7 jours sans sucre : le journal

Résumé : le sucre est omniprésent et s’en passer est un vrai défi.

Voici la Quête d’Excellence que j’annonçais le mois dernier.

Elle consiste à s’abstenir :

  • de tout ce qui a un goût sucré (desserts, fruits, édulcorants artificiels ou naturels…)
  • et d’alcool (une forme de sucre)
  • pendant 7 jours

(Source photo)

 

Voici donc mon compte-rendu personnel, jour après jour… et ça commence fort ! ><

Jour 1 : FAIL!!!

Mercredi 1er août

17h, fin du travail et l’heure de manger. Une collègue me propose très gentiment de me servir dans un sac en papier, un assortiment de noix, amandes et pistaches… Je prends une grosse poignée avec satisfaction anticipée…

Et j’avale le tout goulûment, sans avoir remarqué au premier abord que s’y trouvaient aussi des raisins secs ! Très sucrés.

J’aurais du être plus attentif. 🙁

 

Jour 1 : Mieux vaut une stratégie imparfaite qu’aucune stratégie du tout

Jeudi 2 août

En ce moment j’ai une voiture. On me la prête (cool !) pour que je puisse garder une maison assez éloignée du centre-ville (double-cool !!). Je vais donc faire les courses dans un supermarché discount ou je n’avais plus eu l’occasion d’aller depuis longtemps.

En prévision de craquage potentiel je me trouve des substituts. Fromages et charcuteries deviennent alors mes petites confiseries-craquages pour ces 7 jours à venir.

Ok, c’est loin d’être exemplaire niveau nutrition je vous l’accorde. Je ne joue plus à tout ou rien de toute façon et ces douceurs salées me semblent un moyen stratégique de distraire ma soif de sucre. (Qu’est-ce que j’ai envie de croquer dans une putain de bonne pomme fraîche au moment j’écris ces lignes !)

 

Jour 2 : Résister aux influences

Vendredi 3 août

Au travail les collègues grignotent à longueur de journée des petits biscuits Alsaciens en forme d’étoiles qui ont l’air trooooop bons. Mais je tiens mon jeûne habituel et dès 17h je mange mon repas, non-sucré.

Un anniversaire à fêter ce soir. J’apporte une bouteille de vin rouge que j’aurais aimé goûté, mais l’alcool étant également du sucre je n’y ai pas droit. Un punch, apparemment succulent à été préparé par une amie, avec de la vanille et tout… nope.

  • Un rhum arrangé fait son apparition !
  • Damien lance « Non-merci-putain-le-rhum-c’est-un-de-mes-alcools-préférés-argh-pas-grave-j’en-boirais-la-semaine-prochaine ».
  • It’s super effective !

Les pizzas ont pris cher à la place et j’ai bu du thé toute la soirée (oui oui).

 

Jour 3 : Mangez des pommes tomates !

Samedi 4 août

Je rêve que je mange un moelleux au chocolat et du flanc. oO Dans mon rêve je me mens à moi-même en me disant que ce n’est pas SI sucré que ça.

Je me réveille, confus mais rassuré… putain mais c’est que du sucre merde, je suis pas un toxico hein ? :O

Bon. C’est une longue journée qui m’attends (avec encore une fête ce soir…). On entame avec de l’exercice physique (échauffement/pompes/squats) et une douche froide. Puis un tas d’activités font que la journée passe assez vite. 🙂

Jusqu’à la raclette du soir (nous sommes en saison fraîche en Nouvelle-Calédonie) avec un cousin, mon frère et ma soeur. Cette dernière m’apprends qu’elle aussi avait fait un défi sans sucre, pendant deux semaines. Selon elle les premiers jours sont les plus durs et ensuite ça va tout seul. Il est vrai qu’à l’époque elle avait pris du poids (tu m’excuses hein soeurette ! :p ) et ce sevrage, selon elle, lui a permis de retrouver un goût très développé du sucre et donc, de modérer sa consommation après coup.

Je réalise que les tomates fraîches peuvent allègrement remplacer les pommes dont j’ai grave envie…

La tomate, seul fruit que je m’autorise donc de part son goût non-sucré.

Tout le monde finit avec des cornets de glace. Sauf moi. Mais cette fois-ci ça ne me dérange absolument pas. 🙂

 

Jour 4 : La douceur « umami »

Dimanche 5 août

C’est une journée qui commence très tranquillement. Je lis beaucoup. Et j’ai super faim… à 13h !!

Contre-coup de l’épuisement de ma volonté à me priver de sucre ? Résultat de mes malbouffes de ces derniers jours ?

Tant pis je mange ! Une salade, des tomates, du thon… et une tartine de fromage. :p

En fin d’après-midi, après plusieurs voyages, je finis chez ma mère ou je découvre que le lait de chèvre, lui aussi, peut me servir d’agréable substitut au goût sucré.

C’est que le lait de chèvre (et probablement le lait de vache aussi mais je n’en bois pas) est riche de cette saveur appelée umami, ce qui lui confère un goût « rond », doux et « enveloppant ». C’est aussi un des laits d’origine animal qui se digère le mieux par l’homme. Tout bénéf !

J’aime également le lait de soja, mais la plupart des boissons que l’on trouve en Nouvelle-Calédonie à base de lait de soja sont assez chères et ont souvent du sucre rajouté… et même en petite dose, je préfère éviter.

 

Jour 5 : Comme un warrior !

Lundi 6 août 

Hey ! Je me réveille vâchement bien ce matin ! Chose rare.

Plus cool encore aucun coup de barre en rentrant du travail et j’ai pu faire de l’exercice physique avec plaisir. Que c’est agréable de ne pas avoir cette sensation d’être une grosse larve épuisée en fin de journée ! :p

Est-ce du au supposé boost d’énergie d’une diète sans sucre ? A mes exercices physiques plus réguliers ? Ou à l’environnement paisible ou je réside en ce moment ?

Il me faudra vérifier sur le long terme, et sur les prochaines périodes sans sucre, c’est en tout cas intéressant.

 

Jour 6 : Mort de faim…

Mardi 7 août

Je rêve que je dévore un gâteau aux fruits rouges ! :O

Réveil carrément difficile… une journée qui se traîne… et une sensation de faim très forte à des heures improbables (dès 13h). Tout comme dimanche en somme.

Une amie calée en nutrition m’explique que je devrais me nourrir de davantage de bonnes graisses : huile d’olive, noix, beurre, poisson, poulet. Si j’ai encore envie de sucre en fin de repas c’est que je n’ai pas assimilé assez de gras. On ne va pas rentrer dans un débat diététique mais je trouve que c’est cohérent avec ce que j’ai pu découvrir sur l’alimentation paléolithique notamment.

A titre d’expérience je finis mon tout dernier repas du soir par une cuillerée d’huile d’olive, et on verra bien comment je me sens demain (j’adore l’huile d’olive mais prise comme ça ça fait bizarre… :/ )

 

Jour 7 :

Mercredi 8 août

Eh bien aujourd’hui pas de sensation de faim. Ni même après 17h en fait !

La cuiller d’huile-miracle en serait la cause ? Où bien le fait d’avoir pris ma matinée de libre et d’avoir pu avancer sans stress sur des projets perso ?

Là encore seule la répétition de ce défi sans sucre me permettra de le vérifier.

Je n’évite pas toutefois le coup de barre de fin de journée et j’ai toujours envie de plonger mes dents dans la chair d’une pomme bien fraîche et ferme ! XD

 

Et après ?

Il est encore un peu tôt pour bien s’organiser mais je m’imagine sans trop de problème recommencer le mois prochain. Peut-être même en y ajoutant une semaine supplémentaire puisqu’il paraît que celle-ci est plus facile que la première.

Qui sait ? Peut-être arriverais-je bien un jour à franchir la barre des 21, voire des 30 jours sans sucre nécessaires à une reprogrammation au long terme ! 🙂

Que pensez-vous donc de ce challenge nutritif ? Vous êtes-vous déjà abstenu de sucre (volontairement ou non) pendant une certaine période ? Combien de temps ? Comment l’avez-vous vécu ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

34 Comments

  1. Hum challenge très interressant !! Perso, j aime trop les fruits pour faire un sevrage même de quelques jours par contre limiter au maximum les produits avec des suçres ajoutés , ou les aliments ecxessivement riches en sucres et calories, oui.
    L idée de compenser le sucre par  » de bonnes graisses » oui, c est logique et à tenter, en vue de rééquilibrer mon alimentation …

    Merci pour cet article Damien 😉

    +++
    Mymy

    1. Merci Mymy pour ton commentaire enthousiaste. 🙂
      Le sucre provoque l’accoutumance… et la dépendance ! Commencer déjà par enlever, petit à petit, les boissons sucrés et les produits évidemment raffinés c’est un bon début. 😉

  2. Autant sur d’autre point je suis d’accord, autant là, j’ai un gros doute.
    Limiter le sucre pourquoi pas, s’en passer, je trouve cela un peu risqué.

    Surtout si au final c’est pour remplacer par des produits carnés (qui à long terme sont excellent pour le cancer)

    Au passage, pas de sucre?
    Le pain blanc est assimilé au sucre : indice glycémique de 85 contre 100 pour le sucre. A titre de comparaison, les pdt cuite sont à 65 et les soda à 70.
    Le pain complet lui décent à 50.
    L’indice glycémique représente la quantité de sucre assimilable dans les aliments avec une base 100 pour le glucose (ou sucre blanc).
    A savoir que le sucre est dans tout aliment.

    Un dernier point, vous parlez de quel sucre?
    Le sucre blanc, qui a une sale réputation (drogue, caries, chimique, ….)
    Ou les sucres complets? (je dit complet, et non semi complet ou brun)

    D’ailleurs à ce sujet, vous devriez lire du docteur BEGUIN, qui a montré que le sucre complet ne provoquait pas de carie. (ce qui montre déjà une différence entre les sucres).
    Je l’ai probablement déjà dit ici, mais incriminé les sucres en parlant du glucose est particulièrement restrictifs.

    1. Salut Gunday, merci pour ton commentaire.

      Je pensais avoir été assez précis mais non on dirait : ce n’est pas « pas de sucre » au niveau chimique, mais de « goût sucré ».
      L’idée était de me déprogrammer de ce désir de goût sucré en fin de repas. De se sevrer en somme, pour rééquilibrer les plateaux. 😉

      Il y a plusieurs années j’ai passé plusieurs mois sans viande. Mais n’ayant pas remarqué d’effet notable sur mon énergie et ma santé je suis redevenu omnivore. ^^

      PS : tu te mets à bloguer c’est cool ! Avec tous les commentaires pertinents que tu postes partout sur plein de blogs j’ai presque envie de dire « ENFIN ! ». Je suivrais ton travail avec attention. 🙂

  3. Damien le conquérant !
    Bravo pour cette aventure. Si je me suis abstenue de sucre pendant une longue période? Oh oui ! Déjà à l’âge de 15 ans, un docteur m’avait fait suivre le régime ATKINS (le basique) c’est à dire… 0 GLUCIDE. Salade, haricots verts, tomates, TOUT aliment contenant un peu de glucide (même sans goût sucré) m’était interdit. Je n’avais droit qu’aux protéines et un demi pamplemousse par jour. J’ai tenu des mois ainsi.. je suis devenue même trop maigre (je n’avais que 5 kg à perdre) étant descendue à 45 kg pour 1.62m (on voyait mon coeur battre entre mes côtes!). Et à chaque fois que je craquais au bout de quelques mois, c’était l’horreur, déjà je n’arrivais plus à me maîtriser, et de plus je reprenais pleins de kg. Ce fut le début de mes gros problèmes de poids.
    Tout ceci pour dire d’être vigilant.. Ca détraque.. Mais ton expérience est un peu différente. Tu as pu voir comme ça travaille!! Les rêves, cette obsession de trouver du sucre.. mais qu’est-ce qu’il nous ont fait??
    Je suis d’accord avec GUNDAY, il faut veiller à l’index glycémique, car le sucre n’a pas forcément un goût sucré. A voir si ce n’est que le goût dont tu veux t’abolir, ou du vrai sucre. La méthode que (j’essaie) de suivre est basée sur cet index. Elle permet au corps de retrouver un équilibre avec l’insuline, cette hormone qui nous déclenche ces envies terribles de sucres! (Voir  » TheGabriel Method.com)
    Je serais intéressée de savoir comment a été ta reprise? As-tu eu envie de compenser, c’est à dire, de te gaver??.
    Dans tous les cas, tu es bien toujours le Damien Courageux, le vaillant aventurier de ton propre corps! Le chevalier sans peur et sans reproche qui combat le Dragon Sucre! Merci de partager tes expériences avec nous!!
    Biz

    1. Bonjour Josye98, merci pour ce commentaire. 🙂
      Des mois sans aucun glucide ça me parait vraiment extrême !! :O

      Pour ce qui est de la régulation de l’insuline le Fast-5 (et autres structures de jeûne intermittents) le fait très bien… sans se priver de rien !

      C’est en effet du goût sucré que je comptais me passer en priorité. D’ou le fait de n’accepter aucun substitut, sinon je me serais acheté de la Stévia que je trouve vraiment étonnante.

      Alors la reprise. Ben impec. Je ne me suis pas jeté sur le sucre au final. Une pomme, et plus tard dans la soirée je me suis fait une douceur : lait de soja chaud + cacao 100% + miel.

      Ce qui est intéressant c’est que le lendemain je n’ai pas mangé de sucre ! Et ça ne m’a pas manqué du tout !

      On verra si je réussis 2 semaines le mois prochain si les effets seront plus flagrants ou non. 🙂

      A bientôt !

  4. J’oubliais !

    Des envies de sucre peuvent survenir également juste à cause de légère déshydratation! On avale tellement d’aliments secs ou concentrés que le corps réclame de l’eau par tous les moyens, seulement on comprend souvent le message de travers..
    Enfin, il existe un sucre à bas taux glycémique, qui fixe le calcium dans les os (excellent contre l’ostéoporose, et contre les caries!) qui provient des épis de mais. Cela s’appelle le XYLITOL. C’est une excellente alternative au sucre , surtout qu’on le trouve aussi en grains, comme le vrai sucre.. Mais il ne faut pas trop en consommer, aussi pour une recette, le coupler avec un peu de stevia est l’idéal. Perso, je n’en prends que de temps en temps, quand j’ai une grosse envie de sucre et de surtout croquer les grains de sucre (dans du yaourt par exemple), ca m’aide à éviter les frustrations qui me conduisent à craquer lamentablement sur du vrai sucre.
    C’était le « tip » du jour.. ;o)

  5. Salut Damien! Ton défi est intéressant mais je pourrais savoir quel était ton objectif? T’abstenir d’aliments « au goût sucré » afin de t’y sensibiliser davantage et réguler ta consommation par la suite ou plutôt te priver du sucre sous toutes ses formes pour expérimenter les effets physiologiques de ce jeûne?
    En tout cas bravo et merci de partager cette expérience 🙂
    Et alors, quelle sensation lorsque tu as enfin pu manger cette pomme tant désirée?

    1. Salut Mel. Le goût sucré plus que le sucre « réel » (je m’autorisais des féculents au goût non sucrés).
      Eh bien cette pomme fut un réel délice mais rien d’exceptionnel au final. Je n’irais pas à dire que je serais déçu de l’effet mais rien de remarquable vraiment… 🙂

  6. Bonjour,

    essayer de se passer du goût sucré durant toute une semaine. Intéressant comme défi mais difficile comme en témoigne ton premier jour d’essai.

    « Vous êtes-vous déjà abstenu de sucre (volontairement ou non) pendant une certaine période ? »

    Je dirais que je suis actuellement en train d’essayer de réduire la consommation de sucre blanc raffiné. Concernant le goût sucré, je pense que j’aurais beaucoup plus de mal à m’en passer : je suis un bon amateur de fruits !

    D’ailleurs, s’il y a bien un point qui m’a surpris au sein de votre défi c’est celui-là. En effet, vous n’avez pas consommé de fruits pendant cette période. Est-ce raisonnable compte tenu de la quantité de bonnes choses qu’ils renferment ?

    1. Bonjour Clément, merci pour ton commentaire.

      Je pense que 7 jours sans fruits, du moment que ma consommation de légumes frais est variée et conséquente, je ne pense pas que ce soit déraisonnable. Je suis loin de risquer le scorbut. 😉

      De même, je n’encourage pas quiconque à suivre mon exemple à la lettre. Je trouve ton propre défi, limiter le sucre raffiné tout en s’autorisant des fruits, très sain et je t’y encourage. 🙂

  7. Bonjour Damien,
    Oui je crois que limiter notre consommation de sucres est nécessaire. Mais les fruits quand même! Ca je refuse, surtout en été. Ce que je tente, c’est d’éviter les achats compulsifs de pâtisserie vers 17 heures: voilà quelques semaines que je tiens bon, mais il m’arrive de faire quelques gâteaux maison, et puis c’est la saison des confitures! Dur dur de tout supprimer. Mais je sens que mon désir de sucre s’estompe et que j’en consomme de moins en moins, et je me sens mieux.
    Bravo pour ce défi, valeureux chevalier!

    1. L’important c’est de se sentir progresser. Alors toutes mes félicitations si tu constates qu’en effet tu consommes de moins en moins de sucre (surtout les patisseries… j’adore ça aussi !).
      Dans chaque Quête d’Excellence c’est à chacun de se fixer ses propres règles du jeu. Si tu veux garder les fruits, sincèrement, c’est pas mauvais hein. Mon défi était plus psychologique qu’autre chose, plus « gustatif » que nutritif…

  8. Salut Damien,

    Le sucre, c’est un peu comme une drogue, tu as tout les symptômes d’une personne en manque 🙂

    C’est très intéressant comme expérience, je n’ai jamais tenté cela aussi longtemps (peut être 2 jours maxi)

    Pour remplacer le sucre le matin, j’utilise de la purée d’amande ou de la purée de noix de cajou. C’est un excellent substitue à la confiture et au tartine sucrée, tu devrais essayer! 😉

    Mais je ne pense pas qu’on puisse se passer de sucre pendant des années, je parle de sucre Naturel des fruits qui sont plus sain que le sucre blanc. Ça reste un petit plaisir d’en manger, pour le moral notamment.

    Ce défi c’est aussi pour tester ton mental en quelque sorte.. 🙂

    1. La purée d’amande et de noix de cajou… je ne sais même pas si je peux en trouver en Nouvelle-Calédonie ! 😮
      Mais je suis curieux d’essayer… même si je ne mange jamais le matin (je prends mon « petit-déjeûner » à 17h 😉 ).
      Merci pour le tuyau !

      1. Je ne m’attendais pas à une réponse si catégorique de ta part 🙂 Eh bien, à vrai dire, je suis en train de tester ça depuis déjà un mois, et tout se passe bien — pour l’instant. Bon, j’étais déjà végétarien à la base, donc cela s’est avéré plus simple — peut-être — pour moi que pour un autre. Sinon, check ce site au cas où tu souhaiterais en savoir plus : http://www.thefruitarian.com

        1. Catégorique ne veut pas dire définitif. Il est toujours intéressant de s’ouvrir à la possibilité d’avoir tort, de garder l’esprit ouvert. 😉
          J’ai également des raisons économiques de mettre le fruitivorisme de coté. En Nouvelle-Calédonie les produits naturels sont horriblement chers (8 euros le kilo de tomate par exemple).
          J’aurais déjà du mal à manger paléo sans trouer mon budget alors exclusivement des fruits ? Il me faudrait un découvert pour celà ! :p

    1. Ah ! Ca me fait plaisir que tu viennes commenter ma petite expérience Régis. 🙂
      C’était suite à un de tes commentaires que je m’étais interrogé sur ce défi.
      Pour le conseil du petit-déjeûner je repasserais étant donné que je ne mange jamais avant 17h. ^^
      Si tu veux nous partager tes recettes de smoothies c’est avec grand plaisir !
      Je pense certainement reproduire l’expérience en début de mois prochain, toujours pour une semaine seulement, mais en enlevant aussi les produits céréaliers (pain, pates et riz). A force je compte réussir à faire une semaine Paléo par mois, et pourquoi pas, peut-être un mois plein un jour à force !
      A bientôt ! 🙂

      1. Damien,
        j’ai du mal à comprendre la logique du régime paléo.
        D’un côté on a la viande, dont l’impact sur l’apparition négatif sur le corps a été a de maintes reprises prouvé (cancer du colon, cholestérol, …). Sans compter l’effet sur l’environnement.
        Et en face on a une sorte de diabolisation des céréales.
        J’ai du mal à comprendre cette diabolisation, dans le sens, où les céréales ont des avantages non négligeables, entre autres un taux de protéines assez proche de celui de la viande. (je parle bien sûr des céréales non raffinés).
        Quand aux sucres de ces céréales, vu la quantité de fibre & co, il est plus difficilement assimilable. (c’est d’ailleurs un défaut majeur des céréales complètes, la difficulté de digestion)

        Je trouve cela intéressant, car j’ai un approche strictement opposé : moins de viande, et donc plus de céréales et légumineuses pour compenser le manque en protéine et graisse.
        Alors que mes objectifs sont similaires : limitation du poids, des fringales (c’est plus difficile en été où les légumes remplace les céréales, et donc je suis plus vite affamé), du sucre…

        1. Gunday je suis tout à fait d’accord avec toi sur l’impact négatif de la viande sur l’environnement que je trouve déplorable (ces litres d’eau gaspillés pour des végétaux ne servant qu’à alimenter nos futurs biftecks).
          D’un point de vue nutritif, ce que j’ai lu jusqu’ici en terme d’alimentation paléolithique encourage davantage la consommation de viandes blanches que rouges, qui en effet, à l’excès, ont des conséquences facheuses sur le corps humain.

          Concernant la diabolisation des céréales, c’est un sujet délicat.

          Voici le tout premier post que j’ai lu il y a plusieurs mois qui m’y a fait sérieusement réfléchir : http://www.outlawfitnesshq.com/why-grains-and-gluten-arent-bad-for-you

          Pour ceux qui ont moins de temps, voici un résumé en 10 points: http://nourishedkitchen.com/against-the-grain-10-reasons-to-give-up-grains/

          Une version plus ludique, par Nerd Fitness, qui a fini de « convaincre » : http://www.nerdfitness.com/blog/2010/10/04/the-beginners-guide-to-the-paleo-diet/

          Voici cependant le contre-point de ces points de vue que je vais devoir relire plus posément : http://www.outlawfitnesshq.com/why-grains-and-gluten-arent-bad-for-you

          Après, et en totale honnêteté, tu sais bien que ma façon principale de me faire une opinion… c’est d’essayer par moi-même ! 🙂

          La nutrition n’est pour l’instant plus ma principale priorité. Elle devrait le redevenir après avoir fini quelques projets. Un mois d’alimentation paléolithique strict me semble une belle aventure mais qui nécessitera beaucoup de discipline pour ma part.

          Seulement après ces 30 jours serais-je capable de vérifier l’impact qu’à cette diète sur mon physique et mon moral.

          Je ne prêche aucune vérité absolue, si ce n’est celle d’essayer par soi-même, pour trouver ce qui fonctionne… pour soi. Et si ton alimentation à base de céréales fonctionne, si tu as de l’énergie, si tu ne tombes pas malade et si tu atteins tes objectifs de poids alors je ne pense pas que tu doives le remettre agressivement en question. Même si une constante ouverture d’esprit reste en effet signe de vivacité mentale. 😉

          Ce qui m’intéresse maintenant ça serait de connaître tes résultats personnels par rapport à ton alimentation. As-tu réussi à limiter ton poids ? Comment te sens-tu au quotidien ? Je suis curieux. 🙂

          1. Effectivement, la viande blanche est moins sujet à critique que la viande rouge.
            Perso, j’ai un peu peur de ce genre de régime présenté comme la panacée. (sans compter l’effet mode au niveau des régimes)

            J’ai lu les éléments issu du résumé en 10 points.
            Il y a beaucoup de simplification et de point très tiré par les cheveux (à tel point que je doute de ma compréhension du sujet).
            1) Vous trouvez les mêmes minéraux et vitamines en plus grosses quantités ailleurs. Il est vraiment sérieux cet argument?
            7) Les céréales mal préparé provoque un problème d’assimilation des nutriments.
            C’est pas étonnant, tout produit mal préparé présente des risques. Pour les céréales, il y a présence de phytates. Ces phytates, également présent dans certains fruits à cosse comme l’amande, sont neutralisé assez facilement, via le levain par exemple. (d’où l’intérêt du pain au levain). Il a aussi été constaté que chez les personnes consommant régulièrement des éléments contenant des phytates, une bactérie spécifique apparaissait dans les intestins qui a la particularité de dégrader cet élément.
            8), 9) et 10) Les céréales seraient très sucrés. Là on parle des céréales raffinées. Donc différents du produits initiales. Les céréales complètes (comme le sucre complet) continent de nombreux minéraux, ainsi que des fibres et des sucres complexes, ce qui entraine une digestion plus lente et donc une libération graduelle des sucres.
            Pour les autres arguments, je ne connais pas assez pour en débattre

            Je pense que plusieurs points sont similaire avec why-grains-and-gluten-arent-bad-for-you, mais j’ai pas encore fini de lire ce sujet.

            Pour finir, avec mon alimentation en ce moment, j’ai faim en permanence.
            Je vois 2 causes : le fait que je mange 3 fois plus de légumes en été que le reste de l’année (et donc autant de féculents en moins). Et sans être négatif, c’est pas vraiment une courgette (95% d’eau) le soir qui va vraiment me caler jusqu’au lendemain midi.
            Y a aussi mon côté ours veux se préparer pour l’hibernation prochaine. 😀
            Pour mon poids, j’ai été obligé de me peser hier soir, pour voir ce qu’il en était : 82kg. Stable depuis plus de 6 mois (ce qui correspond à ma dernière pesée). En diminution sur 2 ans.
            Je considère 82 comme mon poids idéal actuellement, donc rien à redire.
            J’avoue néanmoins que mon prochain objectif alimentaire, je rame un peu pour l’attendre : diminuer la consommation de viande, au maximum à 1 fois/jour.
            Mais comme pour tout, ça va y aller, faut juste un peu de temps pour que je m’y habitue.
            C’est d’ailleurs le plus dur, prendre l’habitude.

            1. Je suis dans le même cas que toi. Je reconnais ne pas en savoir suffisamment pour oser porter un jugement définitif sur un sujet aussi complexe que la nutrition. D’où l’importance d’essayer par soi-même au final !

              Concernant ta faim perpétuelle, une amie m’a recommandé de manger plus de « bon gras », et en effet ça a bien fonctionné pour moi. Essaie peut-être avec des produits végétaux « huileux » comme des noix, voire une cuiller d’huile d’olive en fin de repas. Ca m’avait aidé pendant mes 7 jours sans sucre.

              C’est nickel pour les artères en plus. 😉

  9. Merci Damien pour ton récit très instructif. Je pense moi aussi essayer et ce que je retiens c’est d’y aller modérément par pallier car les habitudes refont très vite surface.
    Pourquoi ne pas essayer de se limiter au seul sucre contenu dans les fruits et bannir tout le sucre issue de produits transformés par l’industrie. C’est vers ce défi que je m’oriente en préparant tout cela en douceur 😉

    Au plaisir 😉

    1. Salut Jonathan ! Tu comptes créer un changement permanent dans tes habitudes ou juste commencer par une période test comme je l’ai fait ? 🙂
      Pour ma part cette semaine sans sucre m’a permis de voir que :
      1 – je peux le faire et le referais
      2 – concernant ma santé j’ai finalement d’autres priorités à adresser avant de m’y remettre…

      Beaucoup de courage à toi en tout cas pour ton défi. En douceur, tu as bien raison, tu vas y arriver j’en suis certain ! 🙂

      1. Je vais y aller en douceur en commençant par une période de test de 7 jours puis 30 jours puis on verra bien.
        Enfin en attendant, bien que ce n’est pas un défi formel, chaque jour me permet de voir « mes envies de sucre » sans forcément y céder et prendre de meilleures habitudes.

        Je ferais un article quand je lancerais cela 😉 A+

  10. salut!
    pourquoi vouloir supprimer tous les sucres? il y a des sucres naturels! les fruits, le miel, tu peux te nourrir naturellement avec ça, sans manger de sucres raffinés (attention, il y en a dans tout ce qui est industriel!!!)
    mon blog est assez proche du tien, ça fait plaisir de trouver des gens qui ont des opinions semblables! 🙂

  11. Le raisin sec ne devrait pas être exclu d’un régime sans sucre vu qu’il ne contient pas du sucre pur….par contre du jambon avec du sirop de glucose ajouté, oui par exemple.

    1. Très juste de vérifier systématiquement les conservateurs utilisés (souvent plein de glucose !)
      Cependant je ne comprends pas ton avis sur les fruits secs, bien trop riches en fructose à mon sens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *