous le minimalisme alimentaire ? (mon nouveau défi pour 2012)

Les premiers hommes vivaient ainsi car ils ne connaissaient ni l’élevage ni l’agriculture.

Plus tard, les dévots le pratiquaient pour se purifier et se rapprocher de leurs dieux.

Aujourd’hui, un nombre croissant d’occidentaux le redécouvrent et en tirent des bienfaits aussi variés qu’une perte de poids durable et une longévité scientifiquement prouvée…

• Le minimalisme alimentaire : le jeûne intermittent

Définition :

• Jeûne : période d’abstention alimentaire volontaire = ni manger ni boire quoique ce soit de calorique.

• Intermittent : de manière épisodique, sur des durées relativement courtes.

Sauter un repas est donc une forme simple de jeûne intermittent, bien que les jeûnes les plus efficaces requièrent une durée de 16 à 24 heures.

Le jeûne que je pratique est appelé Fast-5, et vous pouvez télécharger un livre numérique GRATUIT et complet par l’auteur de cette méthode ici même : www.fast-5.com

Je vous le résume cependant en deux phrases :

  1. Il s’agit de manger à volonté… uniquement dans une fenêtre régulière de 5 heures toutes les 24 heures.
  2. En dehors de ces 5 heures ou tout est permis, aucune calorie ne doit être ingérée. Sont donc uniquement autorisés l’eau (et en quantité !), le thé et le café (sans sucre évidemment).

• Mais pourquoi tu fais ça ?!

Car comme beaucoup de monde je suis un obsédé de la bouffe.

Car comme un nombre croissant d’occidentaux je suis en surpoids, depuis plus d’une dizaine d’années, et je refuse de continuer ainsi !

J’ai donc cherché, et trouvé par le Fast-5, un moyen à long terme de changer mes habitudes alimentaires pour arriver à réussir mon défi qui est le suivant :

En juin 2012, je serais passé de 104 cm à 94 cm de tour de taille, en optimisant mon alimentation (par le jeûne intermittent et un choix de nourriture de qualité) et en augmentant mes exercices physiques.

• Est-ce vraiment bon pour la santé ?

Les bénéfices du jeûne intermittent semblent impressionnants et sont corroborés par de nombreux pratiquants :

  • une perte de gras assez rapide (500 g par semaine en moyenne)
  • une stabilisation de l’insuline, bénéfique pour les diabétiques et qui empêche la reprise de poids typique des régimes yo-yo
  • une réduction de la pression sanguine
  • une sensation de faim diminuée sur le long terme
  • une attirance accrue pour la nourriture saine
  • une énergie croissante au quotidien
  • une sensation de clarté mentale inégalée
  • une longévité assurée grâce au principe de Restriction Calorique

Que de belles promesses !

Sont-elles vraies ?

Comme toujours, il n’y a qu’une seule façon de le vérifier : essayer par soi-même !

Voici pourquoi après avoir relaté mon chemin vers la simplicité matérielle, ce blog servira maintenant également à suivre mon Raccourci Minimaliste vers la minceur, la santé et la vitalité !

Je suis persuadé que vous avez de nombreuses questions et arguments sur le sujet du jeûne intermittent. Je compte bien en parler donc dans les semaines qui suivent mais en attendant je ne saurais  que trop vous conseiller de faire vos propres recherches sur le sujet, en français, ou en anglais sous le terme « Intermittent Fasting ».

Je suis également persuadé qu’il se trouve parmi vous des pratiquants du jeûne volontaire, sous quelque forme que ce soit.

Ce serait en ce cas un plaisir que d’avoir ci-bas votre petit témoignage sur votre expérience.

Quelle méthode avez-vous ou pratiquez-vous encore aujourd’hui ?

Comment l’avez-vous découverte ?

Qu’est-ce que cela vous apporte ?

Au plaisir de vous lire !

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

62 Comments

  1. étrange, ce que je sais de l’alimentation c’est que nous sommes fait pour manger quand nous avons faim, autrement dit pas que pdt 5 h ! Mais tu me raconteras
    🙂

  2. Le jeune est souvent pratiqué par les ascètes dans tous les coins du monde, sans oublier qu’ils ont souvent une vie monastique physiquement végétative ce qui leur permet de se sous alimenter. Augmenter considérablement ta masse musculaire en adoptant une nourriture non grasse, non industrielle et équilibrée (ou hyper protéinée) permet à ton corps de consommer l’énergie de la nourriture pour le fonctionnement des muscles et du coup ne pas stocker les graisses. Nous sommes faits à la base pour l’exercice physique (course à pieds, porter, couper, tronçonner, etc …) car nous nos sommes construits par rapport à la nature pendant des milliers d’années. Un siècle d’industrialisation n’est pas suffisant au corps pour se permettre de ne plus avoir d’activité physique, et le jeun n’est pas la seule réponse à adopter face au surpoids. Nous avons d’abord été des cueilleurs, donc des proies, puis des charognards, et en prenant des forces tirées de ces protéines nous sommes devenus des chasseurs … tu peux cependant alterner jeun et sport pour consommer tes graisses plus rapidement, mais tu risques de te sentir mal plus d’une fois ! Have fun ! Et n’oublies pas que la nourriture est un plaisir humain, pas une contrainte.

  3. Ce sujet m’interesse beaucoup ! Etant moi même une adepte du minimalisme, je suis également génée par mon obsession de la nourriture. J’ai déjà essayé plein de « modes  » alimentaires sans vraiment trouver mon bonheur. Mon idéal serait de manger très peu, un peu de manière ascétique. Dans les faits, dès que mon corps sent que je vais le  » priver « , je vis des fringales intenses.
    J’ai déja testé le jeune volontaire, en ne mangeant plus après midi, mais seulement quelques jours. Comme je travaille à la maison et que j’ai sous les yeux des placards bien remplis, je trouve cela difficile.
    De par notre histoire de chasseur cueillir, je suis convaincue que nous sommes programmés pour manger beaucoup à certains moments (quand la chasse ou la cueiilette étaient bonnes) et pas du tout à d’autres moments.
    Reste qu’à dupliquer cela dans un monde de surconsommation alimentaire me semble difficile.
    J’ai hâte de voir ce que ton expérience va donner.

