3 profils minimalistes, quel est le vôtre ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Résumé : esthète, productif ou philosophe ? Quelle étiquette pourrait vous pousser au minimalisme ?

Tout le monde n’adopte pas la philosophie du vide pour les mêmes raisons ni les mêmes objectifs.

Se contenter du strict nécessaire n’est qu’un moyen vers des fins à la fois variées et compatibles entre elles.

Voici 3 tendances générales (et non exhaustives) qui peuvent pousser quelqu’un à adopter ce mode de vie.

Vous reconnaissez-vous dans l’un d’entre eux ?

L’esthète

Flirte souvent avec le luxe, le confort raffiné voire les grandes marques renommées de déco d’intérieur ou d’accessoires.

Ce contemplatif cherche avant tout à valoriser la beauté par l’espace et la lumière, à s’entourer de sérénité dans un environnement paisible et simplifié.

Il s’intéressera très certainement à l’esthétique Zen, wabi-sabi, et contemporaine. Il n’hésitera pas à payer le prix fort pour un mobilier ou des objets de qualité, pérennes et souvent griffés.

Si le sujet vous intéresse voici l’article le plus complet que j’ai pu trouver en 10 minutes de recherche : Esthétiques Minimalistes.

L’efficace

Est avant tout un pragmatique.

Dépenser le moins d’énergie et de temps pour obtenir un maximum de résultat. Adepte du Principe de Pareto (aussi appelée 80/20), ce performant garde un espace de travail minimal pour un rendement optimal et traque ses habitudes pour en déterminer priorité et utilité.

Sa motivation peut être avant tout économique, ce qui le mènera à un art de vivre frugal avec des dépenses minimales et mesurées.

C’est personnellement le profil qui fut mien quand j’ai commencé à emprunter le raccourci minimaliste, ma motivation première ayant été de me libérer de mon endettement.

Le philosophe

Adopte le minimalisme pour des raisons contestataires (généralement anti-consumériste) ou par défi personnel.

Un désir d’intégrité par rapport à ses principes le poussera petit à petit au dépouillement… physique et psychique !

Que ces principes soient d’origine religieuse, spirituelle, politique ou philosophique; qu’il recherche la paix, la clarté ou le pouvoir, il en viendra à remettre en question son attachement aux choses extérieures tout autant qu’aux dépendances intérieures, dans une quête permanente de liberté personnelle.

Son application de l’art de vivre avec le Vide se reflétera pas forcément au niveau esthétique ni financier, elle sera avant tout intérieure.

C’est le profil vers lequel j’ai évolué après avoir repris contrôle sur mes finances.

Ce qu’ils ont en commun

…n’est pas tant la forme que le fond au final.

Ces 3 types de minimalisme peuvent se superposer, l’un apportant souvent les conséquences de l’autre (un entrepreneur en quête de productivité aura un bureau esthétiquement propre et attirant).

Chacun de ces profils représente surtout des individus qui savent ce qu’ils veulent et se donnent les moyens d’y arriver en éliminant le superflu avec une forme spécifique de courage.

Ils ont pris le temps de se connaître intérieurement et de déterminer ce qui les rendra plus heureux.

Une démarche exigeant quelques efforts initiaux que peu entreprendront, mais qui pourtant apporte clarté et persistance sur chacun de leur chemin de vie.

Lequel de ces profils vous parle le plus ? Quels autres types de minimalismes aimeriez-vous partager avec nous ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

12. juillet 2013 par Damien Casoni
Catégories: Non classé |