  4. Coucou Damien,
    J’apporte mon témoignage d’expériences récentes sur la cure du foie qui demande une sorte de jeune de 24 heures.
    Qu’ai-je ressenti? D’abord une sorte d’angoisse de ‘manquer » (je ne dis pas de « manque » mais bien de « manquer » c’est-à-dire, vraiment une crainte virtuelle basée dans le futur. En fait tout se passe bien même le produit pas très bon à boire toutes les deux heures. Résultat : j’en suis à ma 3ème cure. J’ai évacué des calculs, j’ai moins mal au « foie » ou à la vésicule, c’est sûr mais surtout je me sens plus propre de l’intérieur.
    Je compte en faire encore bien 6 ou 7 , tous les 15 jours.
    Il est vrai aussi que j’ai ressenti une sensation de pouvoir.
    J’ai été anorexique ado, et aussi pendant une période difficile vers mes 32 ans. J’ai un peu retrouvé cette sensation de contrôle total sur mon corps, et ça c’est grisant!!
    J’approuve Bernie : le sport est essentiel.
    Bon courage dans ta nouvelle expérience.
    Biz
    Jo

    1. @Poupi : Tu viens de me donner une nouvelle idée d’article dans lequel je parlerais de l’instinct ! merci ! 🙂

      @Bernie : J’adhère à TOUT ce que tu viens d’écrire, excepté la mention selon laquelle conjuguer exercice et jeûne ferait se sentir mal. Tu peux constater ce que donne un adepte de la musculation qui travaille à jeun ici :
      Bon, j’avoue, je fais pas de muscu et ne cherche pas non plus à atteindre de tels résultats, mais j’augmente petit à petit l’effort de mes exercices matinaux, nous verrons bien. 🙂

      @Adeline : Certes il faut préparer et son mental et son environnement pour un tel mode de vie. J’ai la chance de vivre seul et donc de ne pas m’entourer d’aliments trop tentateurs.
      Et tu tapes dans le mille en mentionnant les chasseurs-cueilleurs. Nous ne nous sommes mis à consommer des repas réguliers (ainsi que des céréales et des produits laitiers) depuis seulement 10 000 ans environ… nos corps ne sont pas adaptés ! Je compte en parler bientôt, en réponse à Poupi d’ailleurs. 🙂
      En cherchant à « paleo lifestyle » tu verras que de plus en plus de monde, dans notre civilisation moderne, cherche à appliquer le mode de vie de nos ancêtres communs. Une démarche intéressante et logique, mais qui exige une stricte discipline à laquelle tout le monde n’est pas prêt à se soumettre (pas moi pour l’instant en tout cas).

      @Josye : Félicitations pour cette cure et merci d’en partager le témoignage. Cette sensation de pouvoir oui c’est vraiment quelque chose !
      A-t’elle atténué la sensation de crainte de manquer au bout d’un moment ?
      Comment t’es-tu sentie évoluer durant ce chemin ?

      1. C’est un peu compliqué… j’ai tellement de « casseroles » à traîner sur le plan alimentaire que le chemin est lonnnnng…J’ai toujours cette crainte quelque part, peut être quand j’aurais fait xxx cures, elle s’effacera un peu.. Comme le jeûne est très court dans cette cure du foie, c’est un peu un « entraînement » comme quelqu’un qui apprend à marcher, un pas, puis deux..
        Par contre, quand je me prépare à ce mini jeûne, je ressens beaucoup de joie, je me dis que j’ai RDV avec moi-même, et je me chouchoute..Ca c’est génial! Va falloir que j’étende cet état d’esprit à ces autres jours pendant lesquels je m’oublie totalement en tant qu’individu, et que j’avale n’importe quoi pour me faire avancer..

  5. Le paléo, c’est un sujet que je connais bien, j’ai beaucoup lu la dessus car c’est ce qui fait le plus de sens pour moi.
    Je compte aussi faire une cure du foie, mais au printemps ; ce sera ma première.
    pour ma part, je me sens  » englutinée  » au sens propre comme au sens figurée ; je tolère mal le blé mais j’ai beaucoup de mal à m’en passer, un peu comme une drogue.
    Pour moi, le minimalisme alimentaire idéal serait de manger juste à ma faim, une sélection d’aliments frais et naturels (viande/poisson/légumes/noix) et pratiquer l’IF.

    1. Coucou Adeline

      Oh que je te comprends bien !!!.. moi aussi j’ai une petite intolérance au gluten, mais j’en suis accro.. Je pense que cela vient d’un côté un peu d’auto destruction quelque part?? Bon courage à toi aussi.

      1. @ Josye : je pense qu’il y a 2 facteurs en jeu avec le blé. D’une part, une vraie addiction chimique, et d’autre part, une addiction  » comportementale et sociale » ; le blé est dans tellement d’aliments ayant trait à l’enfance, au réconfort, à la récompense … c’est dur de s’en passer !

    2. Paleo + IF : WIN !

      Partout les témoignages et études abondent sur la qualité de ce combo gagnant, qui cependant exige une grande discipline.

      Tiens-nous au courant si tu t’y mets ! 😉

      1. Compte sur moi !
        Du coup, dans ta fênètre de 5 heures, comment manges-tu ?
        Pour ma part, d’une point de vue  » évolutionniste », il me semble qu’une fênètre aléatoire et changeante serait plus proche de la réalité de nos ancêtres, mais sûrement plus diificile à mettre en place pour nous !

        1. Là encore je pense que tu as raison Adeline. Le jeûne irrégulier serait plus « correct » que le jeûne intermittent. Mais il implique en effet une vigilance plus difficile à mettre à place, il est tellement facile de se convaincre soi-même que l’on reste bien dans la course, quand ce n’est pas forcément le cas.

          Comment je mange ? Je me fais plaisir ! Je suis loin d’appliquer une alimentation paléolithique, même si j’en reconnais tout le bien-fondé. Je mange beaucoup de légumes, de viandes, de fruits, mais aussi de fromages et je me suis récemment acheté du chocolat noir, j’en avais très envie.

          Je tente de me désaccoutumer des produits céréaliers petit à petit, ne mangeant par exemple plus de pain, ni de pâtes ni de riz… sauf en week-end.

          Mais ma priorité reste de m’adapter au Fast-5, si je fais un écart alimentaire je ne culpabilise pas à outrance et je tâche de rester attentif à mon niveau d’énergie. Hier par exemple, ayant trop mal dormi j’ai craqué. 12e jour de Fast-5, 1er jour de craquage, j’ai mangé à midi, j’étais une vraie loque.

          Aujourd’hui tout va bien mieux, ayant bien dormi j’ai l’impression de pouvoir soulever des montagnes, je n’abandonne pas ! 🙂

          1. Tu as bien raison de privilégier le plaisir, parce que sans plaisir, au bout d’un moment, je ne vois pas comment on peut tenir une certaine  » discipline « .
            J’essaie une  » stratégie  » depuis quelques jours car j’ai vraiment du mal à me passer longtemps de pain .. j’en mange 2 tranches le matin avec mon petit dej (oeufs et bacon en général), et j’essaie de ne plus en manger de la journée.
            L’objectif final étant de ne plus en manger, mais sans frustration !

            1. Bravo pour ton projet de se sevrer de pain, tu nous tiendras au courant j’espère de tes avancées.

              Tu ne veux pas lancer un blog sur tes projets ? 😉

              Ca peut être très inspirant pour autrui, et pour soi ça oblige à ne pas faillir ! 😀

            2. Pour le moment, je ne suis pas motivée pour blogguer mais j’ai bloggué pendant longtemps (je ne sais pas si tu te souviens, tu avais commenté sur un de mes posts sur mon défi des 100 objets ?)

              De plus, quand je bloggue, je recherche une certaine forme d’approbation/acceptation des autres et j’essaie justement de m’en détacher !

            3. Oh si ça me revient en effet !

              Intéressant ce que tu notes sur la quête d’approbation. Le fait justement de se présenter publiquement ne te permettrais-pas d’y travailler sans le fuir ?

              Juste une idée en passant hein, je trouve juste dommage qu’une audience ne profite pas de tes idées et des tes défis, c’est tout. 🙂

            4. Merci pour tes encouragements. Ma nature/mon expérience fait que j’ai plutôt une forte tendance à me replier sur moi même plutôt qu’à m’exposer.

  6. Ah quand je suis rentrée de nouvelle calédonie j’ai eu un problème au foie. (trop d’alcool, d’américains, de burgers et de porc au sucre surement ^^) J’ai été placée en diète par mon médecin pendant un mois: pas d’alcool, pas de fromage, pas de charcuterie, pas de laitage, pas d’oeuf, pas de viande rouge et j’avais le droit à une cuillère d’huile d’olive par jour. J’ai tenu 3 semaines avant d’aller voir mon médecin pour lui dire que j’attaquais les vendanges et que dans ces conditions hors de question de ne pas manger un bon sandwich beurre saucisson avec un verre de vin blanc. J’ai donc ensuite repris un rythme normal (enfin normal, tout est relatif) mais je me sentais mieux, et depuis tout les ans en septembre je pratique cette diète pour bien attaquer la rentrée!

    1. 3 semaines sur cette diète, ça a du exiger une sacrée discipline non ?

      Ce qui est intéressant c’est l’effet qu’ont ces disciplines alimentaires sur notre esprit également, t’es-tu sentie plus claire, plus légère et déterminée ?

      J’espère que ton foie va mieux et ta santé aussi de manière générale. 🙂

  7. Donc en gros tu vas manger comme ça pendant 6 mois ? Je suis curieuse de suivre ton expérience 🙂

    Pour ma part je n’ai jamais tenté le jeune donc je suis curieuse… je ne suis pas allée chercher sur le site web maisla fenêtre est toujours aux mêmes horaires ?

    Bon courage !

    1. Mon challenge est un résultat : mincir pour atteindre 94 cm de tour de taille (la taille qu’il me faut pour re-rentrer dans un pantalon que j’aimais bien et que j’ai conservé à travers mon challenge minimaliste).

      Les moyens incluent le Fast-5, mais aussi plus d’exercices et une alimentation plus saine dans la fenêtre horaire ou je peux manger.

      Cependant je ne compte pas dédier ce blog uniquement à la nutrition, je vais tâcher d’élargir petit à petit les thèmes abordés, tout en restant dans l’idée du minimalisme.

      Pour répondre à ta question il est préférable que la fenêtre d’alimentation soit régulière, ça semble être plus facile psychologiquement.

      Cependant chacun la place ou il le désire dans la journée. Je me tiens au « traditionnel » 17h-22h car ça me permet de manger avec les amis, de boire un verre à l’occas’, etc.

      Pour l’instant ça me convient bien. 🙂

  8. Oui, exactement, c’est pour ça que je le fais en septembre, pour bien attaquer la rentrée et me remettre de mes vacances. C’est aussi une période où j’aime faire le tri dans mon appartement pour me débarrasser de ce qui m’encombre.C’est une période très favorable aux changement. Surtout que j’ai tout les ans des vacances riches en émotions!

    Ah et pour mon foie c’était passager, dû à trop d’excès mais le foie se régénère vite!

    Des bisous, j’ai hâte de voir ce que tu vas tirer de ton expérience!

  9. ça y est, tu m’as contaminée mdr … je commence l’expérience aujourd’hui, mais avec un créneau aléatoire .. oui, je suis joueuse mdr !
    Avec quelques petites règles persos :

    – la première prise alimentaire détermine le créneau de 5 heures
    – alimentation majoritairement paléo/low carb/sans gluten
    – exceptions admises :

    1. lait de coco dans le thé ou café du matin
    2. occasion sociale hors créneau
    3. réelle faim physique

    1. Waw ! Bravo !

      Si je puis me permettre :
      – techniquement c’est bien calorique le lait de coco… mets-en le moins possible.
      – évidemment, j’ai par exemple prévu de manger samedi (demain) midi, pour un mariage. Se faire plaisir sur le long terme comme on a dit. 🙂
      – là aussi, à deux reprises j’ai du manger avant 17h depuis que j’ai commencé Fast-5, mais c’était parce que j’avais mal dormi la veille et que je me sentais fébrile. Tu apprendras très vite à discerner la « faim » psychologique de la faim « totale ».

      Tu as déjà une alimentation paleo-like à mon avis ça va être du gâteau (si je puis me permettre… :p ).

      Que puis-je dire d’autre ? Bon courage et dis nous comment ça se passe.

      1. Merci !
        Je pense que cela va être très enrichissant !
        Je te tiendrais au courant au fur et à mesure.
        Oui, pour le lait de coco, j’en mets très peu et c’est une dérogation personnelle au  » plan » .

  10. N’oublions pas que la nourriture est un carburant, source d’énergie pour le corps qui transforme lipides, protides et glucides en énergie pure au travers des muscles. Mettre du jour au lendemain du diesel dans une voiture essence ruinera le moteur ! Un régime se fait sur le long terme, nos corps sont programmés pour gérer les disettes, et si disette il y a, le corps compensera au moindre écart en stockant des graisses dans la ceinture abdominale. Il faut donc au départ conserver une nourriture saine et variée (protéines et légumes) mais en éliminant l’inutile (grignotage, produits industriels, sucres et autres boissons non naturelles, etc …). Ne pas sauter le petit déj (céréales, fruits, café qui brûle les graisses), faire un repas équilibré le midi (viande ou poisson + légumes sans féculents), et le soir, soupe aux légumes, salades, mais un repas léger. On peut se faire un goûter (fruit ou fromage) léger si on a consommé toute l’NRJ du midi, et choisir de faire du sport après le boulot pour s’attaquer aux graisses stockées à cause de l’inaction des muscles. Perso j’alterne sport quotidien et bouffe saine (basée sur le schéma cité ci-dessus) et je suis passé de 80 kg et un gros bide à 65 kg et des abdos dessinés pour 1m75, sans jamais avoir faim à en tomber et sans non plus me faire trop de mal physiquement. Au fil du temps, une quantité de nourriture peu excessive par repas diminue la taille de l’estomac qui se resserre, et la sensation de fin permanente disparaît avec l’obsession qui y est liée.

    1. Félicitations pour tes 15 kg (!) perdus ! Et pour les abdos ! 😉

      Au lieu de répondre de moi-même aux conseils que tu partages je préfère partager une page dont les affirmations, preuves à l’appui, ont totalement transformé mes opinions sur l’alimentation : http://www.leangains.com/2010/10/top-ten-fasting-myths-debunked.html

      Je partage cet article pour enrichir le « débat » et partager les informations, pas pour chercher à te faire changer d’avis.

      Tu as trouvé une méthode qui fonctionne bien pour toi, alors surtout continue comme ça ! 🙂

    2. Bonjour Bernie !
      Effectivement, ces conseils semblent plein de bon sens ; pourtant, il semble que beaucoup de monde ait du mal à les appliquer.
      Pour ma part, je trouve que ce modèle « idéal » d’alimentation que tu décris ne peut s’appliquer que dans certaines conditions (économiques notamment).
      Dans un monde sans technologie (mon Eden), cela serait presque impossible, c’est pour cela que je préfère, d’un point de vue théorique et si possible pratique, me placer sous l’angle du chasseur cueilleur.
      Mes objectifs dans cette expérience ne concernent absolument pas le poids.
      Voici mes objectifs :

      – reconnaitre la vraie faim et la satieté
      – limiter le grignotage
      – manger plus consciemment ce que j’aime selon mes besoins
      – pratiquer une forme d’ascétisme et de contrôle
      – simplifier mon organisation des repas
      – libérer mon esprit

  11. J’ai trouvé bien plus simple pour ne pas manger trop et garder mon poids idéal.
    M’éduquer pendant quelques mois (le temps que mon organisme prenne l’habitude) et ensuite l’écouter en fonction de ses besoins.

    Au final, étant habitué à ne rien manger le matin, je ne ressent pas vraiment la fringale matinale (enfin venez pas me taquinez avec un steak à 11h55…)
    A midi c’est free style. Sans me faire exploser la panse pour autant étant donné que je fait attention à ne pas manger trop (sinon mon estomac râle).
    Et le soir en général c’est léger, soupe+yaourt, plus ça va, moins j’ai faim le soir.

    Avec ce simple régime, j’ai non seulement perdu plus de 5kg, mais mon poids c’est naturellement stabilisé.

    1. Salut Gunday.
      Quand tu dis que tu t’es éduqué pendant quelques mois tu veux dire quoi par là ? Tu t’es renseigné sur le sujet de la nutrition ou tu as éduqué ton corps ?
      Perso c’est ce à quoi m’aide le jeûne intermittent, j’éduque mon corps à faire la différence entre une gourmandise et une faim réelle.
      Merci pour ton retour en tout cas et bravo pour les 5 kg de perdus ! 🙂

      1. Je voulais dire éduquer mon corps.
        Car on est tous habitué depuis petit à bien manger (normal pour un enfant), réduire les doses à l’age adulte n’est pas évident.

        Je l’ai fait surtout durant mes années d’étude, étant juste niveau budget, j’avais tendance à manger quasi exclusivement le midi (et une baguette le soir).
        Donc au bout de plusieurs années le rythme est resté.

        Par contre clairement, les conneries, genre le lait c’est bon pour les os, le matin il faut bien manger sinon coup de barre à 11h, que la veille d’un jour de sport, il fallait manger des pates, je considère cela comme un culte.
        Beaucoup de gens y croyent, mais personne n’a réussi à prouver la réalité de ces annonces publicitaires!
        (et je préfère ne pas aborder le sujet des compléments alimentaires…)

        1. Tu relèves quelque chose d’important : la croyance.

          J’ai toujours « cru » que le lait était bon pour moi aussi, jusqu’à ce que je fasse l’essai de m’en passer pendant 2 semaines. Aujourd’hui je ne peux plus en boire tellement je sens comment ça m’affaibli !

          Il faut de la volonté pour expérimenter et étudier les résultats, ce n’est apparemment pas à la portée de tout le monde, bravo à toi d’être passé par là.

  12. J’ai une question à propos du Fast-5. J’ai bien lu tous les éléments et tout ce que peut apporter le régime, et ca donne réellement envie de l’essayer pour expérimenter les modifications de ce régime.

    Mais si l’on souhaite conserver son poids actuel ? C’est à dire, j’ai un IMC normal, des activités physiques régulières. Est-ce qu’il y a contradiction entre la volonté de conserver son poids actuel, voire de prendre du poids et de faire le Fast-5 ?

    1. Salut Jérémy,

      Quelqu’un qui souhaite pratiquer le jeûne intermittent, tout en conservant son poids, et avec des activités physiques régulières, cela me fait penser à ce que pratique et encourage Martin Berkhan (http://www.leangains.com/) qui utilise une forme particulière de jeûne intermittent pour accroître la masse musculaire.

      Si tu souhaites une réponse sans trop chercher, peut-être pourrais-tu poser ta question sur le forum officiel du Fast-5 : http://www.fast-5.com/fr/Forum

      Avec tout ce que j’ai lu, je ne pense pas que tu puisses perdre du poids si ton IMC est correct, du moment que tu te nourris bien durant ta fenêtre. Mais je ne suis ni médecin, ni spécialiste, je préfère donc te renvoyer aux deux pistes ci-dessus, en espérant que tu y trouveras ta réponse. 🙂

  13. Bonjour Damien,
    Je découvre avec plaisir ton blog qui m’a bien fait sourire! De plus tu es de Nouvelle-Calédonie et c’est un pays très cher à mon coeur. J’ai vraiment été intéressée par tes articles, notamment celui-ci.
    J’ai moi-même pratiqué le jeûne pendant plusieurs années, en général une semaine. Cela a été plus ou moins difficile selon les années.
    Mais pour autant je suis toujours en surpoids, après mon dernier jeûne j’ai tout repris en quelques jours, comme si mon corps se dépêchait de retrouver ses formes habituelles et de combler le manque.
    J’ai donc cessé cette pratique pour des mono-diètes style la cure de raisin, mais sans influence durable sur mon poids.
    Il faut dire que j’adore manger, j’ai opté pour une nourriture de qualité, mais j’ai tendance à grignoter et à faire un tour du côté de la cuisine très souvent.
    Ta méthode me semble originale et ton discours hors des sentiers battus de la diététique, que je connais évidemment par coeur, me séduisent.
    J’ai lu aussi que le samedi on pouvait tout se permettre! C’est avec le jeûne intermittent ou une autre méthode? Je ne retrouve plus l’article.
    Quand au Fast-5 c’est en anglais et ça me rebute d’entrée.
    J’ai bien envie d’essayer, d’abord parce que je me sens mal et ensuite étant dans une démarche d’évolution personnelle je trouve indispensable d’avoir la maîtrise de mes pulsions et de retrouver la liberté vis-à-vis de la nourriture.
    C’est une grande aventure et je crois que ton blog peut m’y aider.

    1. Bonjour Françoise et merci pour ton commentaire très encourageant. 🙂

      Le samedi, je me permettais tout à l’époque ou je mangeais encore 3 fois par jour mais ou je comptais améliorer mon alimentation de manière générale.

      Aujourd’hui, j’essaie de bien manger la semaine (pas de sucre, pas de céréales, etc) et me lâcher le week-end. Cependant je suis un peu plus souple qu’avant, la priorité étant donné au respect du Fast-5.

      Je t’encourage vraiment à essayer le Fast-5, mais surtout… SURTOUT d’être patiente.

      Ne t’attends pas à perdre 10 kg en 2 semaines ni même en un mois. Habitue ton corps à ce nouveau mode d’alimentation, pense-y comme un nouveau mode de vie, garde le sourire, et voit ton corps, petit à petit, se transformer. 🙂

      Bon courage à toi, n’hésite pas à partager ton expérience.

      Et si tu as le moindre obstacle ou interrogation n’hésite pas à en faire part ici.

      Si je peux aider qui que ce soit à gagner plus de liberté alors j’aurais atteint l’objectif de Raccourci Minimaliste. 😀

  14. Merci Damien pour ta réponse et tes conseils: je viens de télécharger l’e-book de présentation du Fast-5 et ça m’emballe! C’est fait pour moi, l’heure où j’ai le plus faim dans la journée, c’est vers 17 heures, ça tombe bien.
    Je crois que je vais me lancer ce défi malgré quelques perturbations sociales prévisibles, mais ça fait partie du travail.
    Je te tiens au courant, et probablement j’en parlerai dans mon blog.
    Merci encore, je te souhaite une journée radieuse et donne le bonjour au merveilleux lagon calédonien pour moi.

    1. Allez à contre-courant de la masse sociale, si ce n’est pas par pure provocation et si ce n’est pas dangereux, ça peut être un des moyens les plus radicaux de développer sa volonté et lutter contre ses craintes. 🙂

      Bonne continuation à toi Françoise ! 🙂

  15. Désolé mais ce que tu décris est bizarre !! En vrai c’est bien plus simple que ça, suffit d’éviter de se gaver de glucides (sucres et féculents) et lipides (fromage et charcuterie) et tu vas maigris naturellement => Bref bouffer des légumes, du fromage blanc 0%, des viandes/poissons maigres, c’est l’idéal pour se régaler toute la journée et se construire un corps puissant et svelte (avec qques heures de sport / sem hein ! ). Testé sur moi, 100% satisfait c:

    1. Hello Rani, en effet la discipline alimentaire reste le top du top. Ma méthode me convient très bien en tout cas, tout en ne m’empêchant pas d’améliorer aussi mon alimentation au niveau qualitatif sur le long terme. 🙂
      A bientôt !

  16. Salut les gros(ses). J’ai décidé d’essayer le jeûne intermittent, il y a 3 mois et demi. 50 ans, 1,80 m et 105,5 kg au départ difficilement maintenu par des restrictions douloureuses autant que peu efficace et une opération de la hanche en vue. Un petit déjeuner le matin, un repas normal (presque parceque j’adore cuisiner) à midi et c’est tout. Oublié (presque) le single malt, le vin, les grignotages d’apéro, etc …mais une petite patisserie avec le café de temps en temps, j’ai bien essayé d’ajouter à cela la chasse cul nu et la cueillette à main nu, mais ma hanche ne me l’a pas permis. En plus se balader habillé de peau de bête, mal tannée, ça gratte. Résultat des courses, la prothèse de hanche installée il y a trois mois se porte bien, je suis à 87 kg stable et toujours 1,80 m. Pas de difficulté à suivre ce rythme alimentaire, pas de fatigue. J’apprécie d’autant plus ce que je mange, mais la satiété est atteinte plus rapidement. Je prépare à manger pour mes deux ados et ma tendre moitié tous les soirs sans avoir particulièrement envie d’en profiter moi-même. Je pense rester sur ce régime de croisière, avec l’inconnue des fêtes de fin d’année et ses tentations de foie gras mariné mi-cuit, de st jacques à l’embeurrée de curry, Cornas, Meursault, Lagavulin …

    1. Salut Tman !

      Si je comprends bien tu as perdu 18 kg en 3 mois et demi rien qu’en supprimant ton repas du soir et les grignotages ?!!! :O
      C’est carrément impressionnant !!
      Bravo d’avoir su en faire un mode de vie, c’est bien l’unique façon de se transformer durablement à l’inverse des régimes et leurs effets yo-yos dévastateurs.

      Tiens nous au courant de l’avancée de ton expérience !

      A bientôt. 🙂

  17. Bonjour Damien, je suis curieuse envie de savoir si tu continues le fast 5, ayant furieusement envie de m’y remettre moi aussi 🙂

    1. Mon travail sur le sommeil me détraque pas mal et il m’arrive parfois d’avoir faim le matin ou n’importe quand dans la journée. D’autres jours tout va bien et je jeûne comme d’habitude. Donc pour te répondre, l’habitude est plutôt chaotique en ce moment, mais je pense que ça se recalera quand j’aurais atteind mon objectif de me lever tôt tous les jours.
      Autrement tu peux essayer de ne jeûner qu’un jour (24h ou 36h) par semaine. Tu profites des mêmes bienfaits et ça pourriat peut-être davantage te convenir si tu choisis un jour ou tu n’es pas trop entouré de nourriture et de gens.

  18. Merci pour ta réponse Damien ! En quoi consiste ton travail sur le sommeil ? est-ce de te lever tôt tous les matins sans réveil ?
    En parlant sommeil, j’ai observé sur moi quand quand je jeûne le soir, je dors BEAUCOUP mieux la nuit, mon sommeil est bien plus réparateur.
    Du coup, je pense reprendre le créneau 11h-16h qui est celui qui me convient le mieux en terme d’organisation …
    De ton côté tu utilises toujours le créneau du soir ?

    1. Je m’entraîne tout « bêtement » à me lever de plus en plus tôt, sans réveil se serait pas possible pour l’instant. Mon objectif est d’arriver à me lever tous les jours à 05h30 (j’ai même un Tumblr pour faire mes rapports matinaux ^^).
      Une fois cette habitude ancrée je travaillerais ma discipline pour refaire mon yoga matinal et de l’exercice plus soutenu aussi.
      C’est précisément parceque je n’arrive plus à tenir ma discipline d’exercice physique en rentrant du travail (trop démotivé) que je m’exerce à développer ceci le matin.
      Ca me donne également beaucoup plus de temps pour méditer et travailler vite fait sur quelques tâches avant d’entamer le travail (celui qui donne des sous pour l’instant).
      Je suis content que tu ais trouvé le créneau qui te corresponde. C’est par tâtonnement, expériences et erreurs que l’on trouve ce qui nous convient le mieux.
      Pour ma part je pense conserver l’habitude de prendre mon « petit-dej' » à 17h. Quand je dors bien et suis bien reposé je n’ai pas faim avant 14-15h facile, voire plus.
      Après je verrais. Si mon nouveau rythme de sommeil modifie sur le long terme mes sensations de faim j’expérimenterais autrement. On verra. 🙂

      1. merci beaucoup pour ta réponse Damien.
        de mon côté, je me lève tous les jours à 6 heures, une bonne heure plus tôt que ce qui serait nécessaire.
        cela me permet de méditer 30 mn, ensuite de checker mes mails, et ensuite de préparer toute ma journée 🙂
        comme toi, le soir, je n’ai vraiment plus envie, donc j’aime bien que tout soit déjà prêt
        j’ai ressauté à pîed joint dans le fast 5 hier, en  » sautant » le repas du soir, et je suis contente car j’ai tout de suite retrouvé les sensations que j’aime : plus de gourmandise quand je mange, satiété quand je jeûne et meilleure concentration .

  19. Salut les Jeûnes,
    Je pense aussi qu’il y a un effet bénéfique du jeûne sur le sommeil. Si je dors moins depuis que j’ai commencé, j’ai moins besoin de dormir (moins envie de grasse mat les dimanches et plutôt envie d’aller crapahuter dans la campagne avec mon chien) j’ai aussi moins de réveils intempestifs vers les 4-5 du mat et le sommeil semble plus réparateur. Très nette augmentation de la concentration, même au boulot ou réciproquement une diminution de l’envie de roupiller pendant les réunions (j’allais écrire « réunion chiante », mais ce serait une « répétition pléonasmique »). En parlant de réciproque, il est probable que la façon dont on organise/structure son sommeil ait un impact sur la physiologie de la nutrition (faim, satiété, digestion) et la physiologie tout court. Personnellement, je trouve qu’une mini sieste (15-30 mn) à mi journée est très bénéfique et permet d’atteindre le soir en bonne forme.
    Sinon, je craignais un peu les fêtes de nouvel an ; mais il n’a pas été trop difficile de garder le rythme avec quelques adaptations. Je suis stable à 85 kg depuis deux mois, toujours sur une base de 7-12 qui ne me demande aucun effort et j’apprécie tellement mieux ce que je mange. Je crois qu’une part importante du succès de ce régime alimentaire (que je n’entend pas comme « faire un régime », même si le résultat est là) repose sur le bien-être et les plaisirs que l’on trouve ou retrouve, le plaisir renouvelé de la nourriture, parfois pour des choses très simples, mais que l’on goute vraiment, un sommeil plus agréable, une énergie physique…Je ne suis pas sur (en fait, je suis certain du contraire ) que j’arriverais à ce résultat « en bouffant que des légumes, du fromage 0% … ». Mais comme en philosophie, il en faut pour tous les goûts, de l’ascétisme mystique par la mortification et les privations jusqu’à l’hédonisme et une ascèse plus empreinte de discernement, qui privilégie de profiter sainement des plaisirs de la vie. Ce n’est pas un choix pour moi ; plus de 80% des saveurs, arômes et autres facteurs de succulence sont liposolubles : le gras c’est le goût et le goût c’est la vie. Donc comme dirait Karadoc, le gras c’est la vie. Alors s’il suffit de réapprendre à mon corps à privilégier la qualité et la variété plutôt que la quantité et la fréquence, pour profiter des plaisirs de la vie, mon choix est tout fait. Plaisir et sagesse dans un corps sain. Et pour ceux qui ont quand même peur du gras, l’alcool est un solvant efficace, … avec modération.
    Mon expérience a convaincu ma moitié, de changer de régime alimentaire depuis quelques semaines et elle ressent les mêmes changements positifs : 3-4 kg en moins, développement du goût, satiété et légèreté intestinale, sommeil, énergie, … sans gros efforts. A suivre donc.

    1. Salut Tman et merci pour ton témoignage bien détaillé sur ton expérience avec le jeûne intermittent.
      Si je puis me permettre : il ne faut pas avoir peur du gras en alimentation !

      Ce sont les sucres (lents et rapides) qui créent du gras, mais le gras (animal si possible) en soi, bien qu’étant plus calorique que le sucre, ne provoque aucun pic d’insuline et est même extrêmement bon pour le cerveau et notre niveau d’énergie en général.

      Cela va à l’encontre du matraquage médiatique que nous subissons depuis les années 70 (avec l’émergence des produits « low-fat ») mais la science parle d’elle-même.

      Il existe même une alimentation que j’ai essayé avec succès, l’alimentation cétonique (keto), qui consiste à réduire au maximum ses sucres pour les remplacer par un maximum de gras (vive le bacon, le gras, la viande !). Et ça fait perdre du poids et ça donne une patate d’enfer !

      J’en reparlerais peut-être plus précisément à l’avenir. Mon ami Djé du blog http://www.dur-a-avaler.com écrira peut-être un article sur le sujet également.

      A bientôt ! 🙂

  20. il faut savoir qu’en Islam, il existe cette forme de jeûne, il y a un mois par année où il faut jeûner 1h avant le levé du soleil jusqu’au couché du soleil (on n’ a pas le droit ni de manger ni de boire), en été cela fait plus de 15h de jeûne.

    en plus, l’islam encourage beaucoup les musulmans à jeûner plusieurs jours chaque mois (toujours un peu avant le levé du soleil jusqu’à son couché).

    1. Bonjour Adel,

      Depuis la nuit des temps, religions et spiritualités ont en effet inclu le jeûne comme « prière du corps » pour se rapprocher de Dieu, des esprits, etc.

      Ma pratique du jeûne n’a aucune visée spirituelle personnellement, mais je remarque, en effet secondaire, que mes méditations sont plus paisibles et profondes et que mon mental est plus clair et maîtrisable lorsque je jeûne régulièrement.

      Nul doute qu’un croyant pourrait aborder le jeûne intermittent sous un angle spirituel, rassuré par les preuves scientifiques du bienfait de cette pratique. 🙂

      A bientôt !

  21. Hello Damien, tu pratiques toujours ? As tu atteint ton objectif de tour de taille ?

    Pour ma part ça fait deux ans, et je m’en porte très bien !

    1. Hello JB, oui je pratique toujours, plus en 16/8 qu’en 19/5 cependant aujourd’hui. Combiné avec la muscu à jeûn c’est génial je ferais un update quand j’aurais le temps… en attendant je donne de mes news dans mes Lettres Privées. 🙂

  22. Bonjour,

    Intéressant ^^

    Le jeune est une pratique que je connais bien et pratique étant musulmane.

    Le prophète (paix et bénédiction sur lui) nous conseille de jeuner (de façon durable) les lundi et les jeudis. C’est à dire qu’il n’y a pas que le jeune du mois de Ramadan où les musulmans jeunent.

    Il y a aussi d’autre jour bien spécifique dans l’année. Mais tout au long de l’année, les lundi et jeudi sont recommandés.

    Il y a aussi le jeune thérapeutique bien présente dans la médecine prophétique.

    Un article intéressant à ce sujet (écrit par un médecin musulman) :
    http://muslim.sante.free.fr/wordpress/?p=396

  23. Je n’aurais jamais cru pouvoir jeuner, accro que je suis à la bouffe…
    Cela fait 3 mois que je suis un régime paléo et la transition a été difficile mais pas plus d’1 semaine, c’était un véritable sevrage des glucides, avec des vertiges, nausées, fringales. J’ai ensuite mangé à volonté végétaux, animaux et gras, le temps que mon corps devienne un bruleur de graisses et plus un bruleur de sucre.
    Je dormais très mal pendant cette transition et j’ai trouvé pourquoi : les céréales et particulièrement le blé contiennent des exorphines qui ont les mêmes propriétés que la morphine, voilà pourquoi les repas de céréales nous endorment et aussi pourquoi nous sommes complètement accro au pain.
    En supprimant toute céréale, j’ai du me sevrer de ces exorphines et mon cerveau qui n’était plus « shooté » n’arrivait pas à se reposer, je faisais énormément de rêves.
    Pareil, le sevrage a duré une 10 aine de jours.

    Je voulais dire que pour qu’un jeûne soit facile à suivre, il faut d’abord passer par cette étape de sevrage aux glucides, car à ce moment là, le corps sait puiser dans ses graisses et la glycémie stable fait qu’on ne ressent pas ces fringales obsédantes.
    Aujourd’hui je commence le 16-8 et le fast-5 et je suis étonnée de voir à quel point on prend gout à cette sensation de ventre vide.

    Alors une règle importante : Les repas de la veille d’un JI ne doivent pas contenir de glucides pour ne pas « réveiller » l’insuline, car c’est elle qui va stocker ET commander les futures fringales.
    Pour ceux qui sont quand même inquiets, ne pas hésiter à manger un dernier repas riche en graisses (purée d’amande, huile d’olive, avocats, graisses animales) car, sans sucre, le corps transformera cette graisse en corps cétoniques qui auront un effet coupe faim pendant plusieurs heures. De plus ils sont un excellent carburant pour le cerveau et pour les muscles, à la différence que les muscles demandent un échauffement plus long que quand ils carburaient au sucre.

    1. Absolument d’accord avec toi sur tous les points ! 🙂
      Je me demande d’ailleurs, comment as tu pris connaissance de l’alimentation cétogène ?
      Tu sais de quoi tu parles en nutrition et c’est rare parmi nos concitoyens habitués à répéter des mythes sans les étudier (3 repas par jour, du lait, du pain, le sucre c’est important, etc).
      La nutrition serait-elle dans ton domaine de compétence professionnel ?

  24. J’ai une maitrise de biologie et j’enseigne cette discipline en lycée mais malheureusement, les programmes officiels français m’obligent à respecter le PNNS (plan national nutrition santé) avec les fameux produits laitiers, féculents etc…Je dois dire qu’au fur et à mesure de mon cheminement, j’ai de plus en plus de mal à traiter les chapitres concernant la nutrition (et également le cholestérol, la vaccination, le SIDA, mais ça ce sont d’autres supercheries…)

    Ce qui m’a motivée au départ à compléter mes connaissances, ce sont mes problèmes d’acné adulte. Je me suis ainsi initiée à la naturopathie et découvert l’énorme propagande pour les produits laitiers (lire le bouquin de Thierrry Souccar) et ainsi, petit à petit, je suis passée au sans gluten (régime Seignalet). J’ai amélioré la qualité de ma peau et la santé de mes intestins mais ça n’était pas encore parfait.
    A 37 ans, je me sens mal dans mon corps qui commence à stocker du gras alors que j’étais toujours été très sportive et plutot sèche sans efforts.
    J’a longtemps été végétarienne par philosophie mais je sentais que mes muscles s’affaiblissaient.
    Je suis tombée cet hiver sur un article sur Gary Taubes (je t’ai mis le nom de son bouquin sur un autre post) et ça a été la révélation !
    Le sans lait, sans gluten ne suffisaient pas, le problème venait du sucre, caché ou non…
    J’ai donc fait un mix de son bouquin, du régime Atkins (phase d’attaque) et du régime paléo qui me parle énormément puisqu’en tant que biologiste, je baigne dans la thèse de l’évolution.
    Ces 3 régimes sont basés sur la cétose (à partir du moment où on supprime le sucre).

    Ce qui est paradoxal, c’est qu’étant une scientifique convaincue, je ne peux cautionner tout ce que j’entends dans les médias. Il y a 2 catégories de scientifiques : les indépendants et les « vendus » qui bossent avec et pour les industries agro-alimentaire et pharmaceutique, les 2 plus grosses mafias du monde ! (les docteurs et diététiciens n’échappent pas à la règle)
    Donc je dois dire merci à ma formation qui m’a donné les bases et l’esprit critique pour démêler le vrai du faux et bien sur merci Internet qui nous met à disposition des ressources illimitées pour ne pas nous faire berner.

    Je me permets de te donner quelques liens tirés de 2 sites que j’affectionne particulièrement :

    http://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-poids/minceur-mode-d-emploi/pourquoi-on-grossit-/un-extrait-de-fat-pourquoi-on-grossit-de-gary-taubes.html

    http://fr.sott.net/article/1059-La-face-sombre-du-ble-Nouvelles-perspectives-sur-la-cliaquie-et-l-intolerance-au-ble

    http://fr.sott.net/article/11600-La-cetose-et-les-cetones-comment-une-alimentation-riche-en-graisse-ameliore-le-fonctionnement-du-cerveau

    http://fr.sott.net/article/8684-Le-regime-paleolithique-revisite

    En espérant que ça soit un déclencheur pour de nombreuses autres personnes comme ça l’a été pour moi.

  25. oui, ça m’intéresserait mais je n’ai pas assez de temps pour l’instant.
    J’ai effectivement découvert le blog de ton ami et j’ai commencé à le parcourir, je vais en avoir pour un moment !

    A bientôt

  26. Bonjour,

    J’ai lu avec grand intérêt votre article et tous ses commentaires. Depuis hier je me penche sur le jeûne intermittent, d’instinct persuadée qu’il peut être bénéfique pour la santé.
    J’ai 62 ans, je mesure 1,70m et pèse plus ou moins 60/62 kg. Petite j’étais grosse, boulimique (j’ai trouvé aujourd’hui les causes psychologiques de ce désordre) et aujourd’hui bien que très gourmande et capable, par moment, de me jeter sur des aliments plutôt malsains, j’ai, me semble-t-il trouvé un équilibre. Je n’ai jamais suivi de régime alimentaire (j’ai horreur des contraintes et des didacts) et j’ai toujours cédé aux demandes passagères de mon corps qui, je m’en suis rendu compte, correspondent plus à mon état émotionnel qu’à mon organisme.
    Ceci pour dire qu’à ce jour je suis capable de pratiquer aisément différentes activités physiques, en parfaite santé, sans traitement médical, sans pathologie, sans problème de poids, ce qui déclenche l’étonnement et l’envie chez nombre de mes amis de mon âge.
    En lisant vos expériences, j’ai réalisé que je pratiquais, sans le savoir et depuis bien longtemps, le jêune intermittent ; en effet, je ne petit-déjeûne jamais, je n’ai pas faim à ce moment là, je déjeûne souvent vers 11H ou midi et je dîne vers 18 ou 19H au plus tard, ceci pour répondre à mes sensations de faim et non pour répondre à une quelconque règle édictée par « la bonne nutrition » dont on nous abreuve. J’essaie de manger de tout, sans compter, tout en ayant quand même supprimé au maximum le sucre raffiné et le lait de vache (je mange quand même beaucoup de fromage de chèvre ou de brebis, c’est mon pêché mignon…).

    Tout ceci pour dire que je réalise que ce mode d’alimentation doit être bénéfique pour le corps et pour l’esprit (je me sens très bien psychologiquement aujourd’hui malgré une vie très chaotique, comme beaucoup la vivent).

    Finalement, je n’ai rien à changer à ma façon de me nourrir, si ce n’est encore améliorer la qualité des aliments que j’absorbe.

    J’espère que ce petit témoignage pourra en encourager certains qui cherchent le mieux être, une meilleure santé physique et mentale.

    Bon courage à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *